La bataille de Krasny Bor

Plaçons-nous en Union soviétique, entre la fin de 1942 et le début de 1934 : La bataille des clans. Les Russes lancent des contre-offensives depuis des mois, tentant d’encercler la 18e armée allemande afin de libérer les deux lignes routières et ferroviaires stratégiques reliant Moscou et Leningrad : (La bataille de l’escaut). Sans succès. Et la division bleue espagnoleallait rendre les choses très difficiles pour les Russes, comme nous le verrons dans cet article sur la bataille épique de Krasny Bor.

Fin janvier 1943, le général Emilio Esteban Infantes relève Muñoz Grandes du commandement de la Division bleue, car Franco estime que ce dernier accorde trop d’importance à la Phalange, avec laquelle le Caudillo commence à avoir de sérieux désaccords. Il nomme Muñoz Grandes, lieutenant général, un grade incompatible avec le commandement d’une division.

Dès sa prise de commandement, Esteban Infantes se rend compte de l’arrivée de nouvelles troupes soviétiques et, sentant une attaque imminente, il ordonne à ses réserves d’occuper et de se retrancher dans la ville de Krasny Bor le 2 février 1943.

Comme cette ville, située entre l’autoroute et la ligne ferroviaire Leningrad-Moscou, permet de contrôler cet axe, Krasny Bor est d’une importance vitale pour l’Armée rouge. Le 9 février, le général Infantes ordonne à un tiers de ses hommes, avec toutes les armes automatiques disponibles, de se retirer à 200 mètres derrière la ligne principale de résistance.

Ordonne la pose de champs de mines supplémentaires, l’amélioration des positions et l’augmentation des positions de tir. Le 10 février, les 40 000 hommes de la 55e armée soviétique, avec 100 véhicules blindés, soutenus par un groupe mobile composé de la 122e brigade de chars et de la 35e brigade de tirailleurs, représentant 4 000 hommes supplémentaires, attaquent pour prendre la ville de Kolpino, à 25 kilomètres de Leningrad.

À 6 h 40, les 800 canons de l’artillerie lourde soviétique bombardent pendant deux heures un front de cinq kilomètres, dont le point central est Krasny Bor. Chaque pièce tire à intervalles de 10 secondes. Puis l’armée de l’air prend le relais pour achever l’anéantissement. En détruisant un maximum de tranchées et de bunkers, les Soviétiques veulent affaiblir le flanc ouest de leur adversaire.

Allez plus loin  La bataille de Tobrouk

Afin de préserver leurs effectifs, les Espagnols ont partiellement vidé les lignes de front. Cependant, ceux qui sont restés n’ont aucune chance de se retirer en raison de l’intensité du feu ennemi. Confiants que leurs canons et leurs avions ont détruit les défenses ennemies, les officiers russes ordonnent l’assaut à 8h40.

Ils attaquent le secteur défendu par la Division bleue en quatre lignes de pénétration, rencontrant une forte résistance. De plus, les salves d’artillerie ayant fait fondre la neige, les chars s’enfoncent dans la boue et ont du mal à progresser.

Dans leurs tranchées, les survivants des troupes espagnoles de première ligne regroupent leurs forces et fortifient leurs positions du mieux qu’ils peuvent. Ils sont alors confrontés à une marée soviétique largement supérieure en hommes et en matériel, et résistent en se battant jusqu’à la mort.

À la gare d’octobre de la ville de Krasny Bor, une compagnie de cavaliers repousse plusieurs attaques d’infanterie et de blindés. A onze heures, il ne reste que 40 hommes et ils tiennent jusqu’à midi, heure à laquelle les survivants battent en retraite.

De 9 à 10h40, les unités espagnoles isolées repoussent les attaques soviétiques, mais lorsque les Russes occupent la ligne de chemin de fer, ils sont coupés de leurs arrières. Cependant, bien qu’ils soient complètement encerclés, ils décident de s’accrocher à la route Leningrad-Moscou aussi longtemps qu’ils le peuvent, jusqu’à ce qu’ils soient finalement anéantis.

À midi, l’Armée rouge atteint la ligne de front, pénétrant en trois points. Malgré leur épuisement et sans l’intervention de la 4e division SS Polizei, qui aurait dû les aider, les volontaires de la Division bleue résistent à une nouvelle attaque et aux tirs de snipers, qui éliminent 121 hommes.

Allez plus loin  La bataille de Mersa Matruh

Dans le même temps, et malgré les pertes énormes infligées par les divisionnaires, la 55e Armée rouge réalise une avancée significative. À Krasny Bor, l’artillerie et le génie bleus sont assaillis par l’infanterie et les blindés soviétiques qui ouvrent le feu sur l’hôpital et les ambulances, mais sont finalement repoussés à coups de cocktails Molotov et de grenades à main par les Espagnols et le froid.

Bien qu’après 12 heures, la 63e division d’infanterie des gardes rouges annonce la prise de Krasny Bor, grâce à la résistance des divisionnaires bleus, ils ne peuvent contrôler que la moitié sud du village.

À 15 h 45, le QG espagnol tombe. Les troupes encore capables de se battre battent en retraite, tandis que leurs camarades, qui ont établi des positions défensives le long de la rivière Isora, à l’ouest de la ville, résistent jusqu’à la nuit aux assauts de la 63e division d’infanterie des gardes rouges.

Pour tenter de renverser la vapeur, les chasseurs-bombardiers de la Luftwaffe interviennent, mais il est trop tard. Pendant ce temps, l’infanterie soviétique prend Mishkino.

Dans le but de stopper l’avancée soviétique, à 16h30, des renforts allemands (avec un soutien aérien) aident à renforcer les défenses espagnoles qui contre-attaquent dans les bois au-dessus de Stáraya et occupent une ligne de front s’étendant de l’autoroute à la rivière Isora.

En fin de journée, le général Svridov envoie une brigade de skieurs soviétiques pour occuper la route M-10. Mais le dégel et la résistance farouche des Espagnols empêchent leur succès.

Subissant de lourdes pertes dans ses rangs, la 63e division d’infanterie des gardes rouges avance de quatre à cinq kilomètres et occupe Krasny Bor, Mishkino, Stáraya, Stepanovka et la gare de Popovka. Dans le secteur de la rivière Isora, la 72e division d’infanterie russe repousse les Espagnols, leur infligeant 70 % de pertes.

Le flanc gauche de la 63e division d’infanterie des gardes rouges, qui était encerclé en plusieurs endroits, contrôle la ville de Krasny Bor dans son intégralité dans l’après-midi. Compte tenu de la situation désastreuse de la 18e armée allemande, fortement appauvrie en hommes et en matériel, la contre-offensive prévue par la division bleue ne peut être réalisée.

Allez plus loin  La bataille de Montecassino

Après un bombardement du 1er bataillon d’artillerie espagnol contre les positions soviétiques, la 262e division d’infanterie espagnole lance sans succès une contre-attaque pour reprendre Krasni Bor.

En conclusion, malgré les pertes subies par les Espagnols, la résistance de la division bleue lors de la bataille de Krasny Bor fait échouer l’opération North Star, nom de code donné par les Russes à la grande offensive visant à libérer Leningrad de la domination allemande.

Les forces soviétiques ont perdu entre 11 000 et 14 000 hommes dans cette tentative, ainsi qu’un nombre similaire de blessés. Et ceci sans compter les pertes à l’intérieur de l’encerclement de Leningrad. L’échec de l’Armée rouge lors de ses multiples attaques est dû, selon son état-major, au manque de reconnaissance des positions ennemies, à l’utilisation inefficace des blindés, à un soutien d’artillerie inefficace et à des erreurs à tous les niveaux de commandement. L’Union soviétique devra donc attendre janvier 1944 pour briser définitivement le siège de Leningrad.

Laisser un commentaire