Le massacre de Nanjing

Le massacre de Nanjing, également connu sous le nom de viol de Nanjing, est un épisode de meurtres et de viols de masse commis par les troupes japonaises dans la ville chinoise de Nanjing pendant la deuxième guerre sino-japonaise, à l’approche de la Seconde Guerre mondiale ;

Le massacre s’est déroulé sur une période de six semaines à partir du 13 décembre 1937, jour où les Japonais ont pris Nanjing, la capitale chinoise de l’époque. Durant cette période, des dizaines de milliers (voire des centaines de milliers) de civils et de combattants non armés chinois ont été tués par les soldats de l’armée impériale japonaise.

Les viols et les pillages étaient également à l’ordre du jour. Le massacre de nankin. Plusieurs des principaux auteurs de ces atrocités, qualifiés de criminels de guerre, ont été jugés et condamnés après la Seconde Guerre mondiale par le Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient et par le Tribunal des crimes de guerre de Nanjing : ils ont finalement été exécutés.

L’un des principaux responsables, le prince Asaka, membre de la famille impériale japonaise, a échappé aux poursuites car il bénéficiait de l’immunité qui lui avait été accordée précédemment par les Alliés.

Le nombre de personnes tuées au cours de ce massacre ne peut être estimé avec précision car la plupart des archives militaires japonaises concernant ces massacres ont été délibérément détruites ou gardées secrètes après la capitulation du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale en 1945.

Le Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient a estimé en 1948 que plus de 200 000 Chinois avaient péri dans le massacre de Nanjing. Selon les estimations officielles chinoises, le nombre de morts pourrait atteindre 300 000. Le nombre de morts a fait l’objet de controverses, certains estimant qu’il ne s’agit que de 40 000. En tout cas, l’ampleur de la barbarie était terrifiante.

Le massacre de Nanjing reste une question politique controversée, car plusieurs de ses aspects ont été contestés par certains révisionnistes historiques et nationalistes japonais, qui affirment que les atrocités ont été exagérées ou inventées à des fins de propagande.

En raison des efforts déployés par les nationalistes japonais pour nier ou rationaliser les crimes de guerre, la controverse entourant le massacre reste une pierre d’achoppement dans les relations entre la Chine et le Japon, et sape également les relations du Japon avec d’autres nations du Pacifique telles que la Corée du Sud et les Philippines.

La négation du massacre est ainsi devenue un point important du nationalisme japonais. Le massacre de nankin 1937 entre mémoire oubli et négation. Au Japon, l’opinion publique sur le massacre varie, bien que peu de gens nient son existence. Cependant, les tentatives récurrentes des négationnistes de promouvoir une version révisionniste de l’incident ont créé une controverse qui se répercute périodiquement sur la diplomatie moderne.

La route de Nanjing…

Le 7 juillet 1937, l’armée impériale japonaise commence l’exécution des stratégies pour la conquête de Nankin. Début août 1937, la marine impériale japonaise se positionne sur la côte et déclenche des tirs de canon successifs contre la côte chinoise, amorçant le débarquement de l’armée japonaise commandée par le maréchal Kotohito Kan’in.

Allez plus loin  Les prisonniers de guerre allemands

Les troupes japonaises débarquent régulièrement sur le territoire chinois jusqu’à la fin du mois d’août 1937. 9 unités d’infanterie et 2 unités d’artillerie sont structurées sur la côte chinoise, en direction de la ville de Shanghai, qui subit de lourds bombardements aériens. Sur un seul front, ils conquièrent les environs de Shanghai à la fin du mois d’octobre 1937, entamant la bataille finale pour la conquête de Shanghai, qui culminera après quatre mois de combats.

Shanghai est finalement conquise à la fin du mois de novembre 1937. À cette époque, l’armée impériale japonaise commence à s’organiser en deux fronts : un au nord et un au sud de Nanjing. Divisées en deux compagnies, les troupes japonaises sont à 300 km de Nanjing.

L’armée et les civils chinois se retirent vers la capitale, Nanjing, après la défaite brutale de Shanghai. Ils ont adopté la tactique consistant à détruire les ressources et les structures (dans le style de la « terre brûlée » soviétique) qui pourraient aider les Japonais à se restructurer pour reprendre des forces et marcher vers Nanjing.

L’armée chinoise structure un nouveau front divisé en trois compagnies, la première au nord, la deuxième au sud et la troisième à l’est de Nanjing, militairement inférieures à l’armée impériale japonaise. Avec un soutien terrestre à la structure précaire, les combats ont commencé à 300 kilomètres de Nanjing.

La troisième compagnie à l’est de Nankin commence son combat contre l’armée impériale japonaise en attaquant la compagnie au nord, commandée par le général Matsui, avec six unités d’infanterie et une unité d’artillerie.

La compagnie à l’est est vaincue par la compagnie nord de l’armée impériale japonaise, qui marche en direction de sa position au nord de Nankin. Militairement supérieure à la compagnie sud, elle ouvre deux fronts au nord de Nanjing contre la première compagnie de l’armée chinoise au nord.

La deuxième compagnie au sud engage le combat contre la compagnie de l’armée impériale japonaise commandée par le général Yanagawa Heisuke. Les deux entreprises chinoises sont vaincues et obligées de se retirer dans la ville de Nanjing, pour tenter d’ouvrir une nouvelle résistance.

La troisième compagnie commandée par le général Nakajima Kesago, ainsi que les deux autres, attaquent la zone autour des murs de la ville de Nanjing à l’est le 5 décembre 1937, commençant une bataille qui durera jusqu’à la prise de la ville le 13 décembre 1937.

Le général Tang Shengzhi, à la tête des troupes chinoises, se voit confier la lourde tâche de défendre Nanjing. Ses troupes ont déjà subi de lourdes pertes contre les Japonais à Shanghai, qui a été détruite par l’armée impériale japonaise et a été le témoin de la brutalité japonaise contre la population civile.

L’armée chinoise, commandée par le général Tang Shenzhi, est isolée dans la ville de Nanjing. Le général Chen Cheng et le chef militaro-politique Chiang Kai-shek planifient conjointement un retrait des troupes d’élite, affirmant qu’elles seraient inutilement liquidées par les Japonais.

Allez plus loin  731ème Escadron

Le général Tang Shengzhi déclare publiquement qu’il tiendra le front contre les troupes de l’armée japonaise et qu’il mourra dans la ville de Nanjing, accompagné de son armée et des civils. Il décide alors de recruter 100 000 nouveaux soldats dans la ville, même si beaucoup d’entre eux n’ont aucune expérience ou formation militaire : ils seront de la chair à canon. Le général Tang Shengzhi était isolé dans la ville sans soutien terrestre ou aérien, ses troupes étaient sans communication et ses ressources de guerre subissaient des pertes constantes, entraînant d’innombrables désertions et la panique parmi la population civile.

Le chef militaro-politique Chiang Kai-shek et le général Chen Cheng décident finalement de se retirer de la ville de Nanjing avec les troupes d’élite, comme ils l’avaient prévu, sous les bombardements incessants de l’aviation impériale japonaise.

La ville de Nanjing était constamment bombardée par des avions et encerclée par des unités d’infanterie et d’artillerie japonaises. Le moment venu, le lieutenant général du prince Asaka Yasuhiko ordonne l’assaut final sur la ville de Nanjing.

Toutes les unités d’infanterie de l’armée impériale japonaise attaquent simultanément la ville de Nanjing, liquidant l’armée et les civils chinois sur l’ordre du prince lieutenant général Asaka Yasuhiko, qui avait exigé que tous les prisonniers de guerre soient tués sans pitié. Hommes, femmes et enfants ont été brutalement assassinés pendant et après l’offensive japonaise.

Le terrible massacre

Le 13 décembre 1937, le lieutenant général Asaka Yasuhiko a ordonné à l’armée interjaponaise de prendre d’assaut la ville de Nanjing, avec neuf unités d’infanterie, avec l’ordre d’exécuter tous les prisonniers de guerre capturés.

Les troupes japonaises ont pris d’assaut la ville de Nanjing avec une furie meurtrière : les rues se sont retrouvées jonchées de civils mourants, aux côtés de soldats chinois qui battaient en retraite de manière désorganisée. Les civils et les soldats chinois sont eux-mêmes abattus dans les rues par les soldats japonais, qui cherchent à neutraliser complètement la résistance civile et militaire.

Les Japonais ont pris le contrôle total de la ville de Nanjing dans les heures qui ont suivi le début de l’assaut et ont commencé « l’organisation », c’est-à-dire le meurtre des prisonniers de guerre, des militaires et des civils de manière furieuse, organisée et meurtrière.

Les militaires chinois qui ont réussi à survivre à l’assaut japonais ont été identifiés parmi les civils et séparés. Tous les soldats chinois capturés ont été torturés, fusillés ou décapités : il y a eu un véritable carnage humain. Mais les civils n’ont pas échappé à la colère des Japonais après l’assaut sur Nanjing : hommes, femmes et enfants ont été brutalement assassinés sans pitié, avant de passer à l’organisation civile de la ville occupée. Après le massacre initial, les civils ont été séparés par âge et par sexe.

Des milliers de civils ont également été abattus après l’organisation civile. Par exemple, plusieurs centaines de personnes (femmes, hommes et adolescents) ont été emmenées dans une carrière où se trouvait un énorme cratère. Les soldats japonais ont forcé les civils chinois à s’entasser autour du cratère et, quelques minutes plus tard, les ont encerclés, munis de mitrailleuses et de fusils. Ils ont alors ouvert le feu sur eux.

Allez plus loin  Le génocide des gitans

Les soldats japonais, commandés par le général Iwane Matsui à partir de décembre 1937, ont commis l’une des plus grandes atrocités de l’histoire contemporaine : ce que l’on appelle le Viol de Nanjing (cliquez ici si vous voulez en savoir plus sur les viols pendant la Seconde Guerre mondiale). La guerre menée par l’Empire du Soleil Levant a parfois pris des allures sadiques.

Avec la prise de Nanjing, le massacre devient une discipline sportive et une forme de divertissement : les soldats japonais rivalisent, par exemple, de rapidité et d’efficacité pour décapiter les prisonniers. La déshumanisation de l’ennemi a atteint une dimension dramatique lorsque les vivisections ont été pratiquées sur des civils et des soldats chinois au lieu d’utiliser des animaux : (Le massacre de nankin film). Les prisonniers étaient également utilisés comme cibles vivantes pour les soldats japonais lors d’exercices d’assaut à la baïonnette.

La déshumanisation a également touché les femmes et les adolescents. Les soldats japonais les recherchaient dans les maisons et les rues, ainsi que dans les temples, pour commettre des viols collectifs et individuels.

Les atrocités de Nanjing ont continué jusqu’en février 1938. Aujourd’hui, le gouvernement japonais nie de nombreux faits et récits dans les documents officiels chinois. La plupart des informations sur ce triste épisode de la période précédant la Seconde Guerre mondiale, qui sont librement accessibles au public, sont fournies par des ONG et d’autres institutions non gouvernementales qui diffusent du matériel photographique et des documents officiels.

Entre 150 000 et 300 000 personnes ont été exécutées dans les conditions les plus atroces (femmes violées, hommes torturés, enfants enterrés vivants). La ville a été saccagée et brûlée. Le massacre de Nanjing a été le seul crime de guerre à être traité séparément lors des procès du tribunal de Tokyo après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le général Iwane Matsui a été condamné à mort pour n’avoir pas su empêcher le carnage commis par les troupes sous son commandement.

Laisser un commentaire