La bataille de Moscou

Dès juillet 1941, les Russes savent que les Allemands vont percer leurs défenses et menacer Moscou. Le 3 juillet, le corps de Lénine est déplacé de Moscou à Tumen pour éviter sa capture ou sa destruction par les Allemands. La bataille de moscou. Un peu plus de deux semaines plus tard, le 22 juillet, 127 bombardiers allemands attaquent Moscou, endommageant même légèrement le Kremlin.

En réponse, les Moscovites ont reçu l’ordre de construire de fausses maisons sur le terrain du Kremlin et de peindre le toit du bâtiment pour qu’il se fonde dans le reste de la ville. La bataille de moscou 2. Des barricades sont également érigées dans les rues en prévision d’une attaque allemande : La bataille de moscou daniel costelle. Néanmoins, Moscou était fière, aidée par la machine de propagande de Iosif Staline.

Par exemple, le défilé du 7 novembre pour célébrer l’anniversaire de la révolution d’octobre, au cours duquel les soldats russes ont traversé la Place Rouge pour se rendre sur les champs de bataille à l’ouest.

Après une série d’attaques et de contre-attaques des deux côtés, les troupes allemandes commencent à montrer des signes de fatigue. Les remplacements sont lents à arriver, en partie à cause d’actions imprévues dans les Balkans et en Crète, tandis que l’hiver russe brutal se rapproche dangereusement.

Les Russes, quant à eux, ont reçu des renforts relativement frais de la part de Georgi Zhukov, nouvellement arrivé, et de ses troupes d’Extrême-Orient. L’incapacité des puissances de l’Axe à négocier une attaque conjointe contre la Russie a eu un impact significatif sur la capacité de l’Allemagne à faire tomber la Russie rapidement, mais Adolf Hitler était trop égoïste pour le voir.

Allez plus loin  La bataille de l'estuaire de l'Escaut

Après quelques jours de préparatifs dans la banlieue de Moscou, le 2 octobre 1941, Fedor von Bock dirige les troupes allemandes dans un assaut direct sur Moscou. Les avancées allemandes sont plus lentes que prévu en raison d’un automne pluvieux et, plus tard, d’un début d’hiver froid.

Alors que les véhicules allemands sont immobilisés, l’armée allemande continue d’avancer, mais le froid affecte fortement le moral et la capacité de combat des troupes. Le 15 novembre, une nouvelle poussée vers Moscou est lancée et, en deux semaines, les Allemands atteignent la borne de 27 km de Moscou, certains soldats affirmant avoir vu les tours du Kremlin.

Les conditions météorologiques ont également considérablement réduit la capacité allemande à approvisionner le contingent de Moscou par voie ferroviaire, même si le ministre Dorpmüller et les chemins de fer du Reich ont considérablement développé leurs opérations pendant la campagne : (La bataille de moscou documentaire). Les réservoirs d’eau des locomotives gelaient régulièrement dans des conditions inférieures à zéro, ce qui portait à plusieurs centaines le nombre de locomotives en panne à un moment donné.

En outre, les chemins de fer russes avaient un écartement différent, ce qui obligeait les ingénieurs allemands à poser à nouveau les voies avant que les locomotives allemandes puissent les utiliser. En décembre 1941, la situation des transports était si désespérée qu’une organisation spéciale de transport motorisé fut créée pour soulager un peu la pression : La bataille de moscou film. Malgré les résultats surhumains obtenus par les Allemands dans le domaine de la logistique, cela ne suffit pas.

Allez plus loin  La bataille du pont de Remagen

Les troupes allemandes de première ligne, y compris l’armée de l’air, avaient besoin de l’équivalent de 120 trains de ravitaillement par jour pour des opérations normales (c’est-à-dire sans compter le ravitaillement nécessaire pour monter des opérations majeures) ; seulement environ 100 trains de ravitaillement étaient livrés un jour normal. Pour aggraver la situation, les partisans russes sabotaient régulièrement les chemins de fer pour retarder encore les choses.

Depuis le début du mois de septembre, les Russes ont lancé des contre-offensives d’ampleur variable pour ralentir la progression de l’armée allemande. La bataille de moscou henri de turenne. Les contre-offensives ont été largement planifiées sous la direction de Joukov, un homme que Staline craignait comme une menace politique, mais sur lequel il comptait néanmoins beaucoup pour défendre sa capitale.

Le 5 décembre, Joukov a vu l’occasion de lancer une contre-offensive majeure, mais en même temps il savait qu’il ne pouvait plus prendre de risques ; les troupes allemandes étaient trop proches de Moscou pour son confort. Il a appelé ses troupes de Sibérie et d’Extrême-Orient, qui s’étaient reposées à proximité pour une telle contre-offensive.

Les chars T-34 et les lance-roquettes Katyusha ont ouvert la voie aux nouveaux soldats russes, dont certains ont revêtu le camouflage blanc hivernal qui est devenu un cauchemar pour les troupes allemandes en retraite. Le 7 janvier 1942, les lignes de front avaient été repoussées de 100 à 250 km. Les forces allemandes ne menaceront plus directement Moscou pendant le reste de la guerre.

Allez plus loin  Kurt Student

Le décompte final penche étonnamment du côté russe de la bataille : La bataille de moscou napoleon. La Russie a subi plus de 600 000 pertes, certaines estimations allant jusqu’à 700 000. La bataille de moscou partie 1. Pour leur part, les troupes allemandes ont subi un nombre inférieur de 250 000 pertes, mais l’élan allemand s’est arrêté alors que les Russes ont augmenté le leur. Pour les efforts déployés par les Moscovites pour défendre la capitale, Moscou a été honorée du titre de ville héroïque en 1965.

Laisser un commentaire