AMC 35

Les Automitrailleuses de Combat Renault modèle 1935, ou chars de cavalerie AMC 35, étaient la réponse de Renault à une demande de l’armée française pour des chars pouvant atteindre la vitesse maximale sur route de 50 kilomètres par heure et immunisés contre les canons antichars.

Le prototype a été présenté le 7 mars 1936 comme une variante d’un modèle antérieur, l’AMC 34 ; Renault a procédé ainsi dans l’espoir que le nouveau prototype n’aurait pas à subir toute une série d’essais d’acceptation.

Après une enquête, le 9 mars, l’armée française découvre que le prototype AMC 35 est complètement différent de l’AMC 34, et un programme d’essai complet est ordonné, contrecarrant la tentative de Renault d’accélérer le processus.

Les essais sont terminés le 27 novembre et le prototype est jugé inapte au service en raison de son manque de fiabilité mécanique.

Cependant, les forces allemandes occupant désormais la Rhénanie, les commandes passées précédemment n’ont pas été annulées, car l’armée française a ressenti la pression de réarmer la branche de la cavalerie aussi rapidement que possible ; la commande initiale portait sur 17 unités, et a ensuite été étendue à 50 unités.

Au nord, l’armée belge a également passé des commandes avant les essais ; la Belgique a commandé 25 AMC 34 le 13 septembre 1935, et le modèle AMC 35 a été accepté comme une variante du modèle AMC 34.

Cependant, Renault n’a pas été en mesure de tenir ses promesses : Amc 35. Le 3 juin 1937, le ministre belge de la Défense, le général Henri Denis, demande une unité d’essai, qui est livrée le lendemain.

L’unité d’essai s’est avérée avoir une faible capacité de levage, la commande a donc été réduite de 25 à 18. En décembre 1937, l’ensemble de la commande est annulée, notamment parce que certains hommes politiques belges craignent que l’acquisition d’armes offensives telles que les chars ne provoque l’Allemagne nazie.

Allez plus loin  Curtiss P-36 Hawk

Le 21 avril 1938, après des négociations avec la Belgique par le gouvernement français, la Belgique accepte d’acheter 35 chars AMC 35, 5 jeux de pièces de réserve et 8 jeux de blindage de remplacement ; le contrat est signé le 15 juin avec une date de livraison prévue pour le 31 juillet.

Le ministère français de la défense a décidé que pour chaque lot de dix chars construits, les sept premiers seraient livrés à l’armée française et les trois derniers à l’armée belge. Les modèles belges seraient appelés chars A.C.G.1.

La production des chars AMC 35 a commencé en novembre 1938, et les progrès ont été lents. L’armée française a reçu ses sept premières unités entre novembre 1938 et mars 1939, ce qui signifie que la Belgique n’a reçu ses trois premiers chars que le 30 mars 1939.

Les modèles français étaient équipés de canons SA35 L/32 de 47 millimètres comme armement principal, tandis que les modèles belges étaient équipés de canons FRC de 47 millimètres.

Le choix des mitrailleuses était également différent, les Français optant pour la mitrailleuse Reibel de 7,5 millimètres et les Belges pour la mitrailleuse Hotchkiss de 7,65 millimètres.

À peu près à la même époque, les tourelles AMC 35 excédentaires étaient également achevées ; 13 d’entre elles ont été installées dans des fortifications côtières et terrestres françaises en tant que forts statiques.

En décembre 1939, l’armée belge demande la livraison des pièces détachées commandées, et Renault répond qu’aucune n’est disponible. La production a cessé en janvier 1940, peu après que Renault ait admis à l’armée belge qu’elle ne pouvait pas livrer les pièces de rechange.

Allez plus loin  T-26

A cette époque, un total de 57 véhicules avait été construit, y compris les prototypes et les machines d’essai ; 47 d’entre eux ont été livrés à l’armée française, et 10 à l’armée belge.

Peu de temps après l’arrêt de la production de l’AMC 35, l’armée belge a conclu que les moteurs, les transmissions et les systèmes de suspension de ses chars ACG 1 subissaient une usure excessive du seul fait de leur utilisation normale.

Les deux chars en plus mauvais état ont été retirés du service ; l’un a été canalisé pour les pièces, et l’autre a été converti en véhicule de formation. Les huit autres ont été affectés à une unité de véhicules blindés qui utilisait réellement des chars.

Lorsque l’Allemagne a envahi la Belgique le 10 mai 1940, les chars ACG1 ont été déplacés vers le front pour contrer les forces allemandes. Entre le 17 et le 27 mai, quatre d’entre eux sont détruits par des canons allemands de 3,7 centimètres PaK et deux sont endommagés. Les deux chars qui ont survécu à l’échec de la défense se sont rendus le 28 mai.

Bien que l’armée française ait reçu la majeure partie de la production totale de chars AMC 35, elle n’a pas attribué ses 47 chars à une seule unité. Ce n’est que le 15 mai 1940, après le début de l’invasion allemande de la France, que l’armée française a décidé d’utiliser ces chars.

Allez plus loin  La bataille de Kursk

Ils ont été affectés à des unités formées à la hâte. L’expérience de la manipulation de ces réservoirs a été généralement négative ; certains équipages ont signalé que les réservoirs n’étaient pas fiables, et d’autres ont noté que la portée opérationnelle hors route était inadéquate.

Plusieurs chars AMC 35 ont été capturés par les forces allemandes. Ils ont été mis en service sous la désignation PzKpfw AMC 738 (f), et ont été utilisés uniquement à des fins de formation.

Données techniques

AMC 35Machine :Un moteur Renault 4 cylindres à essence de 180 ch refroidi par eauSuspension : Bogies à ciseaux horizontaux avec suspension en caoutchoucArmement : 1x canon SA35 L/32 de 47mm, 1x mitrailleuse Reibel coaxiale de 7,5mmBlindage : 25mmEquipage : 3Longueur : 4,57 mLargeur : 2,24 mHauteur : 2,34 mPoids : 14,5 tVitesse : 42 km/hDistance : 161 km

ACG 1Machines :Un moteur Renault 4 cylindres à essence de 180 ch refroidi par eauSuspension :Bogies à ciseaux horizontaux avec suspension en caoutchoucArmement : 1 canon FRC de 47 mm (120 cartouches), 1 mitrailleuse coaxiale Hotchkiss de 7,65 mmBlindage :25 mmEquipage :3Longueur : 4,57 mLargeur : 2,24 mHauteur : 2,34 mPoids : 14,5 tVitesse : 42 km/hAmplitude : 161 km

Laisser un commentaire