The Monuments Men

Peu de gens verront ce que George Clooney essaie de faire avec l’un de ses films les plus connus, la comédie dramatique sur la Seconde Guerre mondiale The Monuments Men. Ils sont encore moins nombreux à penser qu’il est sur le point de réussir.

En supprimant la quasi-totalité de l’horreur de ce conflit qui a changé le monde et en se concentrant sur les efforts déployés par l’Amérique pour récupérer les œuvres d’art volées par les nazis, le cinéaste superstar veut montrer que la civilisation ne survit que lorsque ses éléments les moins chers (mais peut-être les plus précieux) se voient accorder autant d’importance que la souveraineté et la vie humaine.

Bien que divertissant et intriguant, Clooney ne trouve pas l’envergure nécessaire pour explorer ce thème. Au lieu d’être épique, The Monuments Men semble mineur et trivial.

Nous rencontrons George Stout (Clooney) alors qu’il conseille le président Roosevelt sur la situation en Europe. Alors que la Seconde Guerre mondiale touche à sa fin, Adolf Hitler a confié à ses troupes la tâche de piller les grands musées, les églises et les maisons d’État et d’emporter leurs peintures et sculptures inestimables.

Certains vont aux membres du cercle intime du Führer. D’autres sont prévus pour un immense musée Hitler une fois que l’Allemagne aura « gagné » la guerre.

Allez plus loin  Une ombre dans mon œil

Avec l’accord du gouvernement américain, Stout recrute une équipe comprenant l’architecte de Chicago Richard Campbell (Bill Murray), le sculpteur et expert en art Walter Garfield (John Goodman), le directeur de musée James Granger (Matt Damon) et l’historien Preston Savitz (Bob Balaban).

Arrivés à l’étranger, ils sont rejoints par un agent de liaison britannique (Hugh Bonneville) et un Français (Jean Dujardin) prêt à tout pour servir son pays. Granger est chargé d’interroger une femme suspecte (Cate Blanchett) qui n’est pas sûre des motifs de l’Amérique.

Vous voyez, la Russie arrive de l’Est, et elle ne rend pas l’art à ses propriétaires légitimes. Au lieu de cela, ils le ramènent en Union soviétique comme « compensation » pour leurs pertes.

Lorsque Hitler ordonne aux troupes de détruire tout ce qui reste après sa mort et/ou la défaite de l’Allemagne, cela devient une course contre la montre pour empêcher l’ennemi et les Alliés cupides de défaire tout ce que Stout et ses hommes se battent pour sauver.

Au début, les motivations de Clooney pour ce film sont cachées sous une série de présentations de personnages et de présages inquiétants des derniers jours de la guerre.

Alors que Murray se la joue cool (généralement aux dépens de Balaban) et que Damon fait les yeux doux à Blanchett, nous nous demandons pourquoi nous ne voyons pas la brutalité de la bataille si familière dans des films comme Le Drapeau de nos Pères et Saving Private Ryan.

Allez plus loin  Opération Anthropoïde

Puis The Monuments Men nous emmène sur la plage de Normandie… et tout ce que nous voyons, c’est le calme et le contrôle des Alliés après ce bain de sang héroïque.

Tout au long de ce film, les terreurs auxquelles la plupart des pays du monde ont été conviés par un certain fou assoiffé de pouvoir ne sont qu’évoquées, pas montrées. Un chauffeur germanophone engagé par Stout comme traducteur mentionne avec désinvolture que son grand-père a été envoyé à Dachau.

Un baril rempli de dents en or est découvert lors d’un raid dans un lieu secret. Blanchett a un moment où elle décrit à Damon le véritable coût pour les Juifs d’Europe et c’est là que le but de Clooney devient clair : tandis que certains se sacrifiaient pour sauver notre mode de vie, d’autres essayaient de s’assurer que nous avions quelque chose à quoi revenir.

Au fur et à mesure que les personnages meurent et que le calendrier s’accélère, le film devient une mission pour sauver deux œuvres importantes : la Madone de Bruges de Michel-Ange et le Retable de Gand en Belgique.

Allez plus loin  Le dernier souterrain

Ces objectifs nous permettent de rester concentrés, même si le film trouve des moyens inutiles de passer le temps (une romance potentielle entre Blanchett et Damon ne mène nulle part).

The Monuments Men a fait les gros titres à l’époque lorsque le studio a déplacé le film d’une place de choix pour la saison des prix en décembre à sa date de sortie finale en 2014.

Certains ont affirmé que ce changement était un signe clair que le film était un échec. Bien qu’il ait ses problèmes, The Monuments Men est également intriguant. Il suffit de comprendre l’intention de Clooney pour que sa valeur apparaisse.

Laisser un commentaire