La Lance sacrée ou Lance de Longinus

La Lance sacrée (également connue sous le nom de Lance de Longinus, Lance de Saint-Maurice ou Lance du destin) est la plus ancienne pièce des regalia impériaux des rois et empereurs du Saint-Empire romain germanique.

On dit qu’il contient un morceau d’un clou de la croix du Christ (Holy Nail) : (La lance sacrée). Selon la légende, la lance a appartenu à Maurice, le chef de la légion thébaine, ou selon d’autres sources, au capitaine romain Longinus, qui l’a utilisée pour prouver la mort de Jésus, et serait donc également imprégnée de son sang sacré.

Pendant un certain temps, elle a été la pièce d’insigne la plus importante, remplacée ensuite par la couronne impériale. La pointe de la lance était conservée dans une cavité située dans la traverse de la croix impériale.

Un souverain qui possédait cette lance était considéré comme invincible. C’était le signe visible que son pouvoir émanait de Dieu et qu’il était le représentant du Christ.

Au moins trois autres lances ou leurs pointes ont été revendiquées comme la « véritable » Lance Sainte de l’époque du Christ. Déjà à l’époque de l’empereur Otto III, deux exemplaires de la lance, qui faisaient partie des insignes impériaux, ont été fabriqués et offerts en cadeau à des souverains amis.

La lance, ainsi que les autres insignes impériaux, ont été transportés de Nuremberg à Vienne pendant les campagnes napoléoniennes pour les protéger des griffes de Napoléon Bonaparte.

Adolf Hitler a fait apporter la lance à Nuremberg peu avant la Seconde Guerre mondiale : (Actrice la lance sacrée). Des soldats alliés l’ont trouvé dans un tunnel en 1945 et l’ont apporté à Vienne. Il est exposé au Trésor de la Hofburg à Vienne sous le numéro d’inventaire XIII, 19.

Signification de la Sainte Lance

Autres lances sacrées

Apparition

La Sainte Lance, dont il ne reste que la pointe, est une lance ailée de 50,7 cm de long. Le manche de la lance, qui était probablement en bois, est manquant. Une section ovale pointue de la lame de la lance a été découpée, mesurant 24 centimètres de long et une largeur maximale de 1,5 centimètre.

Une pièce de fer forgé de forme ornementale, également appelée épine (lat. spina), à laquelle manque l’extrémité inférieure cassée, y est fixée. Elle est maintenue en place par un quadruple fil d’argent, bien qu’il ne soit pas clair si elle était auparavant insérée plus fermement dans le dégagement d’une autre manière.

Cette pointe a été considérée comme le « clou sacré » pendant des siècles. Il ne peut en aucun cas s’agir d’un clou (croix). Cependant, dans deux des trois renfoncements en forme de croissant avec des épaississements de la cheville en forme de nœud, on trouve des croix en laiton incrustées, marquant peut-être des particules de clous en croix incrustées.

Aux endroits où la lame de la lance se rétrécit pour se confondre avec l’œillet, une courte lame d’acier supplémentaire a été ajoutée de chaque côté de la lance, avec des trous percés sur le côté intérieur pour la fixation à la lance.

Sur ces deux lames d’acier grossièrement rectangulaires, qui ont souvent été interprétées comme des lames de couteau, on trouve des entailles inhabituellement profondes, comme si elles avaient été causées par une lame tranchante lors d’une parade ou d’une contre-attaque.

Ces dommages se retrouvent en grand nombre sur les tranchants des pointes de lance provenant de pièces sacrificielles des périodes pré-romaine et romaine impériale.

Ces lames supplémentaires sont principalement maintenues et fixées par les lanières en cuir, largement dissimulées par les manchettes en métal précieux et le fil d’argent artistiquement tendu.

Comme la façon dont ils sont reliés à la partie principale de la lame de lance est très similaire à la tige de fer insérée ci-dessus, on a longtemps supposé que les deux ont été ajoutés au cours du même processus de travail, c’est-à-dire il y a environ 1000 ans.

La lame de la lance est cassée. Flynn carson et la lance sacrée. Il est possible qu’il ait été brisé lors du ciselage de la niche peu avant l’an 1000, car une réplique de cette pointe est également encastrée dans une copie simplifiée qui existe toujours et qui a été offerte à Cracovie par l’empereur Otto III.

La fracture est recouverte trois fois, d’abord d’une étroite bande de fer, puis d’une large plaque d’argent, et enfin d’une plaque d’or. Le bracelet en argent porte une inscription en latin sur une bande en or :

Le patron du brassard en argent est Henri IV, qui l’a fait fabriquer entre 1084 et 1105. Henri IV l’a fait enlever au roi Rudolf de Rheinfelden à la bataille de Flarchheim par le duc Vratislav, qui a combattu pour lui. Il ordonna que la lance soit dorénavant portée devant les ducs de Bohême lors des cérémonies.

Allez plus loin  10 faits sur Iosif Staline

Le brassard supérieur en or, que l’empereur Charles IV a fait fabriquer, porte l’inscription latine « +LANCEA ET CLAVUS DOMINI » (en anglais « +Lance et clou du Seigneur »).

Histoire

Origine

Des tests métallurgiques effectués à l’université de Leoben ont montré dès 1914 que la Sainte Lance ne pouvait avoir été fabriquée qu’au 8e siècle de notre ère, sur le modèle d’une lance carolingienne ailée.

Le jour de la Diète de Worms en 926, le roi Henri Ier acquiert la Sainte Lance du roi de Bourgogne Rudolf II, qui l’avait reçue du comte Samson en 922, en même temps que sa domination sur l’Italie, en échange de la pointe sud-ouest de l’est de la France (la ville de Bâle).

La légende veut qu’Henri Ier doive sa victoire sur la redoutable armée hongroise lors de la bataille de Riade à Unstrut en 933 uniquement à l’utilisation de la Sainte Lance.

La lance aurait également été utilisée lors de la bataille de Birten en 939, au cours de laquelle Otto Ier a vaincu ses adversaires au sein de l’empire, et lors de la bataille de Lechfeld en 955, au cours de laquelle les Hongrois ont été définitivement vaincus par le roi Otto Ier.

La lance aurait également été utilisée lors de la bataille de Riade sur la rivière Unstr : (La lance sacrée de jésus). Cependant, les dernières recherches menées par des scientifiques de l’université de Vienne n’ont pas révélé de marques de combat typiques sur la pointe de la lance.

D’autre part, la Sainte Lance a probablement été utilisée comme une lance de drapeau à ses débuts. Le fait que les quatre trous de rivets du nouvel anneau de fer de la hampe de la lance soient usés confirme l’utilisation initiale intensive de la lance, qui n’était pas destinée à être épargnée, et ce après l’an 1000, puisque cet anneau de hampe n’est pas encore présent dans la copie de Cracovie.

On dit que le port de la Sainte Lance pendant les campagnes militaires garantissait l’invincibilité du souverain. C’est pourquoi Otto III a fait porter la lance à la tête de l’armée lors de sa marche vers Rome en 996.

Otto III appréciait tellement la lance qu’en l’an 1000, il en offrit un exemplaire au duc de Pologne Boleslaw Ier lorsqu’il le nomma « socius et amicus » (en latin « allié et ami »). Boleslaw Ier a obtenu la royauté pour lui-même grâce à cette action. Otto III a toujours porté la lance sur lui, même lorsqu’il est mort en Italie à l’âge de 21 ans sans descendance directe.

Lorsque son corps fut ramené à Aix-la-Chapelle en 1002, accompagné de l’archevêque Herbert de Cologne, le futur empereur Henri II prit possession des regalia impériaux pour assurer sa succession au trône.

Cependant, la Sainte Lance ayant déjà été envoyée à l’avance, Henri II a également emprisonné le frère de l’archevêque Herbert, l’évêque de Würzburg, pour forcer la livraison de la Lance. Bernhard II ne confie la Sainte Lance à Henri II que lorsque ce dernier promet de respecter l’ancienne loi saxonne lors de l’élection partielle (pour le roi) de Merseburg en juillet 1002.

Description et réinterprétation en tant que Lance de Maurice

La première description complète de la lance se trouve vers 961 chez Liutprand de Crémone, un historien de l’époque d’Otton Ier. Il écrit sur l’apparition de la lance (traduction anglaise) :

La lance était différente des autres lances, d’un genre et d’une forme quelque peu nouveaux, car le fer a des ouvertures des deux côtés de la crête, et au lieu des courtes branches pointant vers les côtés, deux très beaux tranchants s’étendent jusqu’à la chute de la crête centrale… Et sur la tige, qu’il appelait autrefois la crête, il portait des croix faites avec les clous (qui ont été enfoncés dans les mains et les pieds de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ)…..

Les premiers historiens ottomans appelaient encore la lance simplement « lancea sacra ». Dans les siècles suivants, cependant, l’opinion s’est répandue qu’elle avait été portée par Saint Maurice, un légionnaire romain et martyr qui avait été exécuté à l’époque de l’empereur romain Maximien, beau-père de l’empereur Constantin.

Ainsi, une transmission de la lance par Constantin, selon la tradition, n’aurait pas été tout à fait improbable. La première preuve écrite de ce changement de sens se trouve dans une lettre écrite vers l’an 1000 par Bruno von Querfurt, qui ne parle cependant pas encore directement de la lance de Maurice.

Ce n’est qu’au milieu du 11e siècle que l’on retrouve la lance dans les sources écrites sous le nom de « lancea sancti Mauritii » : La lance sacrée film. Sous Henri III, la réinterprétation était déjà si dominante qu’il fit recouvrir la lance d’un brassard en argent avec une inscription de Maurice.

Allez plus loin  La presse du Troisième Reich

C’est ainsi que le culte de la lance et le culte de Maurice ont été étroitement associés. Au début du Moyen Âge, la lance de Maurice était considérée comme l’un des objets sacrés les plus puissants, car elle garantissait à son porteur l’invincibilité au combat.

Prague, Nuremberg et Vienne

L’empereur Charles IV de la Maison de Luxembourg redécouvre la Sainte Lance comme un symbole de pouvoir.

La couronne impériale étant détenue par ses adversaires de la Maison de Wittelsbach, Charles fait transporter la lance du monastère cistercien de Stams au Tyrol à sa résidence de Prague pour légitimer sa dignité impériale. Ce n’est qu’au début du XIIIe siècle qu’une lettre papale a transmis la légende selon laquelle la Sainte Lance était la même que celle utilisée par un légionnaire romain nommé Longinus pour vérifier la mort de Jésus sur la croix.

Auparavant, les éclats de clous incrustés dans la lance, censés provenir de la croix du Christ, avaient suffi à établir la réputation de la lance comme une relique importante.

Si, au début, seules les particules des clous étaient mentionnées, plus tard, l’épine au centre de la pointe de la lance a été appelée le clou de la croix du Seigneur. Il est possible que l’installation de cette pièce centrale ait été la cause de la rupture de la lance, ou peut-être s’est-elle produite lors de l’enlèvement du matériel pour les copies qu’Otton III avait réalisées.

Charles IV fait confirmer par le pape l’importance de la Sainte Lance en tant que double relique et instaure une fête en son honneur. Vers 1354, à l’occasion de la première célébration de la « Grande Fête de la Sainte Lance avec le Clou de la Croix », Charles IV fit renforcer la fracture par une autre manchette en or sur les deux premières, en fer et en argent, avec une inscription correspondante. Le mystère de la lance sacrée. Cette manchette contient une inscription identifiant la lance comme une double relique et mentionnant le clou de la croix de Jésus : LANCEA ET CLAVUS DOMINI – Lance et clou du Seigneur.

Les guerres hussites éclatent en Bohême sous l’empereur Sigismond. Le mystère de la lance sacrée film. Les insignes impériaux, et avec eux la Sainte Lance, ont été sortis du pays et donnés à la ville de Nuremberg par Sigismond en 1424 pour être conservés « éternellement ». La Sainte Lance attirait de grandes foules de pèlerins à Nuremberg pour sa vénération, notamment lors de la Grande Fête (Le mystère de la lance sacrée streaming). Ce n’est qu’avec la Réforme que l’importance de la lance en tant que relique a pris fin.

Au cours des guerres napoléoniennes, les redevances impériales sont à nouveau en danger. L’empereur François II craignait que Napoléon puisse revendiquer le titre d’empereur romano-germanique s’il entrait en possession des insignes impériaux. C’est pourquoi, en 1796, il les a fait transporter avec la Sainte Lance d’abord à Ratisbonne puis, en 1800, dans son trésor à la Hofburg de Vienne.

La Sainte Lance dans le Troisième Reich

Dans Mein Kampf, Hitler écrit, en référence à la séparation de l’histoire autrichienne et prussienne-allemande causée par la guerre allemande de 1866 : « Les insignes de l’ancienne gloire impériale conservés à Vienne semblent encore fonctionner comme un merveilleux gage magique d’une communauté éternelle ».

Après l’annexion de l’Autriche par le Reich allemand, les insignes impériaux ont été transférés de Vienne à Nuremberg en 1938. Il est certain qu’Hitler voulait rendre service aux politiciens locaux de la ville, qui étaient fermement liés au NSDAP par la tenue de congrès du parti dans les Reichsparteitagsgelände.

Ce n’est qu’à la fin du XXe siècle qu’ont émergé des théories selon lesquelles Hitler ne s’intéressait qu’à la Sainte Lance, qui lui conférait prétendument l’invincibilité et qu’il voulait utiliser comme une arme miraculeuse. Cette thèse remonte apparemment au livre de Trevor Ravenscroft, The Spear of Destiny (1973) (il convient toutefois de noter qu’une lance n’est pas une lance).

Un autre argument contre ces théories est que la lance, ainsi que les autres insignes de l’Empire romano-germanique, se trouvaient encore à Nuremberg à la fin de la guerre, où ils ont été trouvés par des soldats américains. En 1946, les regalia impériaux ont été rendus par les États-Unis au Trésor de Vienne comme butin du « Troisième Reich ». La Sainte Lance y est toujours exposée.

La rumeur selon laquelle la lance est arrivée aux États-Unis dans la foulée et qu’un seul exemplaire était exposé au Trésor s’est également révélée fausse. Les rayons X et d’autres tests matériels non destructifs effectués par l’Institut de recherche interdisciplinaire en archéologie de l’université de Vienne ces dernières années ont prouvé qu’il s’agit bien de la lance vieille de 1 200 ans souvent décrite.

Allez plus loin  La route de l'Allemagne vers la Seconde Guerre mondiale

Indépendamment de toutes les rumeurs, il convient de noter que les études médiévales sur le « Troisième Reich » ont mené un débat intense sur la lance en tant qu’insigne de la domination ottomane, notamment entre les mains d’Henri Ier et d’Otton Ier.

Depuis le XIXe siècle, les deux premiers Ottomans sont généralement considérés comme les précurseurs de l’impérialisme dirigé vers l’Orient et sont tenus en estime particulière à partir de 1933.

Des historiens de renom proches de la SS ont pris part au débat. Albert Brackmann, par exemple, a fait référence à plusieurs reprises à la lance comme étant une relique de Maurice dans les mains d’Otto, pour qui Maurice, qui était vénéré à Magdebourg, était considéré comme le « saint patron de l’Allemagne de l’Est ».

Dans une conférence sur le « problème de la continuité germanique » lors de l’Historikertag 1937 à Erfurt, Otto Höfler, qui a participé à l' »Ahnenerbe » et enseigné aux universités de Munich et de Kiel, a identifié à tort la lance comme la « lance sacrée de Wotan », qui, en tant que lance impériale, n’avait été aliénée que par les Romano-Chrétiens.

Au début des années 1940, Brackmann est rejoint dans la discussion par le médiéviste Hans-Walter Klewitz, Josef Otto Plassmann, grand admirateur de Heinrich au sein de l’état-major personnel de Heinrich Himmler, et Alfred Thoss, écrivain nazi et membre des Waffen-SS, dans une nouvelle édition (1943) de sa monographie de 1936 sur Heinrich.

Signification de la Sainte Lance

L’ère de la Réforme et des Lumières a également démystifié la Sainte Lance et l’a ainsi dépouillée de son contenu symbolique, qui constitue sa véritable valeur. De ce fait, il a reçu relativement peu d’attention par rapport aux autres insignes impériaux. Cela peut également s’expliquer par le fait que les autres parties du costume impérial ne présentent un intérêt que pour l’or, les pierres précieuses et les émaux.

Autres lances sacrées

Lorsque les croisés ont été assiégés par une armée musulmane dans la ville d’Antioche, qu’ils avaient conquise en 1098 lors de la première croisade, la découverte inattendue par Pierre Bartholomé de la « Sainte Lance d’Antioche » les a tellement motivés que les quelque 20 000 croisés sont sortis et ont vaincu les assiégeants, qui les dépassaient de plus de 200 000 hommes.

Arnulf de Chocques doute encore de l’authenticité de la Sainte Lance d’Antioche pendant la Croisade. Peter Bartholomew s’est porté volontaire pour subir une épreuve du feu en avril 1099. Comme il n’a survécu que gravement blessé (vraisemblablement) et qu’il est mort quelques jours plus tard, la lance a ensuite été considérée comme un faux par la plupart des croisés. Le mystère de la lance sacrée streaming vf. On ignore où se trouve la Sainte Lance d’Antioche.

L’apôtre Thaddée aurait apporté en Arménie une lance qui a été utilisée pour établir la mort du Christ sur le Golgotha. Elle était conservée dans le monastère de Geghard (40 kilomètres au sud-est d’Erevan), fondé au IVe siècle. C’est ainsi que le monastère a reçu son nom actuel vers 1250 : Geghardavank (« Monastère de la Sainte Lance »). Aujourd’hui encore, Geghard est l’un des plus importants lieux de pèlerinage pour les chrétiens arméniens. Le mystère de la lance sacrée télécharger. Là, la relique est conservée dans le musée de la cathédrale d’Echmiadzin.

Le roi Louis IX de France (1214-1270), qui a mené deux croisades, a apporté de nombreuses reliques à Paris, dont la couronne d’épines, qu’il a fait construire à la Sainte-Chapelle pour la conserver, et la pointe d’une lance, qui aurait appartenu au capitaine romain Longinus.

En 1492, le sultan Bajazeth II a offert au pape Innocent VIII une « lance de Longinus » qui était entrée en sa possession après la conquête de Constantinople en 1453 et dont la pointe extérieure brisée serait la relique apportée à Paris par Louis IX. Cette lance papale se trouve dans la basilique Saint-Pierre de Rome. L’extrémité avant du fer de lance de la Sainte-Chapelle a été perdue pendant la Révolution française.

L’empereur Otto III a fait réaliser deux exemplaires de la Sainte Lance avec l’insigne impérial. Il les a donnés aux princes de Pologne et de Hongrie. On ne sait pas quelle proportion du matériel original de la Sainte Lance a été incorporée dans les copies. La lance polonaise se trouve dans le trésor de la cathédrale de Wawel à Cracovie.

Laisser un commentaire