Le jour viendra

Bien que commercialisé comme une histoire d’amour, The Day Will Come porte davantage sur le deuil et le rétablissement que sur la romance. En fait, la relation illicite du film est une affaire froide et sans passion qui génère autant de chaleur qu’une braise mourante dans une tempête de neige.

Malgré leurs références impressionnantes, Kiera Knightley et le beau Alexander Skarsgard (qui est superbe en cardigan pour couper du bois) sont aussi mal assortis que n’importe quel autre couple récent à l’écran.

Les deux acteurs offrent des performances solides.. : Le jour viendra. sauf quand la chimie sexuelle est intentionnelle : Le jour viendra caussimon. Ils sont capables de transmettre la douleur et la tristesse, mais pas la joie ou le désir.

La base historique de The Day Will Come est intéressante. Le jour viendra citation. De nombreux films ont été réalisés sur l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, mais peu se sont intéressés aux mois difficiles qui ont suivi le jour de la Victoire en Europe.

Le réalisateur James Kent (qui a déjà réalisé l’émouvante histoire de la Première Guerre mondiale, Testament of Youth) nous entraîne dans une réplique méticuleusement recréée d’un Hambourg bombardé durant les derniers mois de 1945.

Six mois après qu’Adolf Hitler se soit suicidé dans son bunker et que l’Allemagne ait capitulé, la ville est en ruine, avec des corps brûlés gisant encore dans les décombres enterrés, des pénuries alimentaires qui laissent la population survivre avec 900 calories par jour, et un sentiment croissant d’agitation sociale.

Des hommes en colère utilisant le symbole « 88 » (pour représenter « Heil Hitler ! ») lancent une campagne de terreur contre les occupants britanniques, poussant les soldats à leurs limites et créant un baril de poudre.

Allez plus loin  Le garçon au pyjama rayé

Lewis Morgan (Jason Clarke) est un officier britannique chargé d’aider à la reconstruction de Hambourg. Le jour viendra ou le peuple vaincra. Pour ce faire, il demande un logement et se voit attribuer un manoir appartenant à l’architecte Stephen Lubert (Skarsgard) : (Le jour viendra ou le peuple vaincra twitter). Une fois qu’il a trouvé un logement, Lewis invite sa femme, Rachael (Kiera Knightely), à le rejoindre.

Bien qu’elle ne soit pas heureuse de devoir vivre en Allemagne, elle fait le voyage car elle ne veut pas être séparée de lui. Cependant, le fait de vivre dans la même maison et dans la même ville ne garantit pas qu’ils auront du temps à passer ensemble : Lewis est constamment sur le qui-vive et se préoccupe davantage des crises occasionnelles que d’aider sa femme à s’installer.

Stephen et sa fille adolescente, Freda (Flora Theimann), sont autorisés à rester dans leur maison, mais ils doivent déménager au premier étage de la maison, laissant le rez-de-chaussée disponible pour l’usage exclusif des Morgan.

En raison de cet arrangement, Stephen est plus souvent présent que Lewis et entame une liaison avec Rachael, qui se sent seule. Les tragédies du passé créent un sentiment de parenté et ils commencent à se demander si un avenir ensemble est possible compte tenu de toutes les barrières qui existent.

Les quatre protagonistes de The Day to Come ont tous subi des pertes dévastatrices face à « l’ennemi » pendant la guerre. Le fils de 11 ans de Rachael et Lewis a été tué par des bombes allemandes lors de la bataille de Londres et la femme de Stephen a été tuée lors du bombardement britannique de Hambourg.

Allez plus loin  Le Pianiste

Le film montre efficacement comment les personnages gèrent leur chagrin. Dans le cas de Rachael, il est enfermé et enterré profondément, montrant des aperçus à travers les fissures jusqu’à ce que la pression devienne trop forte pour qu’il reste contenu.

Lewis survit sans affronter pleinement le trou dans sa vie, remplissant le vide par un travail acharné et des distractions : Le jour viendra où dans ma propre chair. La perte de Stephen est différente, mais non moins profonde, et il a trouvé un moyen d’avancer en s’occupant de sa fille : (Le jour viendra où le seigneur dieu de l’univers). De son côté, la colère de Freda l’amène à prendre des décisions irréfléchies et peu judicieuses.

Dans un effort pour ajouter un élément de « thriller » à l’histoire, les scénaristes incorporent une sous-intrigue sur un groupe de terroristes « 88 » déterminés à assassiner Lewis.

Cet aspect de la narration (en particulier l’absurde scène finale dans laquelle plusieurs personnages sont réunis dans des circonstances invraisemblables) semble sortir d’un film de série B. Il est indigne des éléments plus sérieux du film. La fin, qui se voulait peut-être douce-amère, est appropriée : Le jour viendra zoufris maracas. Il aurait certainement eu plus de poids si la romance avait été pleinement animée.

Le jour viendra est superbe ; il offre une vision crédible de ce que l’on voit rarement au cinéma : la dévastation causée par les Alliés dans leur quête pour renverser Hitler. Le coût humain du conflit donne à réfléchir.

Allez plus loin  Les douze sur la potence

La performance de Kiera Knightley est solide lorsqu’elle joue la mère éplorée, mais elle ne parvient jamais à habiter le rôle de la maîtresse. Même la supposée scène de sexe avec Skarsgard semble plus clinique qu’érotique.

La performance la plus émouvante est sans doute celle de Jason Clarke, dont le Lewis cocufié semble authentique tout du long.

The Day Will Come donne l’impression d’une production qui, à l’exception de la seule scène de sexe, aurait pu être réalisée il y a un demi-siècle, à l’époque où les films de ce type faisaient fureur, remportant des prix et remplissant les grands palais du cinéma du milieu du XXe siècle.

The Day Will Come aspire à être une romance épique, mais il lui manque les qualités nécessaires pour s’élever. Il s’agit plutôt d’une curiosité pour les amateurs d’histoire et ceux qui aiment les mélodrames du milieu de la période.

Laisser un commentaire