Négation de l’Holocauste

Le déni de l’Holocauste est l’affirmation selon laquelle le génocide perpétré par l’Allemagne nazie avec l’aide de ses alliés dans l’Europe occupée pendant la Seconde Guerre mondiale n’a jamais existé.

Comme pour les autres théories du complot, le négationnisme prend diverses formes, de ceux qui prétendent que la réalité a été exagérée à ceux qui sont convaincus que tout cela est une fraude, une manipulation orchestrée et une conspiration sioniste. En général, les revendications qu’ils épousent sont les suivantes :

1. La solution finale n’était pas le génocide du peuple juif mais consistait en l’expulsion des Juifs du Troisième Reich.

2,6 millions est une exagération grossière du nombre de victimes.

3. Les témoignages obtenus lors des procès de Nuremberg l’ont été sous la torture.

4. Les Juifs ont orchestré toute cette mascarade pour gagner la sympathie du monde.

5. Les chambres à gaz utilisées par les nazis étaient en fait des installations destinées à vermifuger les détenus, préservant ainsi la santé des camps, ou bien elles ont été construites par les Soviétiques après la Seconde Guerre mondiale.

6. Le bilan officiel des décès d’autres groupes, comme les homosexuels ou les gitans, est également exagéré.

Le mouvement négationniste.

Presque tous les négateurs de l’Holocauste appartiennent ou sont affiliés à l’un des quatre groupes suivants :

1. les suprémacistes blancs et les sympathisants d’extrême droite, y compris, mais sans s’y limiter, les membres du mouvement néo-nazi.

2. Les activistes radicaux pro-palestiniens, y compris les militants islamistes et les politiciens tels que Mahmoud Ahmadinejad, qui s’opposent à l’existence même de l’État d’Israël.

3. Des antisémites.

4. Les adeptes fanatiques des théories du complot (Illuminati, francs-maçons, reptiliens et autres canulars propagés sur Internet sans aucune base scientifique crédible), qui défendent des positions déjà réfutées ou tout simplement absurdes (par exemple, le Protocole des Sages de Sion, les lettres du maçon occulte Albert Pike, etc.)

Objectifs et techniques des négateurs de l’Holocauste

1. faire en sorte que le national-socialisme redevienne une alternative politique acceptable.

2. Remettre en question la décision des Nations unies d’accorder des territoires palestiniens aux Juifs en 1948, et nier le droit du peuple juif à avoir son propre État sur le territoire israélien (il convient de noter à ce stade que l’on peut être en désaccord avec l’État d’Israël dans sa gestion du conflit avec les Palestiniens, mais pas nier l’Holocauste).

3. l’utilisation de l’histoire d’un Holocauste « falsifié, orchestré et manipulé » dans le cadre de théories de conspiration antisémites.

Lois contre la négation de l’Holocauste

La négation des crimes contre l’humanité est interdite dans treize pays européens et en Israël. Aux Pays-Bas, les tribunaux ont statué que le déni de l’Holocauste constitue un discours de haine et est donc implicitement illégal. Les négationnistes se plaignent souvent que la liberté d’expression soit restreinte et vont jusqu’à prétendre que cette législation fait partie du complot. Avec ces affirmations, ils démontrent, au mieux, une grande ignorance, puisque :

a) Ces lois sont beaucoup plus récentes que le mouvement négationniste lui-même. La plupart d’entre eux ont été appelés sous les drapeaux à la fin des années 1980 ou dans les années 1990, pour contrer la montée du suprémacisme blanc dans une génération européenne qui n’avait pas connu les ravages de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la majeure partie de la période d’après-guerre (plus de 40 ans), le déni de l’Holocauste était parfaitement légal dans tous les pays du monde.

b) La plupart des législations existantes interdisent la négation de tout crime contre l’humanité, ne se limitant pas exclusivement aux atrocités commises par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, mais couvrant aussi, explicitement ou implicitement, tous les crimes perpétrés par les régimes communistes et d’autres crimes souvent mis en avant par les négationnistes. Il n’y a qu’en Roumanie que la loi se limite à la négation de l’Holocauste. La loi israélienne est la seule dans laquelle le mot « Juifs » est inclus.

c) Les négationnistes de l’Holocauste disent souvent que ces lois sont le produit de la toute-puissante influence juive. Il est donc plutôt étrange que le déni de l’Holocauste soit légal aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Russie, des pays qui ont des populations juives assez importantes. Il convient également de noter qu’elle est illégale en Pologne, en Roumanie et en Lituanie, où ne vivent pratiquement plus aucun juif aujourd’hui (la raison pour laquelle il y a si peu de juifs dans des pays qui comptaient autrefois une importante population juive devrait être laissée pour une autre fois).

Réfutation du négationnisme à partir de preuves historiques.

Les négateurs de l’Holocauste utilisent souvent le sophisme du « pistolet fumant », exigeant, par exemple, un ordre écrit d’Adolf Hitler énonçant en détail l’extermination des Juifs, ou un rapport d’autopsie montrant que des prisonniers juifs ont été gazés. Ils oublient, en l’occurrence, qu’au crépuscule de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement nazi a tenté en masse de dissimuler et de détruire toute trace du génocide, allant jusqu’à raser des bâtiments et brûler un grand nombre de documents. Heureusement, beaucoup ont été épargnés.

Voici quelques éléments de preuve qui démantèlent le courant négationniste :

La vérité est que, au grand dam des négationnistes, de nombreux documents ont été sauvés qui prouvent l’implication totale du gouvernement nazi dans l’Holocauste. Oui, de nombreux négateurs estiment que, puisque l’Holocauste n’a jamais eu lieu, toute preuve de son existence serait un faux créé par les méchants Juifs, dans le cadre de leur plan diabolique de conspiration sioniste internationale. Il est vrai que certains documents nazis ont été prouvés comme étant des faux, tels que les journaux d’Hitler. Cependant, les données (juste un petit échantillon) ci-dessous ont été authentifiées par des experts médico-légaux ou acceptées comme authentiques par des négationnistes célèbres tels que David Irving.

Allez plus loin  Le massacre de Katyn

Déclarations d’Adolf Hitler

En 1922, Hitler a déclaré à un journaliste ce qui suit :

À une autre occasion, Adolf Hitler, lors de son discours au Reichstag le 30 janvier 1939, a précisé ses intentions avec la déclaration suivante, qui sera utilisée dans le documentaire de propagande de 1940 « Der Ewige Jude » (Le Juif éternel).

…si le judaïsme financier international en Europe et hors d’Europe réussit à précipiter les peuples dans une nouvelle guerre mondiale, le résultat ne sera pas la bolchevisation de la terre et la victoire du judaïsme, mais l’extermination de la race juive en Europe.

Bien que ce ne soit pas le sujet de cet article, il convient également de noter le fatras idéologique d’Adolf Hitler qui a mélangé capitalisme et bolchevisme comme étant exactement la même chose.

2. Les journaux de Goebbels

Les nombreuses entrées du journal intime du ministre nazi de la Propagande, Joseph Goebbels, contiennent plusieurs références au génocide des Juifs en cours pendant la Seconde Guerre mondiale. Étant donné que d’éminents négationnistes tels que David Irving ont un accès total à tous les documents qui composent le journal et qu’ils l’utilisent comme base de leur travail, nous présumons qu’ils acceptent les affirmations qui y sont faites comme valides.

3. Le rapport Jäger

Un rapport rédigé en décembre 1941 par le commandant SS Karl Jäger donne un compte rendu détaillé du meurtre de 137 346 personnes dans les États baltes. Les descriptions verbatim de ce document ne sont pas courantes chez les nazis, qui aimaient beaucoup utiliser des euphémismes pour désigner les meurtres de masse.

4. La conférence de Wannsee

En 1942, le contenu d’une conférence tenue le 20 janvier 1942 a été consigné par écrit. Comme pour la plupart des documents nazis, les procès-verbaux contiennent des euphémismes plutôt que des ordres littéraux de tuer des Juifs. Néanmoins, Adolf Eichmann n’hésite pas à fournir des données sur l’estimation de la population juive d’Europe, la chiffrant à 11 millions, un chiffre cohérent avec les données académiques disponibles.

La conférence a fait référence à une « solution finale du problème juif ». Eichmann lui-même a admis plus tard lors de son procès que le ton utilisé lors des réunions était beaucoup plus direct, utilisant des termes tels que annihilationet extermination. Les négationnistes affirment souvent qu’ils voulaient dire « réinstallation » et non « génocide », mais Eichmann lui-même a affirmé après la Seconde Guerre mondiale que Reinhard Heydrich avait ordonné la suppression de toute allusion explicite à la terrible S extermination finale.

5. Le télégramme de Höfle

Envoyé le 11 janvier 1943. Découverte en 2000. Détaille le nombre détaillé de juifs assassinés pendant l’Opération Reinhard (génocide des juifs polonais).

6. « Sonderbehandlung » et autres euphémismes.

Comme mentionné ci-dessus, les exécutions de masse ont rarement été décrites littéralement, à l’exception du rapport Jäger. Les documents officiels nazis jouent avec l’utilisation d’euphémismes, dont le plus célèbre est le terme Sonderbehandlung(traitement spécial).

Les révisionnistes affirment souvent que ce mot désigne la désinfection et le déparasitage des détenus que les nazis amenaient dans les camps. Cependant, le termeSonderbehandlungétait largement utilisé pour signifier tuer, ce qui est confirmé par les documents de la police à partir de 1939 et par les rapports de l’Aktion T4(programme nazi d’euthanasie semi-secrète) dans lesquels le terme était utilisé et dans lesquels le résultat était toujours la mort. Adolf Eichmann lui-même a témoigné que Sunderbehandlungétait synonyme de mise à mort.

7. Témoignages

Tout d’abord, appliquons la logique du rasoir d’Ockham (tant détesté par les amateurs de conspirations invraisemblables) : des dizaines de milliers de personnes d’horizons divers (communistes antisémites, juifs orthodoxes, homosexuels avoués, gitans, etc.) accepteraient-elles de témoigner de quelque chose de totalement inventé ? Des groupes qui se détestaient dans de nombreux cas ? Prétendre le contraire défie toute logique et toute raison, purement et simplement.

Exemples de personnes qui ont témoigné de la véracité de l’Holocauste :

(a) Prisonniers des camps de concentration (Juifs, Polonais, Tziganes, homosexuels, témoins de Jéhovah, communistes, prêtres, etc.)

b) Sonderkommandos (prisonniers recrutés pour éliminer les restes humains).

(c) Kapos (prisonniers qui servaient de surveillants de caserne en échange de privilèges).

(d) Les cheminots, les fonctionnaires, les commandants, les soldats et les civils présents à proximité des camps.

(e) Soldats alliés de différents pays.

f) Membres de missions d’aide humanitaire de différents pays.

g) Témoignages de soldats allemands recueillis par divers historiens.

h) la population civile allemande qui a été contrainte d’assister aux atrocités commises dans les camps après leur libération.

Nous souhaitons mettre l’accent sur les gardiens et les officiers qui ont témoigné de l’Holocauste. Après la Seconde Guerre mondiale, beaucoup ont été jugés et certains ont avoué ou témoigné sur les meurtres de masse. Certes, les révisionnistes les plus récalcitrants prétendront que les témoignages ont été obtenus sous la torture. Nous pouvons admettre que certains nazis ont été maltraités pendant l’occupation alliée.

Mais Comment expliquer alors que pas un seul vétéran allemand n’ait témoigné de l’Holocauste des décennies après la fin de l’occupation alliée ?Certains vivaient à l’ouest du rideau de fer, d’autres à l’est, d’autres encore en exil hors d’Europe. La plupart d’entre eux ont vécu en liberté pendant de nombreuses années. Pourquoi aucun d’entre eux n’a témoigné en faveur du point de vue négationniste ? Pas pendant les procès, pas anonymement, pas dans une interview avec l’un des « universitaires révisionnistes », pas dans leurs livres, leurs sites web, pas même sur leur lit de mort, pas même dans des testaments posthumes, jamais.

Allez plus loin  Zyklon B

Les nazis jugés ont eu la possibilité de s’exprimer au cours de leur procès ou de dire quelques derniers mots avant d’être exécutés. Comment est-il possible que chacun de ces milliers de gardes et d’officiers « innocents » ait gardé le silence ? Pourquoi certains d’entre eux ont-ils avoué leur culpabilité et ne se sont pas rétractés après avoir recouvré leur liberté ? Ça fait réfléchir, n’est-ce pas ?

Passons maintenant à la question de la démographie de l’Holocauste, car c’est souvent l’une des questions que les négationnistes tentent d’utiliser pour soutenir leurs affirmations. Ceux qui nient la réalité de l’Holocauste se cachent derrière le fait que le nombre total de morts est nettement inférieur à 6 millions, un chiffre qui est pleinement accepté dans le monde universitaire. Sur la base des recensements, il y avait 6 millions de Juifs de plus en Europe au début de 1942 (lorsque la solution finale a été mise en œuvre) qu’après la capitulation nazie en 1945.

Dans le procès-verbal de la conférence de Wannsee de 1942, le chiffre de 11 millions de Juifs en Europe est enregistré, dont 6 millions dans les territoires contrôlés par les nazis (le Troisième Reich était à son apogée en 1942). Il est donc logique de se poser la question suivante : Où sont passés tous ces Juifs disparus ?Nous allons maintenant énumérer les prétendues explications qui justifieraient les positions négationnistes :

1. Les Juifs seraient morts à cause des attaques alliées sur les camps.

Supposons que les Alliés aient bombardé plusieurs camps de concentration, en essayant de tuer le plus grand nombre possible de prisonniers juifs. Combien de bombardiers auraient été nécessaires ? Si l’on prend comme référence le bilan des plus terribles offensives aériennes alliées (50 000 à Hambourg et 40 000 à Dresde), impliquant un millier de bombardiers par vagues de plusieurs jours, combien d’avions et de vagues auraient été nécessaires pour provoquer un effet démographique aussi brutal parmi les prisonniers juifs ?

2. Les Juifs auraient été exterminés par les Soviétiques.

Certains négateurs de l’Holocauste affirment que les Juifs vivant dans les territoires occupés par les Soviétiques ont été assassinés par ces derniers avant l’invasion allemande en 1941. Supposons un instant que cela soit vrai, cela exonérerait-il l’Allemagne de toute responsabilité pour le meurtre de Juifs allemands ou de Juifs dans les territoires occupés d’Europe occidentale ? En outre, cette position est en contradiction directe avec l’affirmation antisémite selon laquelle l’Armée rouge était dominée par les Juifs. Une double pensée résolument orwellienne.

3. Les Juifs auraient succombé aux épidémies, à la famine et autres « accidents ».

Un point commun entre les chercheurs réputés et les négationnistes eux-mêmes est que de nombreux Juifs et autres prisonniers sont morts d’épidémies (typhus, etc.), ainsi que de famine, de suicide, de tentatives d’évasion, d’exécutions exemplaires et d’autres raisons allant au-delà du génocide. Les négationnistes de l’Holocauste affirment souvent que ce sont les seules causes de décès dans les camps de concentration nazis.

Il est assez « curieux » de constater que la plupart des camps nazis avaient un taux de mortalité d’environ 90 %, un taux que d’autres camps qui étaient également en activité pendant la Seconde Guerre mondiale sous le mandat des autres prétendants n’ont même pas atteint. Comment donc tant de personnes ont-elles pu mourir sans exécutions massives ? Et, pour aller encore plus loin, s’il n’y avait pas eu de telles exécutions, cette mortalité dans les camps nazis ne serait-elle pas une énorme atrocité en soi ?

4. Les Juifs auraient émigré pour échapper aux législations antisémites.

Les révisionnistes de l’Holocauste prétendent que des millions de Juifs des camps de concentration en Pologne ont été déportés à l’Est ou ont survécu à leur internement. Au final, ils auraient émigré vers des pays étrangers, comme la Palestine, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Union soviétique. Certains d’entre eux se seraient fait passer pour des non-Juifs. La vérité est que les chiffres ne s’additionnent pas du tout.

Il convient de garder à l’esprit que la majeure partie de l’émigration a eu lieu avant la Seconde Guerre mondiale et que seules les familles les plus riches ou les mieux connectées ont pu se le permettre. De plus, Israël ne comptait pas plus de 590 000 habitants au moment de sa fondation en 1947, y compris la population non juive (Arabes, Druzes, etc.). Les États-Unis, en revanche, ont mis en place une politique d’immigration très stricte tout au long de la Seconde Guerre mondiale, ce qui a rendu la fuite des Juifs très difficile.

Les recensements soviétiques sont moins précis, mais il serait toujours impossible de cacher la présence de millions d’immigrants. En outre, les révisionnistes devraient prouver quelle route les Juifs auraient empruntée des camps nazis en Pologne vers l’Union soviétique, en devant traverser le front oriental, l’un des plus meurtriers de toute l’histoire militaire.

5. Le nombre de Juifs tués aurait été inférieur à six millions.

* 6 millions est une approximation correcte de 5,7 millions, qui est un chiffre parfaitement accepté selon les conventions mathématiques et statistiques. Puisque le nombre exact n’est pas disponible, l’approximation doit logiquement être fixée à un chiffre particulier.

* Si l’on ajoute les tziganes, les juifs non polonais, les homosexuels, les prêtres, les témoins de Jéhovah, les opposants politiques, etc., le chiffre dépasse largement les 6 millions.

* Dans de nombreux codes pénaux, même six personnes tuées ensemble sont considérées comme des meurtres multiples (ainsi que les chiffres inférieurs estimés par les révisionnistes qui admettent qu’il y a eu des morts). Ce débat n’est-il pas absurde ?

6. L’existence de divergences dans le nombre de morts de chaque camp est une preuve de la fausseté de l’Holocauste.

Les historiens ont des estimations qui peuvent varier quant au nombre exact de décès dans chaque camp particulier. Les révisionnistes de l’Holocauste prétendent souvent que cette contradiction est incompatible avec la vérité historique. Cette affirmation est fallacieuse, car les sommes obtenues proviennent essentiellement de données démographiques (plus précisément de comparaisons entre les populations d’avant-guerre et d’après-guerre) et non de la somme de tous les camps de concentration pris séparément.

Allez plus loin  Massacre du festival des récoltes

L' »escroquerie » d’Auschwitz.

Suivant la logique de l’argument cité au point 6 ci-dessus, certains négateurs de l’Holocauste prétendent que les révisionnistes ont abaissé le nombre officiel de morts à Auschwitz de 4 millions à 1,1 million. Le chiffre de 4 millions apparaît dans les premières publications soviétiques sur l’Holocauste.

Il a été utilisé par le musée d’Auschwitz jusque dans les années 1980 comme méthode de propagande antifasciste. Les spécialistes occidentaux n’ont jamais prétendu que 4 millions de Juifs avaient péri à Auschwitz (le chiffre approximatif très prudent est de 1 million).

Les preuves indéniables des camps d’extermination

Les camps qui n’ont pas été rasés regorgent de preuves tangibles du génocide : restes humains (tas de cendres, ossements, cheveux, etc.), effets personnels des détenus (vêtements, prothèses, sacs, etc.) et équipements (chambres à gaz, fours crématoires, etc.).

Une grande partie du matériel trouvé a fait l’objet d’enquêtes médico-légales approfondies. Il convient de noter que l’Armée rouge a, par exemple, récupéré 300 000 paires de chaussures à Majdanek et Auschwitz-Birkenau.

L’explication des déportations juives par les négationnistes

De nombreux négationnistes ne nient pas la déportation des Juifs de toute l’Europe ou l’existence de camps de détention en Pologne (semi-annexée au Troisième Reich). Ils avancent diverses raisons pour expliquer la véritable motivation de la déportation des Juifs par les nazis. Aucun d’entre eux n’est convaincant.

a)  Un nouveau foyer

Les nazis ont utilisé de nombreux euphémismes pour désigner la mort. L’un d’eux était le terme « déportation ». Il est vrai que certains nazis avaient proposé l’idée d’envoyer tous les Juifs à Madagascar, bien que cette île n’ait jamais été sous contrôle allemand. Néanmoins, il est curieux qu’Auschwitz, Sobibor ou Bergen-Belsen se trouvent tous sur le territoire du Troisième Reich.

Si l’intention des nazis était d’expulser les Juifs du Troisième Reich, quel est l’intérêt d’essayer de faire entrer les Juifs dans les territoires nazis à partir de pays occupés lointains comme la Norvège ou la Grèce (qui étaient dirigés par des gouvernements fantoches et que le Troisième Reich n’avait aucune intention d’annexer) ?

b)  Travail forcé

Certains révisionnistes affirment que les Juifs ont été rassemblés pour le travail forcé. Cet argument n’explique pas pourquoi de jeunes enfants et des personnes âgées ont été déportés, parfois sans leur famille. Les Polonais et les autres peuples slaves étant utilisés comme main-d’œuvre esclave, il aurait été beaucoup plus économique de les rassembler plutôt que de transporter des Juifs venant d’aussi loin que la Norvège ou la Grèce.

c)  Raisons de sécurité

Plus d’un révisionniste affirme que l’internement des Juifs dans des camps était motivé par la perception nazie qu’ils représentaient un risque et une menace pour le Troisième Reich. Cette explication ne permet pas non plus de justifier logiquement la déportation d’enfants et de personnes âgées.

Questions à poser à un négationniste/révisionniste de l’Holocauste

Voici quelques questions que vous pourriez poser à ceux qui nient la véracité de l’Holocauste :

Les nazis ont-ils également exterminé les Tziganes, les homosexuels et les antifascistes dans les camps ?

* Si oui, les chambres à gaz et les crématoires étaient fonctionnels, même si les négationnistes prétendent avoir des preuves qu’ils n’ont jamais été opérationnels. Si non, ces groupes de personnes faisaient également partie de la diabolique conspiration judéo-maçonnique. Quelle est l’ampleur d’une conspiration ?

Les négationnistes/révisionnistes de l’Holocauste ayant un diplôme universitaire en histoire se comptent sur les doigts d’une main. Pas un seul d’entre eux n’a entrepris des études de troisième cycle ou des recherches universitaires dans le domaine de l’histoire. On pourrait alors poser la question suivante à un négationniste/révisionniste de l’Holocauste :

Pourquoi ne décidez-vous pas de poursuivre des études supérieures en histoire contemporaine dans n’importe quelle université du monde occidental (sans parler de vos vues révisionnistes) et de publier ensuite un article (en suivant la méthode historique) dans une revue scientifique sur la fausseté de l’Holocauste ?

Tout révisionniste répondra que la publication d’un tel article mettrait fin à sa carrière académique éphémère.

Mais ne serait-il pas intéressant d’être le premier médecin de l’histoire à prendre une telle position et à devenir un éminent spécialiste ?

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, des documents ont fait surface partout, montrant la culpabilité personnelle de nombreux dirigeants nazis et de leurs subordonnés. Parmi ces documents figurent des plans architecturaux pour la création de camps, des projets d’ingénieurs, des preuves de résultats, des horaires de chemin de fer, des registres de paie, des ordres, des listes de déportation et des listes de décès. Les Alliés, fraîchement victorieux, n’auraient pas pu falsifier autant de documents en si peu de temps.

Pourquoi les nazis qui affirmaient que leurs signatures sur des documents compromettants étaient des faux n’ont-ils pas affirmé que les documents eux-mêmes étaient également des faux ?

Si l’on choisit de nier l’Holocauste, ne peut-on pas également nier tout autre génocide ou processus d’asservissement qui s’est produit dans le monde ? br /Y compris les massacres d’indigènes à travers les Amériques ou la traite des esclaves. Si l’on choisit de nier l’Holocauste, l’un des événements historiques les mieux documentés de toute l’histoire… On ne peut pas nier pratiquement n’importe quel événement historique et vider de son sens la science historique elle-même ?

Laisser un commentaire