L’Afrika Korps

Sommaire

Introduction

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1941, les troupes italiennes sont battues par les Alliés en Afrique du Nord. A leur aide sont venues les troupes connues sous le nom de Afrika Korps(formellement connues sous le nom de Duutsches Afrikakorps, DAK en abrégé), dirigées par leurs légendaires commandants Hans Jürgen von Arnim et Erwin RommelField Marshal plus populairement connu sous le surnom de « the Desert Fox ».

L’Afrika Korps a toujours été désavantagé par rapport à ses homologues britanniques et, malgré une série de brillantes victoires contre les Alliés, il a finalement été vaincu par ces derniers lors de la deuxième bataille d’El Alamein (23 octobre 1942 – 3 novembre 1942). Les troupes victorieuses sont alors commandées par le légendaire général Montgomery.

La zone de confrontation était immense, englobant le désert libyen, s’étendant sur des milliers de kilomètres de terrain sablonneux jusqu’à l’Égypte et de caractère généralement plat. Ces circonstances territoriales sont synonymes de grande mobilité pour les troupes, l’une des plus grandes compétences des unités motorisées de l’Afrika Korps.

Bien que la bande de mer séparant l’Afrique de l’Italie soit suffisamment courte pour permettre un transfert rapide des troupes et du ravitaillement, elle présentait de grands problèmes en raison de la présence d’une force aéronavale permanente alliée efficace en Méditerranée, que les Britanniques surveillaient avec grand soin pour empêcher et gêner l’expansion de l’axe germano-italien en Afrique.

La chute de la Grèce aux mains de l’Axe a affaibli la position britannique en Afrique du Nord. À la mi-février 1941 (notamment le 12), le Führer envoie les troupes de l’Afrika Korps dirigées par Rommel combattre pour le compte des Italiens. Rommel aura le rang de commandant en second de l’armée d’Afrique du Nord, sous les ordres du général Italo Gariboldi.

Rommel arrive initialement à Tripoli avec pour mission de tenir la ligne de front et de soulager ainsi les Italiens, d’empêcher les troupes alliées de chasser les forces de l’Axe d’Afrique du Nord et d’éviter la possibilité d’ouvrir un autre front de guerre dans le sud de l’Europe. Quelques jours après son arrivée, les troupes de Rommel prennent une position offensive et remportent une série de victoires consécutives, battant nettement les Britanniques à Tobrouk, Mersa Matruh et Gazala.

Allez plus loin  Opération Tannenberg

Ces victoires, en plus de créer des perspectives favorables, ont redonné le moral aux troupes, étant donné l’infériorité évidente de l’armée italo-allemande, due aux graves difficultés d’approvisionnement (tant en soldats qu’en matériel).

En raison de la mauvaise organisation des troupes britanniques et des excellentes compétences de commandement du Renard du désert, Rommel établit rapidement une légende d’invincibilité, même parmi ses ennemis.

Les batailles de Trobuk et d’El Alamein sont des exemples clairs des tactiques employées par Rommel dans sa lutte avec l’Afrika Korps pour défendre le front nord-africain. Nous allons maintenant parler un peu de ces deux batailles bien connues de la Seconde Guerre mondiale.

Afrika Korps : la bataille de Tobrouk

Alors que le mois de mars 1941 est presque terminé, l’Afrika Korps attaque les troupes britanniques dirigées par le général Wavell, peu protégées dans le désert libyen. La mobilité de leurs troupes et de leurs chars a complètement submergé les troupes britanniques. À la mi-avril, les Allemands atteignirent la frontière égyptienne et firent prisonnier le général O’Connor, isolant le port de Tobrouk, défendu par les unités australiennes qui tentèrent courageusement et héroïquement de résister.

Compte tenu de la tournure des événements, Wavell demande d’urgence des renforts et, en mai 1941, tente une contre-attaque qui, après avoir donné des signes de réussite, se solde par un échec. En conséquence, le général Wavell est relevé de son commandement en juillet et le général Auchinleck prend la relève. Il apporte avec lui de nouvelles propositions pour une campagne de libération de Tobrouk et de reconquête de la Libye.

Allez plus loin  Kurt Student

Après une tentative infructueuse de briser le siège de Tobrouk en novembre, les troupes d’Auchinleck atteignent finalement leur objectif le 10 décembre 1941. Une fois l’enclave libérée, les Britanniques ne s’arrêtent pas et poursuivent leur route vers la ville libyenne de Benghazi, qu’ils occupent le 21 décembre de la même année. Mais ce succès britannique devait être temporaire et de courte durée. L’afrika korps. Erwin Rommel repart à l’attaque le 21 janvier 1942 et reprend Tobrouk, obligeant les troupes britanniques à se déplacer vers l’ouest.

Après une accalmie de quatre mois marquée par des escarmouches, Rommel reprend l’offensive le 27 mai. A la fin du mois de juin 1942, le Renard du désert est aux portes d’El Alamein. À la suite de sa victoire à la bataille de Tobrouk, Rommel est promu militairement et reçoit le bâton de maréchal (Generalfeldmarschall en allemand).

Afrika Korps : La Bataille d’El Alamein

Après la victoire de Tobrouk, le Renard du désert et son Afrika Korps poursuivent leur avancée imparable vers la ville égyptienne d’El Alamein, à un peu plus de 100 kilomètres de la ville d’Alexandrie et de l’embouchure du Nil, l’objectif poursuivi par les troupes italo-allemandes.

À cette époque, les forces de Staline lancent ce que l’on appelle l’opération bleue et forcent le détournement des ressources du front nord-africain. Rommel commence alors à souffrir des problèmes de pénurie, notamment de carburant pour ses chars, sur lesquels l’Afrika Korps comptait pour sa grande mobilité et son efficacité.

Pour compliquer encore la situation des troupes allemandes, un convoi de troupes et d’armements alliés arrive à Malte le 16 juin 1942 (Chant de l’afrika korps). Cela permettrait d’entraver efficacement les attaques aériennes allemandes sur l’île et, dans le même temps, de lancer une offensive contre les convois de ravitaillement de l’Afrika Korps se dirigeant vers le front nord-africain en Méditerranée.

Ces attaques ont laissé l’Afrika Korps sans carburant ni ravitaillement, et pratiquement abandonné à son sort. Mais les troupes de Rommel parviennent à tenir leurs positions et, le 10 juillet 1942, elles entament une série de contre-attaques de faible ampleur.

Allez plus loin  Opération Crusader

Les troupes alliées, commandées par Auchinleck, se réorganisent et, lourdement équipées, attaquent l’Afrika Korps déjà épuisé près d’El Alamein.

Erwin Rommel, conscient qu’une importante force américaine va arriver sur le front égyptien pour renforcer les troupes britanniques, lance une nouvelle offensive, connue sous le nom de première bataille d’El Alamein, mais ne parvient pas à atteindre son objectif, l’opération s’arrêtant le 27 juillet 1942.

En août de la même année, le général Auchinleck est remplacé comme commandant en chef par le général Alexander. Le général Montgomery prend la tête des opérations des forces du désert occidental, associées à la 8e armée britannique (connue sous le nom de « rats du désert »).

Montgomery lance donc une grande offensive frontale contre la ligne de défense affaiblie de l’Afrika Korps selon le principe de l’attrition.

Le 23 octobre 1942, la deuxième bataille d’El Alamein commence. Mais les efforts de l’Afrika Korps ne seront pas d’une grande utilité. Le 3 novembre 1942, Rommel rassemble ce qui reste de l’Afrika Korps et quitte El Alamein. Les rats du désert ont eu raison du renard.

Lecture recommandée :

Afrika Korps : les guerriers de Rommel

Laisser un commentaire