Danzig

La Ville libre de Dantzig (en allemand : Freie Stadt Danzig) était un État sous la supervision de la Société des Nations qui a existé de 1920 à 1939.

Dantzig (en polonais : Gdansk) appartenait au Royaume de Prusse depuis la deuxième partition de la Pologne (1793). De 1807 à 1814, en tant que ville libre, elle a été un État vassal de Napoléon. Le Congrès de Vienne a rendu Dantzig à la Prusse en 1814, faisant d’elle la capitale de la province de Prusse occidentale (1829-1878 Prusse). À partir de 1871, la ville et l’ensemble de la Prusse font partie du nouvel Empire allemand.

Après la défaite allemande lors de la Première Guerre mondiale, l’Allemagne a dû céder la quasi-totalité de la Prusse occidentale en vertu du traité de Versailles. La majeure partie de la ville appartenait à la Pologne, mais avec l’entrée en vigueur du traité le 11 août 1920, Dantzig est devenue une ville libre sous la supervision de la Société des Nations.

La France souhaite que la ville soit transférée à la Pologne nouvellement fondée, mais elle n’est pas soutenue en cela par les États-Unis et la Grande-Bretagne. La quasi-totalité de la population de la ville, dont 95 % est germanophone, a protesté contre la séparation de l’État allemand.

La ville libre de Dantzig bordait la province allemande de Prusse orientale (Prusse) à l’est, mais était comme elle coupée du reste de l’Allemagne par le corridor polonais. La Pologne s’est vu accorder le droit de libre transit dans et hors du port de Dantzig.

Les chemins de fer étaient également sous contrôle polonais. Une force de police polonaise garantit ces droits polonais et un dépôt de munitions est installé à Westerplatte (un dock dans le port) pour l’armement.

Allez plus loin  Witold Pilecki

La ville libre de Dantzig n’avait pas de chef d’État officiel. La plus haute autorité était le président du Sénat. Outre le président, le Sénat était composé d’un vice-président et de 20 sénateurs. Le président du Sénat était responsable devant le Volkstag (Parlement).

En outre, la Société des Nations nomme un haut commissaire (Hochkommissar), qui décide principalement des conflits avec la Pologne. Depuis 1922, la cité-État dispose d’une constitution calquée sur celle de la République de Weimar. Sur le plan de la politique internationale, Dantzig est représentée par la Pologne, avec laquelle elle entretient également une union douanière depuis 1922.

Dans les années 1920, Danzig était le centre de l’émigration juive vers les pays d’outre-mer : entre 1920 et 1925, 60 000 Juifs ont émigré par la ville. Elle a également été un bastion précoce du national-socialisme et de l’irrédentisme de la Prusse occidentale.

Le NSDAP de Danzig devient le deuxième parti le plus important dès 1930 et dispose d’une majorité absolue (54%) au Volkstag à partir de 1933, mais pas des 2/3 nécessaires pour modifier la constitution.

Cependant, les nazis empêchent les partis d’opposition de participer à la politique et, en 1936, ils contrôlent l’ensemble du gouvernement. Toutefois, en raison des craintes de l’opinion publique internationale, il a fallu attendre encore trois ans avant que les lois raciales antisémites de Nuremberg de septembre 1935 ne soient également introduites dans la ville libre de Dantzig, avec quelques affaiblissements.

À Danzig, l’appel à rejoindre l’Allemagne hitlérienne est de plus en plus fort. Le 23 août 1939, Albert Forster, le Gauleiter, est proclamé chef de l’État. La réunification avec l’Allemagne commence une semaine plus tard par des provocations militaires : le bombardement du dépôt de munitions polonais de Westerplatte par la Kriegsmarine et le bombardement des bureaux polonais de la ville par la Luftwaffe.

Allez plus loin  La guerre aérienne et maritime pendant la Seconde Guerre mondiale

La résistance armée des Polonais est brisée et les fonctionnaires polonais sont internés. La ville a ensuite été annexée au Troisième Reich, puis la Wehrmacht a envahi la Pologne en 1939, ce qui a déclenché la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne et la France devant remplir leurs obligations envers la Pologne en vertu du traité.

Après la conquête de la Pologne et la réannexion par l’Allemagne des provinces cédées en 1919, la ville est redevenue la capitale de la Prusse occidentale, l’ancienne province qui, sous le nom de Reichsgau Westpreussen, était placée sous l’autorité du Gauleiter Albert Forster.

Population

En 1919, la région comptait environ 357 000 habitants. Plus de 95% d’entre eux étaient germanophones. À la périphérie de la ville, il y avait quelques villages, en partie polonophones. Un tiers de la population était catholique, et un autre tiers descendait des Polonais et des Kashubians qui avaient migré de la campagne environnante vers la ville au 19e siècle, où ils avaient été partiellement ou totalement éclipsés en quelques générations.

Les habitants qui souhaitaient s’appeler Polonais ne représentaient qu’un faible pourcentage. Les deux tiers de la population étaient luthériens et, bien sûr, allemands. La petite communauté juive de la ville libre de Dantzig a vu son nombre augmenter considérablement après que la répression antisémite de 1933 ait contraint de nombreux Juifs allemands à fuir le Troisième Reich.

Ils y sont restés temporairement, car une branche locale du NSDAP a rapidement pris le pouvoir dans la ville indépendante et libre de Danzig également. Parmi les Juifs de Danzig, moins d’un dixième est resté dans la ville. Ces 600 personnes sont déportées vers des ghettos (Riga, Minsk) ou vers le camp de concentration de Stutthof, établi à quelques kilomètres de la ville.

Allez plus loin  Dates clés du Troisième Reich (1933-1939)

Peu de gens ont survécu à la guerre ici. À la fin de l’année 1944, les armées soviétiques ont approché la ville, qui a été en grande partie détruite par des bombardements intensifs. La population fuit vers l’ouest par le rail ou à pied, ou tente de s’enfuir en bateau à travers la mer Baltique.

Un quart d’entre eux n’ont pas survécu à l’évasion, notamment 8 800 personnes à bord du Gustloff, qui est mort en mer après avoir été coulé par une torpille soviétique. Une nouvelle population s’installe dans la ville, principalement en provenance de Wilna, aujourd’hui Vilnius, qui a finalement été séparée de la Pologne par l’Union soviétique en 1945 en tant que nouvelle capitale de la République soviétique de Lituanie.

La ville libre de Dantzig était composée de (certaines parties des) districts de Prusse occidentale (ajoutés avec des noms polonais après 1919 et 1945 respectivement) : Berent (Westpr.) (Koscierzina), Danzig-Stadt, Danziger Höhe, Danziger Niederung, Dirschau (Tczew), Elbing (Elbl?g), Karthaus (Kartuzy), Marienburg (Westpr.) (Malbork) et Neustadt i. Westpr. (Wejherowo).

La ville de Dantzig a ainsi perdu son ancienne indépendance en tant que ville-municipalité, mais d’un autre côté, sa zone administrative, étendue à une ville libre, a été considérablement élargie et a acquis une quasi-souveraineté sur elle.

Les relations extérieures devaient être réglées en accord avec la Pologne. Cependant, le conseil municipal a maintenu les liens avec l’Allemagne et les a étendus autant que possible, entre autres en n’imposant aucune restriction à l’émigration et à l’immigration et en accordant ainsi la citoyenneté aux deux parties.

Laisser un commentaire