Arthur Seyss-Inquart

Arthur Seyss-Inquart, né Artur Zajtich (Stannern, 22 juillet 1892 – Nuremberg, 16 octobre 1946), était un avocat autrichien et un homme politique nazi.

D’abord membre de l’aile « modérée » des nazis autrichiens, il se révèle ensuite, en tant que commissaire du Reich dans les Pays-Bas occupés, un extrémiste pur et dur.

Seyss-Inquart est l’un des 22 grands criminels de guerre jugés lors du procès de Nuremberg. Il a été reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité le 1er octobre 1946, et exécuté plus de deux semaines plus tard.

Biographie

Famille

Seyss est né dans l’ancienne ville germanophone de Stannern (aujourd’hui Stona?ov), dans le sud-ouest de la Moravie, une province de la double monarchie multiethnique d’Autriche-Hongrie, fils du professeur de langue classique Emíl Zajtich (plus tard Emil Seyß, plus tard Seyss-Inquart, né à Jaroslau, en Galice, en 1840 et mort à Vienne en 1920) et de son épouse Auguste Hyrenbach.

Son père était en partie d’origine tchèque, comme de nombreux germanophones de la région, et catholique romain de confession, tandis que sa mère, issue d’une famille majoritairement allemande, adhérait à la foi protestante luthérienne.

Seyss-Inquart était le sixième enfant ; ses frères et sœurs aînés étaient Hedwig, Richard (mort en 1941, docteur en pédagogie, directeur judiciaire de la prison pour mineurs de Vienne-Simmering jusqu’en 1939 et considéré comme un doux éducateur), Irène, Henriette et Robert.

En 1907, ses parents déménagent avec leur famille à Vienne. Dans la capitale autrichienne, le père Emil, sous l’influence des tendances libérales-nationalistes allemandes (voir Georg von Schönerer), a fait changer officiellement le nom tchèque Zajtich – qu’il avait déjà utilisé et écrit avant 1900 comme Seyß – en allemand Seyss-Inquart pour une somme d’argent considérable.

De cette façon, Seyss-Inquart senior a essayé de cacher ses racines slaves occidentales, bien qu’il les ait eues en commun avec beaucoup des principaux nationaux-socialistes de la Vienne multiculturelle.

En 1911, Arthur rencontre sa future compagne, Gertrud Maschka. Arthur seyss-inquart. Le couple se marie en 1916 et a trois enfants : Ingeborg Caroline Auguste (1917), Richard (1921) et Dorothea (1928).

Début de carrière

Etudes de droit. Il a passé son deuxième et dernier examen juridique d’État en 1917, à l’âge de 25 ans. Pendant la Première Guerre mondiale, il a combattu comme soldat dans l’armée austro-hongroise en Russie, en Roumanie et en Italie.

Il est revenu du front avec une grave blessure à l’une de ses jambes : Arthur seyss-inquart bijnaam. En conséquence, il boitait tout le temps (selon d’autres histoires, à cause d’une chute en alpinisme ou d’un accident de moto). Arthur seyss-inquart cause of death. Lorsque l’Autriche a changé vers la fin de la guerre, il a repris ses études de droit (qu’il avait déjà commencées avant la guerre) et est devenu avocat.

Dans les années 1920 et 1930, il a travaillé comme avocat. A partir de 1931, il rejoint les groupes nazis autrichiens : Arthur seyss-inquart death. En 1934, sa carrière politique débute lorsqu’il devient membre associé du cabinet d’Engelbert Dollfuss.

La même année, Seyss n’a participé que passivement à la tentative d’assassinat réussie des nazis contre le chancelier autrichien catholique et antinazi Dollfuss.

Cette tentative d’assassinat a été menée avec le soutien secret de l’Allemagne, alors que le dictateur italien Mussolini était encore hostile aux nazis à l’époque et voulait venir en aide à l’Autriche corporatiste en cas d’invasion allemande.

Anschluss

En 1938, sous l’énorme pression et la menace du dictateur allemand Adolf Hitler, il est nommé ministre de l’intérieur dans le cabinet autrichien de Kurt Schuschnigg.

Allez plus loin  Jella Lepman

La même année, il joue un rôle important dans le rattachement (dit Anschluss) de l’Autriche à l’Allemagne (dit solution de la grande Allemagne).

Sous la contrainte et la menace du gouvernement national-socialiste du Reich allemand, le président autrichien Wilhelm Miklas le nomme chancelier à la mi-mars 1938, après quoi il autorise l’entrée des troupes allemandes sans aucune opposition militaire. Seyss-Inquart n’a été chancelier que pendant quelques jours.

Peu après, Hitler le nomme gouverneur du Reich pour l’Autriche annexée (Ostmark), ce qu’il fait jusqu’à la fin avril 1939.

Le 1er mai 1939, le gouvernement autrichien est dissous. À la même date, Seyss-Inquart devient ministre du Reich sans portefeuille, poste qu’il occupe officiellement jusqu’à la fin de la guerre en 1945.

Adjoint au Gouverneur du Gouvernement Général

Plus tard, en 1939, après l’invasion de la Pologne, il devient également adjoint du gouverneur général Hans Frank du gouvernement général (la partie de la Pologne occupée par l’Allemagne nazie mais non annexée).

Commissaire du Reich aux Pays-Bas

En 1940, il devient Reichskommissar (officiellement Reichskommissar für die besetzten niederländischen Gebiete) des Pays-Bas occupés par les Allemands et est officiellement inauguré dans le Ridderzaal par des généraux de la Wehrmacht allemande et des officiers néerlandais et allemands.

Ce transfert de Vienne à La Haye a été considéré par beaucoup comme une rétrogradation. Seyss est connu au sein du parti national socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) comme étant trop modéré pour résoudre le « problème juif » à Vienne. La nomination a été ajoutée en tant que décret aux livres de droit néerlandais sous la rubrique « décret 1, article 6 ».

Dans un premier temps, il tente de rallier les Néerlandais au national-socialisme avec une main douce, notamment par des apparitions publiques, des règles strictes pour les soldats allemands et la mise en place d’initiatives d’amitié germano-néerlandaises.

Dès le début de l’occupation, il apparaît régulièrement dans les actualités de Polygoon, où il se présente comme un bienfaiteur et un ami des enfants. Le Polygoonjournaal servait principalement d’instrument pour faire connaître les activités d’institutions connexes, telles que le Nederlandse Opbouwdienst et Winterhulp Nederland, au public néerlandais du cinéma.

Il s’attendait probablement à ce que la plupart des Néerlandais acceptent sa « main tendue ». Mais cela ne s’est pas produit, et après la grève de février 1941, Seyss-Inquart – sous la pression des SS – a également fortement intensifié la répression allemande.

Au fur et à mesure que la guerre est perdue, il agit de manière plus dure et plus fanatique contre la résistance clandestine néerlandaise. À plusieurs reprises, il tente de retarder ou d’interdire les mesures de vengeance sévères de la SS, ce qui devient de plus en plus difficile en raison de l’influence de Himmler.

En décembre 1942, la rumeur se répand que sa fille a été enlevée par des résistants. Seyss-Inquart avait été prévenu que sa fille connaîtrait le même sort qu’un otage exécuté.

Des doutes ont été émis quant à la véracité de la rumeur, mais il est un fait que pas un seul otage n’a été exécuté au cours de ces mois. La rumeur était probablement fausse : (Arthur seyss-inquart height). Cependant, il s’agissait d’un plan concret. Le plan a été annulé à la demande d’autres groupes de résistance car les répercussions et le risque seraient trop importants.

Il est responsable de la déportation de plus de 100 000 Juifs vers des camps de concentration et d’extermination. Bien que connaissant la persécution des Juifs et les camps de travail (dont Westerbork), il a déclaré lors du procès de Nuremberg que, s’il avait été informé de l’existence de véritables camps d’extermination en Europe de l’Est, il aurait tout fait pour empêcher ces déportations.

Allez plus loin  Robert Capa

Avec Heinrich Himmler, il a tenté à plusieurs reprises de mettre un terme à la persécution des Juifs, arguant que cela ne faisait qu’engendrer des troubles inutiles pendant la guerre, dans la production de matériel et au sein de la population « aryenne ». En réalité, cependant, il n’a pas résisté à ses supérieurs.

Lorsque la grève des chemins de fer éclate en septembre 1944, Seyss, en représailles, interdit la navigation intérieure, ce qui paralyse l’approvisionnement de la Hollande. Seyss peut donc être tenu pour responsable de l’hiver de famine dans les Pays-Bas occidentaux, même si d’autres accusent l’appel à la grève du Premier ministre Gerbrandy.

Dans les derniers jours de la guerre, Seyss-Inquart est personnellement impliqué dans les négociations avec les Alliés concernant la livraison de nourriture aux principales villes des Pays-Bas occidentaux.

Lors d’une réunion à Achterveld le 30 avril 1945, Seyss-Inquart refuse de se rendre, sachant que la guerre est perdue. Ce refus provoque l’irritation du général américain Walter Bedell Smith, qui ajoute à Seyss-Inquart les mots : « Ils vous tireront dessus de toute façon », ce à quoi Seyss-Inquart répond « Je m’en fiche » : Arthur seyss-inquart netherlands. À cela, Bedell Smith a répondu : « Bien sûr qu’ils le feront ! »

Résidence

Pendant son séjour en Hollande, dans la première moitié de l’occupation, Seyss-Inquart a vécu dans le domaine de Clingendael à Wassenaar. Arthur seyss-inquart pronunciation. Il y a fait aplatir les pierres tombales des chiens de peur que les meurtriers ne se cachent derrière ces pierres.

Il a également fait construire le bunker de commandement entre Clingendael et le domaine d’Oosterbeek à La Haye, que l’on peut encore voir à côté de la caserne Juliana. Camouflé en ferme, ce bunker de 61 mètres sur 30 contenait, entre autres, le bureau de Seyss-Inquart.

Durant la seconde moitié de la guerre, il déménage avec son personnel à Apeldoorn, où il installe son bureau dans une villa au 554 Loolaan, après avoir fait construire dans le jardin un bunker de commandement souterrain de 35 mètres de long sur 13,25 mètres de large.

Il s’installe avec sa famille dans une villa confisquée dans la Parkstraat à Velp. Après le Dolle Dinsdag, il a déménagé avec sa famille, en raison des actes de guerre continus et croissants dans et autour de Velp, à Landgoed Spelderholt à Beekbergen, où c’était plus calme.

Nouveau centre gouvernemental

Dès 1942, Seyss-Inquart décide de faire d’Apeldoorn le nouveau centre du gouvernement, car il craint une invasion alliée depuis la côte. À partir de 1943, il y transfère les parties les plus importantes de son gouvernement, comme son bureau et son personnel ainsi que le SS- und Polizeigericht X (tribunal des SS et de la police) à Velp.

Ce n’est que lorsque les Alliés ont pénétré aux Pays-Bas par le sud que Rauter et son personnel ont déménagé à Apeldoorn dans la seconde moitié de septembre 1944. En outre, en 1943, la Cour suprême déménage à Nimègue et l’Ordnungspolizei (Grüne Polizei) à Arnhem, tandis que plusieurs départements s’installent dans les bâtiments du manoir d’Apeldoorn.

Tentative d’évasion et arrestation

Immédiatement après la capitulation des Allemands aux Pays-Bas, le 4 mai 1945, il part à bord d’un destroyer pour Hambourg : Arthur seyss-inquart quotes. Il y a été arrêté le 8 mai.

Son intention est de fuir vers la Norvège, encore occupée par l’Allemagne, mais lors de son interrogatoire au quartier général du commandant en chef canadien, le général Crerar, il déclare vouloir se mettre à la disposition du grand amiral Dönitz, qui, après le suicide d’Hitler le 30 avril 1945, est à la tête du gouvernement de Flensburg.

Allez plus loin  Indigènes / Days of glory

Lorsqu’il apparaît que les Allemands en Norvège ont également capitulé, il s’enfuit à Hambourg. Il est ramené en Hollande et détenu pendant plusieurs jours dans une tente de l’armée britannique sur un terrain de football à Delden, près de son ancienne résidence, le château de Twickel.

Il a ensuite été transféré pour détention provisoire dans le centre luxembourgeois portant le nom de code Ashcan, à Bad Mondorf, où sont détenus tous les suspects de crimes de guerre.

Le procès de Nuremberg

Seyss-Inquart a été placé sous juridiction internationale par les Alliés en raison de son rôle dans l’Anschluss et l’occupation de la Pologne, et a été l’un des 22 grands criminels de guerre jugés par le Tribunal militaire international de Nuremberg.

Le gouvernement néerlandais, qui n’était pas partie à Nuremberg, a pu présenter des points d’accusation au procureur français du tribunal. L’expert en droit international JHW Verzijl, l’ancien secrétaire général de la défense J. Woltman et Nico Posthumus de War Documentation ont rédigé un acte d’accusation.

Les charges générales contre les 22 accusés consistaient en trois catégories de crimes internationaux, comme suit :

  • Crimes contre la paix ;
  • Crimes de guerre (au sens propre) ;
  • Crimes contre l’humanité.

Trois charges spécifiques ont été retenues contre Seyss-Inquart :

Il avait favorisé l’Anschluss, l’incorporation plus ou moins forcée de l’Autriche au Reich allemand en 1938 ;

Il avait participé à une conspiration pour lancer des guerres d’agression ;

A ordonné (ou dirigé ou participé à) des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

Ces points couvrent trois des quatre types de crimes internationaux.

Le 1er octobre 1946, le tribunal a rendu son verdict : (Arthur seyß-inquart enkel). Seyss-Inquart a été acquitté de l’accusation de conspiration en vue de commettre ou de préparer des guerres d’agression, et déclaré coupable des deux autres chefs d’accusation généraux (crimes de guerre et crimes contre l’humanité).

Il est condamné à mort et la sentence est confirmée par le Conseil de contrôle allié. Dans la nuit du 15 au 16 octobre 1946, il est exécuté par pendaison, avec d’autres dirigeants nazis.

Ses derniers mots ont été : « J’espère que cette exécution sera le dernier acte de la tragédie de la Seconde Guerre mondiale et que la leçon tirée de cette guerre mondiale sera qu’il y aura la paix et la compréhension entre les différents peuples. Je crois en l’Allemagne.

Dans des lettres écrites juste avant sa mort à son confesseur paternel (Bruno Spitzl), le futur converti au catholicisme, Seyss-Inquart avait plus ou moins reconnu sa culpabilité, notamment en ce qui concerne ses actions contre les citoyens néerlandais et pour avoir autorisé la déportation de Juifs vers l’Europe de l’Est.

Ses cendres ont été dispersées dans la rivière Isar pour éviter que sa tombe ne devienne un lieu de rencontre pour les anciens nationaux-socialistes.

Laisser un commentaire