Blohm und Voss BV 138

Les premiers exemplaires de cet appareil présentaient certaines lacunes, notamment des faiblesses structurelles, mais une fois celles-ci éliminées, le Blohm und Voss BV 138 s’est avéré être l’un des avions de reconnaissance maritime les plus performants de la Luftwaffe.

Le projet a été lancé à la suite de spécifications émises par le RLM pour équiper la Luftwaffe renaissante d’un nouvel hydravion de reconnaissance de grande surface ; celles-ci prévoyaient expressément l’utilisation de moteurs diesel Junkers Jumo 5, qui auraient assuré une plus grande autonomie avec la même quantité de carburant à bord. Blohm und voss. Les mêmes spécifications ont également été utilisées pour le « concurrent » du BV 138, le Dornier Do 24.

Le prototype Blohm und Voss 138 a effectué son premier vol le 15 juillet 1937, mais la production en série n’a pas commencé avant 1939, après une longue période de mise au point au cours de laquelle des améliorations ont été apportées au profil et à la coque, et les gouvernails et les poutres de queue ont été redessinés.

Allez plus loin  Fairey Swordfish

Sa longue portée rendait cet hydravion particulièrement adapté à la reconnaissance et aux patrouilles à longue distance, et dans ce rôle, il volait dans l’Atlantique, la Baltique et la mer du Nord.

Ces avions formaient l' »ombre » redoutée par les convois alliés transportant des fournitures vers la Russie ; en restant hors de portée de la DCA, l’ombre tenait le commandement des opérations allemand constamment informé de la position du convoi, ce qui permettait à l’armée de l’air et aux sous-marins d’attaquer.

En plus de ses bonnes caractéristiques de vol, le BV 138 présentait des caractéristiques nautiques qui lui permettaient d’être utilisé dans une tâche inhabituelle : un de ces avions se posait au milieu de l’Atlantique et y restait pendant deux ou trois jours, attaquant aux côtés d’un groupe de U-boots si un convoi en approche était repéré.

Le Blohm und Voss BV 138 était un hydravion à coque centrale, trimoteur, à ailes hautes et à double queue. Les moteurs étaient de type diesel à refroidissement liquide. Au total, 197 versions différentes ont été produites, mais aucune n’a survécu à la Seconde Guerre mondiale.

Allez plus loin  La route de l'Allemagne vers la Seconde Guerre mondiale

Principales versions de l’hydravion Blohm und Voss BV 138

  • BV 138 A-01/06 : six exemples de préséries utilisées pour des évaluations opérationnelles.
  • BV 138 A1 : utilisé de manière opérationnelle comme avion de reconnaissance lors de l’invasion de la Norvège.
  • BV 138 B-0 : entrée en service officielle en octobre 1940.
  • BV 198 B-1 : version structurellement renforcée, équipée de moteurs Jumo 205 D de 880 ch, avec tourelle hydraulique HD 151/1A armée de deux canons MG 151/20 de 20 mm à l’avant et de mitrailleuses MG 15 à l’arrière, remplacées ultérieurement par des MG 131 de 13 mm. Entré en service en novembre 1940
  • BV 138 C-1 : version plus renforcée, équipée d’hélices surdimensionnées (la centrale était quadripale, les deux autres tripales), au lieu de canons de 20 mm, elle était armée de mitrailleuses de 13 mm considérées comme plus efficaces.
  • BV 138 MS : une version spécifiquement conçue pour l’usage anti-mine, elle était équipée d’un dispositif Mausi, un énorme anneau métallique qui générait un champ magnétique capable d’activer et de faire exploser les mines navales.

Laisser un commentaire