Paragraphe 175

Paragraphe 175: (Paragraphe 175)Récit éclairant, éloquent, déchirant et, parfois, étonnamment humoristique de l’histoire inédite de la persécution des homosexuels par les nazis dans le Troisième Reich.

« Paragraphe 175 » bénéficie grandement de l’utilisation de précieux films d’archives, de photographies de famille bien conservées, de ses images vivantes de la culture gay et lesbienne qui a prospéré à l’époque de la République de Weimar, après la Première Guerre mondiale, et de la narration sensible et discrète des événements historiques par l’acteur britannique Rupert Everett.

Il tire son titre d’une partie du code pénal allemand promulgué en 1871 : (Paragraphe 175). Il s’agissait d’une obscure loi allemande interdisant l’homosexualité, mais elle n’a jamais été appliquée avant l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933.

Le code pénal stipule : « Un acte sexuel contre nature commis entre personnes de sexe masculin ou par des humains avec des animaux est passible d’une peine d’emprisonnement ; la perte des droits civils peut également être imposée.

Les lesbiennes étant considérées comme « guérissables » et les femmes étant considérées par les nazis comme des réceptacles de la maternité (l’augmentation de la population allemande était l’une de leurs principales priorités), elles étaient donc exemptes d’arrestations massives.

Bien que deux lesbiennes aient été envoyées dans des camps de concentration. Certains ont choisi l’exil, d’autres ont épousé des homosexuels. Une femme, Annette Eick, qui a eu la chance de s’échapper en Angleterre, raconte son histoire dans le film.

Les réalisateurs oscarisés Rob Epstein et Jeffrey Friedman (« The Celluloid Closet »/ »The Times of Harvey Milk »/ »Common Threads : Stories from the Quilt ») poursuivent leur mission d’exploration de l’homophobie du XXe siècle avec ce récit éclairant, éloquent, déchirant et, parfois, étonnamment humoristique de l’histoire inédite de la persécution des homosexuels par les nazis dans le Troisième Reich.

Allez plus loin  Le dernier obstacle

L’idée du paragraphe 175 est née de la rencontre de Rob Epstein et Jeffrey Friedman avec l’historien Klaus Muller, directeur de projet du musée commémoratif de l’Holocauste à Washington, D.C. ; Muller avait fait des recherches sur la persécution des homosexuels sous le Troisième Reich.

Dans le film, il devient l’intervieweur en Allemagne. Le documentaire s’articule autour des récits émouvants et choquants de six survivants des camps de concentration, âgés et pour la plupart fragiles.

Il semble que seuls dix de ces survivants soient encore en vie, après avoir refoulé leur histoire et gardé le silence pendant plus de 50 ans, encouragés par une société qui ne voulait rien savoir du passé.

Gad Beck est le résistant juif homosexuel qui s’est fait passer pour un membre des Jeunesses hitlériennes pour sauver son amant d’un camp de transfert de la Gestapo, dans un effort finalement vain ; Albrecht Becker est le photographe arrêté et emprisonné pour homosexualité, qui, à sa libération, s’est engagé dans l’armée en raison du manque d’hommes dans sa ville natale et qui « voulait être avec des hommes ».

Heinz F. a été libéré d’une peine à Dachau pour être à nouveau interné à Buchenwald. Heinz Dörmer se souvient avoir entendu une « forêt chantante » inoubliable : l’agonie d’hommes homosexuels soumis à la torture par les nazis.

Allez plus loin  Les canons de Navarone

Pierre Seel, un Français emprisonné en Alsace, s’effondre après avoir raconté comment il a été violé et soumis à des tortures inhumaines. Ces hommes donnent un visage humain à la persécution des homosexuels et vous font vous intéresser à eux en tant qu’êtres humains en partageant leurs images troublantes et leur résilience face à une telle cruauté.

Le triangle rose, devenu un symbole gay universel, était utilisé par les nazis pour identifier les homosexuels, tout comme les étoiles d’or étaient utilisées pour les Juifs, les triangles rouges pour les prisonniers politiques, les triangles bruns pour les gitans, etc.

Entre 1933 et 1945, environ 100 000 hommes ont été arrêtés pour homosexualité, environ la moitié d’entre eux ont été condamnés à la prison et entre 10 000 et 15 000 ont été envoyés dans des camps de concentration.

Les camps étaient utilisés pour la rééducation, le travail forcé, la castration et les expériences médicales sadiques. On pense que seuls 4 000 d’entre eux ont survécu à cette épreuve.

Mais leur calvaire ne s’est pas terminé après la guerre, car de nombreux survivants ont été soumis à des persécutions continues, certains d’entre eux étant même à nouveau emprisonnés.

Le paragraphe 175 est resté une loi en vigueur jusqu’à son abrogation en 1969 et les condamnations d’homosexuels se sont poursuivies en Allemagne de l’Ouest jusqu’à cette date.

Allez plus loin  Les homosexuels, victimes du triangle rose

Les procès de Nuremberg de 1946 n’ont jamais inclus de poursuites pour persécution des homosexuels, et l’enquête sur l’Holocauste l’a ignoré, et aujourd’hui encore, le gouvernement allemand ne reconnaît pas les homosexuels comme des victimes du nazisme.

C’est une raison suffisante pour remercier les réalisateurs d’avoir attiré l’attention du monde sur ce problème et de raconter les histoires personnelles choquantes avant que le dernier survivant ne meure, car il est impératif que l’histoire enregistre ces événements horribles dans toute leur laideur et sans aucune dissimulation.

« Paragraphe 175 » a remporté le grand prix du jury pour la réalisation au festival du film de Sundance, le prix de l’Association internationale des critiques de cinéma au festival international du film de Berlin et le prix du public au festival international du film lesbien et gay de San Francisco.

Laisser un commentaire