La bataille d’Anzio

Les forces alliées débarquent dans les régions méridionales de l’Italie continentale en septembre 1943, et la progression est lente par la suite, en grande partie à cause d’une campagne d’action retardée assez bien exécutée par les Allemands, ancrée par plusieurs lignes défensives préparées.

En décembre 1943, les Alliés ont atteint la ligne Gustav au sud de la capitale italienne, Rome, mais ne parviennent pas à la pénétrer. Pour accélérer l’avancée, Winston Churchill ordonne aux commandants britanniques de soumettre un plan pour un assaut amphibie de deux divisions sur Anzio, en Italie, derrière la ligne Gustav.

Au fur et à mesure de l’élaboration du plan, Agro Pontino, une zone de marais assainis près d’Anzio et Nettuno, a été choisie comme zone d’atterrissage. Le major général John Lucas a été choisi comme commandant de ce qui devait être appelé l’opération Shingle.

Lucas considère qu’il s’agit d’une entreprise extrêmement risquée ; il craint que la force assignée ne soit pas assez importante et estime que l’invasion « a un fort relent de Gallipoli ».

L’opération Shingle a débuté le 22 janvier 1944, débarquant 36 000 hommes et 3 200 véhicules à la fin de la journée. L’opposition a été minime le premier jour, et les pertes alliées ont été faibles ; les alliés ont subi 13 tués et 97 blessés, tandis que 200 Allemands ont été capturés.

La 1ère division d’infanterie britannique avait avancé de 3 km, la 3ème division d’infanterie américaine de 5 km, la 6615ème force de rangers américaine avait capturé le port d’Anzio et le 509ème bataillon d’infanterie parachutiste américain avait capturé Nettuno.

Ayant établi une tête de pont avec une relative facilité, plutôt que d’avancer vers Rome pour forcer les Allemands à détourner leurs forces de la ligne Gustav ou d’avancer vers la ligne Gustav elle-même pour rejoindre les forces alliées dans la région de Cassino, Lucas a choisi de rester sur place pour fortifier la tête de pont contre une éventuelle contre-attaque allemande.

Du côté allemand, le maréchal Albert Kesselring réagit rapidement. La bataille d’anzio. À 5 heures, il ordonne aux unités mobiles de la 4e division parachutiste allemande et de la division blindée Hermann Göring de se précipiter sur la zone pour couvrir les routes menant à Anzio, tandis qu’il demande à ses supérieurs en Allemagne de renforcer l’Italie avec des hommes provenant des zones arrière.

Allez plus loin  La bataille de la baie d'Heligoland

Plus tard dans la matinée, il ordonne aux généraux Eberhard von Mackensen de la 14e armée allemande et Heinrich von Vietinghoff de la 10e armée allemande d’envoyer leurs réserves pour renforcer la région d’Anzio. À la fin de la journée, il avait compris que les Alliés n’avaient pas l’intention de quitter la région rapidement.

Le 24 janvier, Kesselring avait rassemblé plus de 40 000 hommes dans la région. Quatre jours plus tard, il donne l’ordre d’attaquer dès que possible. Cependant, malgré le manque d’agressivité initial de Lucas, il sera le premier à attaquer, lançant une attaque à deux volets le 30 janvier.

La 3e division américaine avance vers Cisterna puis les collines d’Alban, tandis que la 1re division britannique avance vers Campoleone ; toutes deux n’atteindront pas leurs objectifs.

Dans la soirée du 3 février, l’offensive allemande a commencé par des attaques de sondage, suivies d’une attaque complète à 23 heures. Le lendemain, les lignes de front alliées commencent à faiblir près de Campoleone, et plusieurs unités sont encerclées par les troupes allemandes. Après plusieurs jours d’échanges d’artillerie lourde, à 21h00 le 7 février, les Allemands lancent une nouvelle série d’attaques.

Le 11 février, les Alliés lancent une contre-attaque, mais elle échoue, car les Allemands ont intercepté les communications radio et ont donc pu s’y préparer.

Le 16 février, les Allemands lancent l’opération Fischfang, rapprochant dangereusement les Alliés de la plage, mais une contre-attaque soigneusement programmée avec des forces maintenues en réserve permet de stopper l’avancée allemande le 20 février. Au cours de ces quatre jours seulement, les Alliés ont subi 3 500 pertes à Anzio et les Allemands 5 400.

Allez plus loin  La bataille de Rzhev

Le 22 février, Lucas, dont les performances avaient jusque-là déçu Harold Alexander et Mark Clark, est relevé et remplacé par Lucian Truscott. Bien que Truscott ait été chargé de lancer l’offensive totale que Lucas n’a pas réussi à réaliser, une telle attaque n’aura lieu que plusieurs semaines plus tard.

Pendant ce temps, les Allemands renforcent les lignes d’Anzio avec deux divisions italiennes combattant sous le drapeau SS ; de l’autre côté, les Alliés font intervenir la 34e division d’infanterie américaine, puis la 36e division d’infanterie américaine, et remplacent la 5e division d’infanterie britannique par la 56e division d’infanterie britannique.

À la mi-mai 1944, les forces alliées à la tête de pont d’Anzio atteignaient 150 000 hommes (deux divisions britanniques et cinq américaines). À 5 h 45 le 23 mai, 1 500 pièces d’artillerie alliées ont bombardé les lignes allemandes pendant 40 minutes, amorçant une nouvelle tentative des Alliés de briser la tête de pont d’Anzio.

L’assaut principal vers Campoleone, Velletri et Cisterna est mené par la 45e division d’infanterie américaine, la 1re division blindée américaine et la 3e division d’infanterie américaine, qui sont gardées par la 362e division d’infanterie et la 715e division d’infanterie allemandes ; le premier jour d’action est coûteux pour les deux camps, mais les 50 % de pertes subies par les deux divisions allemandes s’avèrent fatales.

Sur le flanc gauche de l’assaut principal, la 5e division et la 1re division britanniques avancent le long de la côte, immobilisant la 4e division parachutiste et la 65e division d’infanterie allemandes.

Le 25 mai, la 3e division américaine s’empare de Cisterna, anéantissant presque la 362e division d’infanterie dans le processus, et avance vers la brèche de Velletri près de Cori. Pendant ce temps, à Valmontone, la 1ère division blindée américaine se heurte à la division allemande Herman Göring.

En fin de journée, le 25 mai, Clark ordonne à Truscott de faire tourner la 1ère division blindée américaine vers le nord, en direction de Rome, ne laissant que la 3ème division d’infanterie américaine et les unités de soutien pour poursuivre l’attaque sur Valmontone ; Clark n’informera Alexander de cette manœuvre que le lendemain matin.

Allez plus loin  La bataille de Leningrad

Truscott était dubitatif quant à cet ordre, estimant que si on lui avait donné plus de temps, il aurait pu prendre Valmontone et infliger de lourdes pertes aux Allemands qui se défendaient, mais il allait obéir à ses nouveaux ordres.

Le 30 mai, après que sept divisions allemandes aient réussi à se retirer le long de la route 6 en Italie, Kesselring permet à ses troupes de la trouée de Velletri de se retirer lentement de cette zone. La bataille d’anzio film. Le même jour, la 36e division d’infanterie américaine commence à pénétrer dans la ligne C des Césars allemands, qui sera débordée le 2 juin.

Hitler ne voit aucune raison de s’accrocher à Rome, et l’exprime donc à Kesselring le 2 juin, qui est d’accord sans réserve, préférant déplacer ses forces survivantes pour renforcer les lignes défensives plus au nord.

Deux jours plus tard, les troupes américaines entrent dans la capitale italienne. Ce matin-là, Clark a immédiatement tenu une conférence de presse sur les marches de l’hôtel de ville du Capitole afin de se présenter comme un général victorieux, sous-estimant délibérément la participation britannique.

Laisser un commentaire