Plan A

Se déroulant à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Plan A suit Max (August Diehl), un survivant de l’Holocauste qui erre sans but à la recherche de sa femme et de son enfant.

Par une série de rencontres aléatoires, Max est confié à Ally, un soldat juif, Michael (Michael Aloni).

Lorsqu’il doit choisir entre rejoindre une force de résistance composée de survivants juifs ou l’escouade de voyous de Michael, Max doit décider de ce que signifie vraiment la vengeance.

Inspiré d’une histoire vraie, Plan A pose d’emblée une question pertinente, bien que difficile : que feriez-vous ?

Si votre vie entière vous était soudainement enlevée en quelques instants et que vous n’aviez aucun moyen de la reconstruire, que feriez-vous pour vous rétablir ? Pour la grande majorité de nos personnages, se rétablir signifie se venger de toutes les personnes juives assassinées pendant l’Holocauste.

Les réalisateurs et scénaristes Doron et Yoaz Paz ont su trouver le juste milieu entre raconter une histoire intéressante et ancrée dans la réalité.

Allez plus loin  Miracle à Sainte-Anne

Le groupe Nakam était en grande partie un groupe réel de survivants de l’Holocauste qui cherchait à mettre fin à autant de vies allemandes que de vies juives. Plan a langer. Naturellement, pour tout conteur, il s’agit d’une histoire difficile à raconter sans transmettre le mauvais type de message au public.

Moralement, les survivants étaient-ils justifiés dans leurs actions ? Ou bien, la vraie vengeance a-t-elle été trouvée pour s’élever au-dessus de tout le reste ? C’est le choix ultime auquel est confronté notre protagoniste.

Pendant la majeure partie du film, la réponse est assez claire, mais c’est dans les moments que Max partage avec les autres membres de Nakam que les eaux de la moralité de Max sont brouillées.

C’est le Michael d’Aloni qui résume le mieux cette décision : la meilleure vengeance est de faire en sorte que la génération future puisse grandir sans avoir à vivre ce qu’elle vient de vivre. C’est un message profondément profond et difficile à communiquer, et Doran et Yoaz le font très bien passer.

Allez plus loin  Les hommes derrière le soleil

Faire face à ces décisions n’est pas une mince affaire et le jeu des acteurs en général est l’une des principales raisons pour lesquelles ce film a eu autant de succès.

Des performances véritablement dévastatrices d’August Diehl et de Sylvia Hoeks à l’interprétation à la fois attachante et sévère de Michael, les acteurs de Plan A méritent tous les éloges pour les efforts qu’ils ont fournis.

Le seul inconvénient du film est que, tout au long du deuxième acte, il a été lourd en exposition et léger en urgence. Vous pourriez facilement couper la plus grande partie du milieu du film et continuer à saisir ce qui se passe vers la fin.

À part cela, Plan A s’est avéré être à la fois agréable et choquant. Pour ceux qui ne connaissent pas Nakam ou la partie de l’histoire dont on parle rarement, ce film aide à briser cette barrière. Pour d’autres, il s’agit d’une histoire intrigante qui soulève des questions vraiment difficiles.

Laisser un commentaire