Leslie Howard

Bien qu’il ait passé une grande partie de sa carrière à se spécialiser dans des rôles qui véhiculent une certaine forme d’Angleterre polie et civilisée, Leslie Howard est non seulement issu de l’immigration, mais sa première langue est l’allemand.

Son père juif hongrois, Ferdinand Steiner, a changé son nom en Frank Stainer lorsqu’il s’est installé à Londres et a épousé la fille d’un avocat, Lilian Howard (née Blumberg).

Bien qu’il soit né à Forest Hill (3 avril 1893), son fils a d’abord grandi à Vienne, avant de retourner à Londres et de suivre une formation au Dulwich College lorsque son père a rejoint une société de courtage de la City.

Dans l’intention que Leslie suive ses traces, il lui trouve un emploi d’employé de banque, mais le virus de la comédie l’a déjà piqué grâce au penchant de sa mère pour le théâtre amateur, et Leslie adoptera le nom de jeune fille de cette dernière.

Elle apparaît pour la première fois à l’écran dans le film de 1914 L’héroïne de Mons, réalisé par son oncle Wilfred Noy.

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate peu après, Howard s’engage dans le 20e Hussards (bien qu’il n’ait jamais monté à cheval) et sert sur le front occidental. Leslie howard pianiste. Le désastre de la Somme en 1916 lui cause un choc dû aux obus, et il est renvoyé de l’armée pour invalidité.

La même année, il se marie et commence sérieusement sa carrière d’acteur, et son look d’idole du cinéma lui permet de remporter des succès dans les théâtres des deux côtés de l’Atlantique.

Il tourne quelques films mineurs au début des années 1920 en tant qu’acteur et producteur (il fait équipe avec Adrian Brunel dans la société British Comedy Films Ltd, qui deviendra plus tard Minerva Films), mais c’est avec l’arrivée du son que sa carrière à l’écran prend véritablement son envol, grâce au besoin d’Hollywood de recruter des acteurs ayant une bonne voix de scène pour faire face aux équipements d’enregistrement primitifs.

Allez plus loin  Gerd von Rundstedt

Déjà grande vedette de Broadway, il fait ses débuts au cinéma avec Outward Bound (USA, 1930), basé sur un succès théâtral.

Le théâtre alimentera nombre de ses premiers rôles à l’écran dont il se souvient le mieux, notamment La forêt pétrifiée (États-Unis, 1936), pour lequel Howard insiste sur le fait qu’il ne reprendra son rôle de scène (celui d’un intellectuel rasé et blasé) que si le même traitement est offert à son co-star peu connu Humphrey Bogart. À cette époque, Howard a suffisamment de pouvoir dans l’industrie pour faire de telles demandes, grâce à sa nomination à l’Oscar du meilleur acteur pour Berkeley Square (États-Unis, 1933).

Bogart et Howard sont devenus de grands amis et, de nombreuses années après la mort de ce dernier, Bogart a nommé sa fille Leslie en hommage à l’homme qui a lancé sa carrière à l’écran.

Au milieu des années 1930, Howard avait également laissé sa marque sur le cinéma britannique, et son grand succès fut Le Pimpernel écarlate (1935), dans lequel son incarnation définitive du Sir Percy Blakeney de la baronne Orczy évoluait avec assurance entre la frivolité qu’il présente au monde et l’héroïsme de son alter ego, sauvant par altruisme des innocents de la guillotine de la révolution française.

Son film britannique suivant, Pygmalion (1938), constitue également ses débuts de réalisateur, aux côtés du plus expérimenté Anthony Asquith.

George Bernard Shaw a adapté sa propre pièce et, bien que le dramaturge chevronné ait eu des doutes quant à l’aptitude de Howard à jouer ce qu’il considérait comme un rôle plus querelleur et cynique (Shaw lui préférait Charles Laughton), ces doutes n’ont été partagés ni par le public ni par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences, qui lui a attribué une deuxième nomination à l’Oscar du meilleur acteur (Shaw lui-même a remporté celui du meilleur scénario).

Allez plus loin  L'attrape-espion

L’année où la Seconde Guerre mondiale éclate, Howard joue son rôle le plus célèbre, celui de l’archétype du gentleman du Sud, Ashley Wilkes, dans Autant en emporte le vent (USA, 1939).

Il aurait pu facilement rester à Hollywood pendant toute cette période, mais il a été l’une des premières stars britanniques à se faire un devoir de rentrer chez lui (en fait, il l’a fait quelques jours avant que la guerre n’éclate, réalisant qu’elle était inévitable).

Le reste de sa carrière est consacré à l’aide à l’effort de guerre, tant par la propagande ouverte (From The Four Corners, 1941, le montre accompagnant des soldats australiens, canadiens et néo-zélandais au dôme de Saint-Paul pour leur offrir une vue panoramique et une conférence sur ce qu’ils se battaient pour préserver) que par des longs métrages conçus pour transmettre un message similaire.

Son premier film en tant que réalisateur solo, « Pimpernel » Smith (1941), a ingénieusement adapté son rôle britannique le plus célèbre au contexte de la Seconde Guerre mondiale, avec son professeur Horatio Smith sauvant de manière tout aussi audacieuse des scientifiques et des humanitaires alliés clés des griffes des nazis.

La même année, il incarne l’explorateur Philip Armstrong Scott dans le film du ministère de l’information, 49e parallèle (réalisé par Michael Powell et Emeric Pressburger), dans une inversion claire de son personnage réel : Scott se détache égoïstement des préoccupations de ses compatriotes en se retirant au Canada et en refusant de reconnaître la menace nazie jusqu’à ce que ses propres biens entrent en ligne de compte.

Howard réalise deux autres longs métrages : The Great Mitchell (1942), un simple film-bannière dans lequel il incarne l’inventeur du Spitfire, R.J. Mitchell. Ce sera son dernier grand rôle à l’écran : elle reste derrière la caméra dans The Fairer Sex (1943), ne contribuant qu’à la narration, car elle estime que sa présence à l’écran aurait détourné l’attention des objectifs principaux du film, qui étaient de dépeindre et de célébrer la contribution des femmes à l’effort de guerre.

Allez plus loin  Le dernier obstacle

Howard avait l’intention de poursuivre dans cette voie avec The Lamp Still Burns (1943), une étude étonnamment dure des pressions subies par les infirmières dans les hôpitaux britanniques d’avant le NHS.

Cependant, il a été réalisé par Maurice Elvey après que Howard ait été abattu par la Luftwaffe au-dessus du golfe de Gascogne alors qu’il rentrait d’une tournée de conférences qui aurait pu servir de couverture à une mission des services secrets britanniques.

On ne sait toujours pas si Howard a été confondu avec Winston Churchill (qui se trouvait également dans la région) ou s’il était la cible visée. Le chef de la propagande nazie, Josef Goebbels, était certainement conscient de l’importance qu’il revêtait pour les Britanniques en tant qu’incarnation (à l’écran et en dehors) de tout ce qu’ils représentaient et de tout ce qu’il fallait apprécier dans leurs valeurs. Sa mort, d’une soudaineté choquante, a été largement considérée comme une tragédie nationale.

Laisser un commentaire