Le Pianiste

Mettre Le Pianiste dans le même sac que toutes les autres histoires d’Holocauste portées à l’écran ne rend pas service à ce film puissant et fascinant.

Réalisé sans la moindre trace de mélodrame, ce film jette un regard sans concession sur le sort des Juifs de Varsovie pendant les années d’occupation de la Pologne par les nazis (Le pianiste). Pour le réalisateur Roman Polanski, il s’agit de son film le plus efficace depuis près de trois décennies. Depuis Chinatown en 1974, Polanski n’avait pas atteint de tels sommets dramatiques.

En quoi The Pianist est-il différent d’un drame « normal » sur l’Holocauste (si tant est que cela existe) ? Pour commencer, il n’y a pas de scènes de camp de concentration.

Au lieu de nous emmener dans les profondeurs d’Auschwitz, le film nous laisse dans les rues de Varsovie, où la vie et la mort étaient une perspective aussi incertaine que dans les camps. En outre, Polanski n’hésite pas à montrer les horreurs nues perpétrées par les nazis contre les Juifs.

Il n’y a aucune tentative d’édulcorer cette pilule amère : nous voyons de fréquents coups de feu à la tête, des tortures et les effets de la famine. Le ton et le style du film sont proches de ceux d’un documentaire : Polanski observe d’un point de vue détaché, détaillant les atrocités sans manipuler son public.

Allez plus loin  Wunderland

Le résultat est sombre et choquant, et peut bouleverser même les spectateurs les plus sensibles. Et nous ne sommes pas épargnés par la vue des piles de cadavres, qui étaient aussi évidentes dans le ghetto juif de Varsovie que dans les camps d’extermination.

The Pianist commence à Varsovie en 1939, peu après la défaite de la Pologne face à l’Allemagne. Le protagoniste du film est le célèbre pianiste juif Wladyslaw Szpilman (Adrien Brody), qui, avec sa famille, est contraint d’assister à l’aggravation des restrictions imposées aux Juifs.

Dans un premier temps, il est interdit aux Juifs de manger dans certains établissements, de se promener dans les parcs publics ou de s’asseoir sur les bancs publics. Bientôt, ils devront porter des brassards distinctifs, saluer les nazis qui passent dans la rue et marcher dans les caniveaux.

Finalement, tous les Juifs de Varsovie (environ 500 000) sont déplacés dans un ghetto, où des familles entières sont entassées dans de petites pièces individuelles. Lorsque les nazis commencent à mettre en œuvre leur « solution finale », la plupart des Juifs de Varsovie sont envoyés dans des camps de concentration pour être exterminés.

Seuls ceux qui sont capables de travailler sont autorisés à rester. Wladyslaw est séparé de sa famille en ce moment. Il reste en tant que membre de la main-d’œuvre, tandis que sa famille est emmenée dans un wagon à bestiaux. Finalement, avec l’aide de la résistance, Wladyslaw s’échappe et se cache, où il combat la faim, la maladie et le froid jusqu’à l’arrivée des Soviétiques.

Allez plus loin  Le dernier obstacle

Le seul acteur à bénéficier d’un temps de présence significatif à l’écran est Adrien Brody, dont l’interprétation énergique du personnage principal est l’une des meilleures performances masculines de l’année.

Brody commence le film comme un juif cultivé et intelligent, mais, au moment où le film entre dans son dernier acte, il ressemble à un homme des cavernes. Son discours s’est réduit à des grognements, ses cheveux hirsutes et son aspect décharné rappellent les images de ceux qui sont morts dans les camps d’extermination pas si lointains, et son objectif de survie est devenu deux choses : chasser pour se nourrir et fuir les prédateurs (les nazis).

Le fait de reconnaître que Le Pianiste est une histoire vraie ajoute une autre couche à son impact (même s’il est vrai que la plupart des films sur l’Holocauste sont basés sur des incidents réels). Cependant, c’est la maîtrise de Polanski qui rend ce film inoubliable.

Bien que Le Pianiste ait une narration forte et claire, le réalisateur utilise la musique et les images pour graver le combat de Wladyslaw dans notre mémoire. Quiconque a vu ce film n’oubliera pas l’image obsédante du protagoniste boitant dans les rues de Varsovie en ruines et bombardées, avec des bâtiments tordus et à moitié détruits le long des rues et aucun signe de vie.

Allez plus loin  Unbroken

Le « concert » improvisé qu’il donne pour un officier nazi, le capitaine Wilm Hosenfeld (Thomas Kretschmann), est tout aussi remarquable, car la musique transforme (ne serait-ce que pour un instant) Wladyslaw, à l’allure bestiale, en un magicien de la musique. Le film se termine sur une note douce-amère parfaite : la vie et l’espoir sont revenus, mais aucun aspect de l’avenir ne sera épargné par le passé.

Avec Le Pianiste, Roman Polanski nous a non seulement donné le film le plus récent à rappeler aux générations futures ce qui s’est passé sous le régime d’Hitler, mais il nous a également donné l’espoir que sa propre carrière, après de nombreuses impasses, puisse enfin revenir à la normale.

Laisser un commentaire