Les animaux dans le troisième Reich

Contrairement à la façon dont ils ont traité de nombreuses personnes, il est extrêmement curieux de constater à quel point les nazis étaient attachés à la protection des animaux, ce qu’ils ont démontré en adoptant une série de mesures à cette fin, révolutionnaires pour l’époque.

De nombreux dirigeants nazis, dont Adolf Hitler et Hermann Göring, étaient favorables à la protection des animaux, rompant avec la tendance qui prévalait jusqu’alors Il y avait plus d’un nazi écologiste et défenseur des droits des animaux.

Heinrich Himmlerpour ne citer qu’un exemple, était favorable à l’interdiction de la chasse : (Les animaux dans le coran). Göring, en revanche, était un ami des animaux bien connu et un défenseur de la nature (bien qu’il pratiquât la chasse, même s’il préconisait de la réglementer). Hitler aimait son petit chien (berger allemand) Blondi autant ou plus que le plus grand amateur de chiens.

Il convient de noter que les lois de protection des animaux actuellement en vigueur dans l’Allemagne démocratique sont des versions modifiées des lois introduites par l’Allemagne nazie.

Commençons par un peu d’histoire.À la fin du XIXe siècle, les principales préoccupations en matière de protection animale étaient l’abattage casher (abattage rituel du bétail selon les règles rabbiniques) et la vivisection animale. Ces préoccupations ont persisté au sein du mouvement national-socialiste.

En 1932, le parti nazi propose d’interdire la vivisection animale. Le 21 avril 1933, juste après l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler, le Reichstag commence à adopter des lois visant à réglementer l’abattage des animaux dans les abattoirs. Le 16 août 1933, sous les auspices de Hermann Göring, une interdiction totale de la vivisection animale est votée.

L’Allemagne est ainsi devenue la première nation à interdire cette pratique. Göring annonce cette mesure comme la fin des tortures et des souffrances insupportables pour les animaux victimes d’expériences et poursuit en disant que ceux qui pensent encore pouvoir continuer à traiter les animaux comme des objets inanimés seront envoyés dans des camps de concentration. Le 28 août 1933, Göring fait la déclaration suivante à la radio :

Allez plus loin  Raid aérien Kamikaze ou la terreur japonaise dans le ciel du Pacifique

L’interdiction totale et permanente de la vivisection n’est pas seulement une loi nécessaire à la protection des animaux et à la compassion pour leurs souffrances, mais c’est aussi une loi pour l’humanité elle-même […]. J’ai donc déclaré l’interdiction immédiate de la vivisection et l’ai approuvée comme pratique punissable en Prusse. Jusqu’à ce que la sanction soit prononcée, le coupable doit être interné dans un camp de concentration.

Le 24 novembre 1933, l’Allemagne nazie a promulgué une loi connue sous le nom de Reichstierschutzgesetz (loi sur la protection des animaux).

La loi contenait plusieurs interdictions concernant l’utilisation d’animaux, notamment la participation d’animaux à des tournages de films ou à des événements susceptibles de nuire à leur santé ou de les faire souffrir, ainsi que l’interdiction de gaver des oiseaux ou de viviser des grenouilles. Clemens Giese et Waldemar Kahler, responsables de la rédaction de cette loi, ont déclaré que par cette loi, les animaux étaient protégés pour leur propre bien, indépendamment de l’utilitarisme humain.

Le 23 février 1934, un décret du ministère prussien du commerce et de l’emploi est entré en vigueur. Il inclut dans le programme d’enseignement la diffusion de la loi sur la protection des animaux aux niveaux primaire, secondaire et universitaire.

Le 3 juillet 1934, le Reichsjagdgesetz (loi sur la chasse) entre en vigueur, imposant des restrictions à la chasse. Le 1er juillet 1935, la Reichsnaturschutzgesetzou loi sur la protection de la nature/ est adoptée.

Les médias internationaux ont rendu compte de ces lois pionnières. Par exemple, le prestigieux magazine culturel finlandais Kaltio a rapporté que l’Allemagne nazie était la première nation au monde à accorder une protection au loup.

Allez plus loin  La Maison de l'espoir

En 1934, le troisième Reich a organisé une conférence internationale à Berlin. Le 18 mars de la même année, une directive contre la déforestation et pour la protection des animaux dans la nature a été adoptée.

Le 9 septembre 1937, le ministère allemand de l’Intérieur a publié un décret spécifiant de nouvelles directives pour le transport des animaux.

En 1938, la protection des animaux a été acceptée comme une matière enseignée dans les écoles publiques et les universités allemandes.

Cependant, il faut dire que si de nombreuses lois ont été votées en faveur des animaux, il y avait un certain manque de rigueur dans leur application. En outre, certaines personnalités nazies considéraient la vivisection comme importante pour la recherche. En conséquence, les règlements originaux ont commencé à s’affaiblir.

La loi ambitieuse promulguée par Hermann Göring le 16 août 1933, interdisant la vivisection, ne parvient à survivre inchangée que trois semaines avant d’être modifiée par un décret le 5 septembre 1933, qui contient des dispositions plus souples et donne au ministère de l’intérieur le pouvoir de distribuer des permis à certaines universités et instituts de recherche pour qu’ils puissent procéder à des expériences sur les animaux. C’est ainsi qu’en 1936, la Chambre des vétérinaires de la ville de Darmstadt a déposé une plainte officielle contre le manque de zèle dans l’application de ces lois sur la protection des animaux.

Il faut aussi noter que cette défense nazie des animaux comporte des aspects controversés. br /Tout d’abord, les lois sur la protection des animaux ont parfois été utilisées comme un instrument de persécution des Juifs. Souvent, les lois contre la vivisection étaient utilisées comme prétexte pour persécuter les scientifiques juifs.

En 1940, un débat s’est engagé sur la question de savoir si les autorités devaient interdire la détention d’animaux de compagnie afin de réserver des réserves de nourriture pour la consommation humaine. Hitler lui-même a opposé son veto à cette proposition. Finalement, on a décrété l’interdiction de posséder des animaux de compagnie, mais seulement pour les non-aryens. Le 15 février 1942, il a été décrété qu’aucun juif ne pouvait avoir d’animaux domestiques à sa charge.

Allez plus loin  Le projet Manhattan

D’autre part, les nazis ont manipulé la population pour qu’elle partage une vision symbolique de la nature. Par exemple, en assimilant le parti national-socialiste à la nature, les nazis ont réduit les controverses éthiques à des questions purement biologiques ; en conséquence, les animaux prédateurs ont souvent été dépeints de manière positive comme leurs homologues humains. Les opposants, en revanche, étaient identifiés comme des animaux faibles. Aussi, cette essence animaliste se traduisait par la défense de postulats du darwinisme social qui finiraient par être très dangereux. Si vous avez aimé cet article, nous vous recommandons de lire Les héros animaux de la Seconde Guerre mondiale.

Laisser un commentaire