La bataille de Crète

La Bataille de Crète a commencé le matin du 20 mai 1941 pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les forces allemandes ont lancé un débarquement aéroporté sur l’île grecque de Crète sous le nom de code Unternehmen Merkur (Opération Mercure).

Introduction

C’était la plus grande opération aéroportée de l’histoire jusqu’à ce jour. En raison de l’ampleur et de la nature spéciale (aéromobile) de l’opération, les troupes ont eu beaucoup de mal à atterrir et à se réapprovisionner et disposaient de peu d’armes lourdes.

L’opération est un succès dans le sens où l’île est prise aux forces alliées qui la défendent, mais la victoire est si coûteuse que les Allemands ne lanceront plus jamais d’assaut aéroporté majeur.

Lorsque l’Italie attaque la Grèce le 28 octobre 1940, 14 000 soldats britanniques sont postés sur l’île pour soulager la 5e division grecque dont le gouvernement grec a besoin sur le continent.

Bien que l’attaque italienne sur la Grèce ait été initialement repoussée, l’attaque allemande qui a suivi a chassé 57 000 soldats alliés du continent. La Royal Navy en évacue un grand nombre, en partie vers la Crète pour y renforcer la garnison.

En mai 1941, la défense de la Crète se compose de 9 000 soldats grecs, dont trois bataillons de la 5e division et la gendarmerie crétoise, restés dans le pays, de la garnison britannique existante de 14 000 hommes et de 25 000 hommes des pays du Commonwealth évacués du continent.

Les évacués se composaient du mélange typique qui résulte des évacuations précipitées : des unités évacuées en bon ordre sous leur propre commandement, des hommes rassemblés à la hâte par des chefs individuels, et des individus sans chef provenant de toutes les unités imaginables, souvent sans équipement lourd.

Les principales unités formées sont la 2e division néo-zélandaise (moins la 6e brigade et le quartier général de la division stationné en Égypte), la 19e brigade australienne et la 14e brigade d’infanterie de la 6e division britannique. Les unités blindées étaient composées de seize chars Cruiser Mk I obsolètes.

L’artillerie se composait de 85 canons, pour la plupart du matériel italien capturé sans dispositif de visée. Le 30 avril, le commandant des unités néo-zélandaises, le major général Bernard Freyberg, est nommé commandant de toutes les unités alliées en Crète. Pour les 10 000 hommes non armés, Freyberg a demandé qu’ils soient évacués, mais seuls quelques-uns avaient quitté la Crète au moment où la bataille a éclaté.

La Crète était importante pour les Alliés car elle pouvait fournir à la marine britannique d’excellentes installations portuaires en Méditerranée orientale. Par exemple, les champs pétrolifères roumains peuvent être atteints par des bombardiers depuis la Crète.

Du point de vue des puissances de l’Axe, il était important d’éliminer la base alliée de Crète, car pour l’opération Barbarossa (l’attaque contre l’Union soviétique), il était nécessaire que la position sud-est soit fermement aux mains des puissances de l’Axe. Si Malte est également capturée, la position britannique en Méditerranée orientale sera considérablement affaiblie.

L’attaque allemande commence par des raids de bombardement de la Luftwaffe, qui finissent par obliger les avions alliés à se détourner vers Alexandrie. Cela a permis à la Luftwaffe d’avoir le champ libre sur l’île. Le 25 avril, Adolf Hitler signe la directive n° 28 avec l’ordre de débarquer en Crète.

Comme les unités navales britanniques stationnées à Alexandrie contrôlent les eaux autour de la Crète, un débarquement par la mer est trop risqué. La bataille de crete. Par conséquent, un atterrissage aérien a été choisi.

Allez plus loin  La bataille de la Sarre

Bien que des frappes aériennes aient été effectuées en Norvège, en Hollande, en Belgique et en France, le débarquement aérien en Crète allait surpasser tous les débarquements aériens précédents en termes de nombre. Le plan consistait à utiliser les parachutistes pour capturer des positions clés, telles que des aérodromes, après quoi les approvisionnements et les renforts pouvaient être acheminés par voie aérienne.

Le XI Fliegerkorps est chargé d’une attaque de la 7e division aéroportée allemande, qui doit atterrir avec des parachutes et des Segelflugzeuge (planeurs), suivie de la 22e division aéroportée allemande lorsque les aérodromes seront sécurisés.

L’attaque est prévue pour le 16 mai, mais elle est reportée au 20 mai ; la 5e division de montagne allemande est remplacée par la 22e division aéroportée. Le commandement allié en Crète est averti de l’invasion imminente par Ultra, renseignement intercepté et décodé par les services secrets britanniques de Bletchley.

Le général Freyberg a été informé du plan d’attaque, mais en termes généraux afin de garder secrète la source de l’information. Il commence à renforcer la défense des aérodromes, mais se heurte au problème de son manque d’armes lourdes. Après tout, les parachutistes (légèrement armés) avaient la même puissance de feu que ses propres troupes.

La doctrine allemande en matière de parachutisme veut qu’un petit nombre de parachutistes atterrissent directement sur les aérodromes ennemis. Là, ils devront désactiver les défenses et neutraliser les canons anti-aériens. Après cela, les unités plus importantes pouvaient atterrir en planeur.

Freyberg, après avoir étudié la paratactique utilisée par les Allemands, décide de mettre hors service les aérodromes. Cependant, il reçoit un contre-ordre du Commandement suprême pour le Moyen-Orient à Alexandrie.

Ce dernier pense que l’opération aéroportée est vouée à l’échec maintenant que le plan a été divulgué et veut préserver les aérodromes pour un retour de la Royal Air Force.

Premier jour de la bataille (20 mai 1941)

À 8 heures le 20 mai, les parachutistes allemands débarquent à Maleme et à La Canée, de petits aérodromes construits pour soutenir l’aérodrome principal d’Héraklion. La plupart de ces forces ont été écrasées par les forces alliées sur les aérodromes.

Les planeurs allemands sont touchés par des tirs de mortier quelques secondes après leur atterrissage. Les défenseurs grecs et du Commonwealth ont tué les Allemands qui débarquaient presque jusqu’au dernier homme.

Comme il est presque inévitable dans les atterrissages aériens, certains parachutistes ont atterri au mauvais endroit. Ils ont pris des positions défensives près de l’aérodrome de Maleme et près de la « vallée des prisonniers » près de Chania. Les Alliés ont envoyé des unités pour encercler et isoler ces parachutistes.

La police et les cadets grecs étaient également en action. Ils ont vaincu un débarquement allemand à Kissamos, et ont empêché les mouvements allemands à Kolimbari et Paleochora.

Dans toute l’île, la population grecque, armée ou non, se joint aux combats avec une férocité inattendue par les deux parties. Lors d’un incident notable, un vieil homme grec a battu à mort un parachutiste allemand avec sa canne.

De nombreux Allemands ont été tués à coups de couteau ou de gourdin dans les oliveraies et les villages. Une fois le choc initial passé, les Allemands ont répondu à la population avec la même violence.

Une deuxième vague d’attaque allemande atteint Rethimnon et Iraklion à 1600 heures. Comme lors des attaques précédentes, les défenseurs étaient préparés et ont infligé de lourdes pertes aux attaquants.

Allez plus loin  La bataille des îles Kouriles

À la tombée de la nuit, les Allemands n’ont atteint aucun de leurs objectifs. Le plan risqué d’attaquer en quatre points différents semble avoir échoué, bien que les Allemands ne sachent toujours pas pourquoi.

Cependant, les Allemands de Maleme repoussent lentement les Néo-Zélandais de la colline stratégique 107, qui domine l’aérodrome. Le commandement de la Crète décide de se lancer dans la bataille de Maleme le jour suivant.

Le premier jour, la Luftwaffe avait utilisé 593 avions de transport pour déplacer les troupes.

Deuxième jour de la bataille : (21 mai 1941)

Le lendemain matin, on apprend que l’infanterie néo-zélandaise s’est retirée par erreur de la colline 107 pour défendre l’aérodrome de Maleme.

Bien que leur artillerie ait continué à bombarder la zone, les Allemands ont ainsi pris le contrôle de l’aérodrome. Alors qu’un débarquement depuis la mer a lieu dans la région, des avions de transport Junkers Ju 52 atterrissent dans l’après-midi avec des unités de la 5e division de montagne.

Ces troupes ont pris leurs positions immédiatement après le débarquement. De nombreux avions ont été touchés par des tirs d’artillerie et l’aérodrome est jonché d’avions brisés. Les Allemands parviennent, cette fois et les jours suivants, à amener 14 000 combattants de montagne sur l’île.

Troisième jour de la bataille : (22 mai 1941)

Le commandement allié en Crète, réalisant que Maleme était devenu une zone clé pour la préservation de l’île, organise une contre-attaque par deux bataillons néo-zélandais dans la nuit du 21 au 22 mai.

Par crainte d’un débarquement par la mer, plusieurs unités n’ont pas pu se rejoindre, bien que la possibilité d’un débarquement par la mer ait été écartée par une forte présence de la Royal Navy, ce message est arrivé trop tard pour libérer toutes les unités pour la contre-attaque.

La force a attaqué de nuit, à un moment où les parachutistes d’origine avaient établi leurs positions défensives et où les troupes de montagne nouvellement débarquées s’avéraient difficiles à déloger de leurs positions.

L’attaque échoue et l’aérodrome ne peut être repris. À ce stade, les Alliés sont contraints de se replier sur le côté est de l’île pour éviter d’être coupés par l’avancée des forces allemandes.

Retrait (28-31 mai 1941)

Les Allemands ont essayé de sortir de leur tête de pont, et après avoir été bombardés par des bombardiers en piqué, ils ont réussi.

Le haut commandement de Londres, réalisant que la situation est désespérée, décide d’un retrait de Sfakia. Au cours des quatre nuits suivantes, 16 000 hommes ont été emmenés en Égypte. Bataille de la crête de vimy canada. Un plus petit nombre d’hommes a été transporté depuis Iraklion.

Ces navires ont été attaqués par la Luftwaffe en cours de route et ont subi de lourdes pertes. Le 1er juin, les 5 000 défenseurs restants de Sfakia se rendent, bien que beaucoup se soient enfuis dans les collines et les montagnes d’où ils continueront à causer des problèmes aux Allemands pendant les années à venir.

Pendant l’évacuation, le commandant de la flotte méditerranéenne, l’amiral Cunningham, déclare que la marine ne peut pas laisser l’armée. Lorsque des généraux de l’armée se sont inquiétés du nombre de navires qu’il pourrait perdre, il a répondu : « Il faut trois ans pour construire un navire, il faut trois siècles pour construire une tradition.

Alistair Hamilton, un commandant de compagnie des Black Watch, avait déclaré :  » Les Black Watch quittent la Crète quand la neige quitte le Mont Ida. Le commandant lui-même n’a jamais quitté l’île : il a été tué par un obus de mortier.

Allez plus loin  La bataille du col de Kunlun

Ses hommes ont reçu l’ordre d’embarquer, ce qu’ils ont fait avec beaucoup de réticence. Ils avaient l’impression d’abandonner leurs alliés grecs. Bien que leur équipement lourd ait été détruit, de nombreux hommes ont donné leurs munitions aux Crétois restés pour défendre leur île contre les Allemands.

Conséquences

Les commandants alliés craignaient que la Crète ne soit utilisée comme tremplin pour des opérations contre l’Égypte ou ailleurs au Moyen-Orient. S’il y avait des plans allemands pour cela, ils n’ont pas été réalisés.

Les lourdes pertes des parachutistes allemands, pour la deuxième fois après l’échec du débarquement aérien près de La Haye, font qu’Hitler décide de ne plus les utiliser de cette manière. Cela signifie, compte tenu de la mauvaise communication au sein de l’Armée rouge, qu’une arme potentiellement très efficace n’a pas été déployée en Russie.

Les préparatifs de la prise de l’île-forteresse de Malte (opération Hercule) sont également interrompus. Et ce, malgré le fait que la capture de Malte et donc du protectorat britannique d’Égypte avait été l’un des objectifs de l’occupation de la Crète dans la première version.

Cependant, les Alliés sont impressionnés par l’effet des parachutistes et Winston Churchill ordonne la formation de la 1ère division aéroportée britannique : (La bataille de la crete a pierrot). Les opérations aéroportées britanniques et américaines se dérouleront lors des débarquements en Sicile et en Normandie et en Hollande lors de la grande opération aéroportée Operation Market Garden.

Une résistance armée très active se développe en Crète, qui, à son apogée, retient 50 000 soldats de l’Axe sur l’île. La résistance est restée active jusqu’à la libération en 1945.

Pertes

Les Allemands ont reconnu la perte de 6200 hommes : 3714 tués et 2494 blessés. Cependant, le cimetière de guerre près de Maleme compte déjà 4 500 tombes. Les soldats alliés affirment avoir enterré 900 Allemands à Rethimnon et 1 250 à Iraklion le cinquième jour : (La bataille de la crete vimy). Il est donc probable que les pertes allemandes aient été considérablement plus importantes qu’elles ne l’ont admis.

Winston Churchill a affirmé que les Allemands avaient perdu plus de 15 000 hommes et l’amiral Cunningham a estimé que les Allemands avaient perdu 22 000 hommes. Christopher Buckley, dans son livre « Greece and Crete 1941 », donne une estimation prudente de 16 800 hommes. Mais à l’inverse, il faut aussi envisager la possibilité qu’en exagérant les chiffres, les Britanniques aient tenté de présenter leur retraite comme une victoire.

Les Alliés auraient perdu 3 500 soldats : 1 751 tués et un nombre similaire de blessés. En outre, ils ont perdu 12 254 hommes du Commonwealth et 5 255 Grecs qui ont été faits prisonniers de guerre. La marine a subi 1828 tués et 183 blessés. Après la guerre, les tombes alliées ont été rassemblées dans le cimetière de guerre de Suda Bay.

Laisser un commentaire