Gloster Gladiator

Les batailles entre le Fiat CR 42 italien et le Gloster Gladiator britannique ont mis fin à une ère de biplans qui avait commencé à l’aube de l’histoire de l’aviation.

À la fin de la Première Guerre mondiale, les pilotes, les concepteurs et les stratèges s’accordent à dire que la caractéristique la plus importante d’un avion de combat est sa manœuvrabilité.

Progressivement, cependant, ce concept a été renversé et la vitesse horizontale et ascendante a pris le dessus. C’est loin d’être évident dans les années 1930, alors que les premiers monoplans de combat s’imposent peu à peu et que la formule du biplan atteint ses limites.

Conçu en même temps que des avions tels que l’Hurricane, le Gladiator était obsolète avant même d’être né, mais pendant les deux premières années de la guerre, il a servi avec distinction dans les rangs de la RAF en Afrique, en Méditerranée et même sur le front occidental.

Allez plus loin  Douglas A-20 Havoc / Boston

Le Gladiator était un biplan monomoteur avec un train d’atterrissage fixe, un cockpit fermé et un moteur refroidi par air.

Principales variantes du Gloster Gladiator

  • SS 37 : prototype
  • Gladiator I : version à moteur Bristol Mercury IX de 840 ch à refroidissement par air, 378 construits, tous livrés entre 1937 et 1938.
  • Gladiator II : version à moteur Bristol Mercury VIIIA refroidi par air, 270 ont été construits, tous livrés entre 1938 et 1939.
  • Sea Gladiator Interim : version de chasseur monoplace pour la Royal Navy, équipée d’un crochet d’arrêt pour l’atterrissage sur les porte-avions, 38 ont été construits.
  • Sea Gladiator : version de chasseur monoplace pour la Royal Navy, équipée d’un crochet d’arrêt pour l’atterrissage sur les porte-avions et d’un canot de sauvetage gonflable, construit 60 fois.
  • J 8 : désignation utilisée par la Suède pour le Gladiator I
  • J 8A : désignation utilisée par la Suède pour le Gladiator II

Laisser un commentaire