Bert Trautmann

Sommaire

Introduction

Bernhard (Bert) Trautmann, fils aîné de Carl Trautmann, chargeur de produits chimiques sur les docks, est né à Brême, en Allemagne, le 22 octobre 1923.

En 1923, l’Allemagne est au cœur d’une crise économique. C’est une période d’inflation rapide et la monnaie allemande ne vaut pratiquement plus rien : « Le pouvoir d’achat des salaires a été réduit à néant et tous ceux qui avaient de l’argent à la banque ont vu leurs économies anéanties ». Pour tenter de défendre le niveau de vie, les travailleurs ont organisé une série de grèves.

En mars 1926, Frieda Trautmann donne naissance à un autre fils, Karl-Heinz. Bien que Carl ait continué à travailler, la vie était une lutte constante. Il était membre du parti social-démocrate (SDP), mais la plupart de ses collègues étaient des partisans du parti nazi en pleine expansion.

Enfant, Bert a observé les luttes entre les différents groupes politiques. Lors d’une manifestation en mai 1931, trois personnes ont été tuées à Brême et plus d’une centaine gravement blessées.

Bert Trautmann a acquis la réputation d’être un athlète exceptionnel. Il était un footballeur talentueux et était particulièrement bon au Völkerball. Un jeu qui n’était joué qu’en Allemagne, il consistait à faire jouer deux équipes de 10 personnes sur un petit terrain divisé en deux moitiés.

Chaque participant lançait la balle à son adversaire ; chaque joueur touché était retiré du jeu jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un. Ce jeu a permis à Trautmann d’améliorer sa capacité de lancer et l’a aidé lorsqu’il a joué au gardien de but.

Trautmann était un jeune homme agressif et était souvent impliqué dans des bagarres. En 1931, il a battu un garçon si violemment que son directeur a envisagé de l’expulser et de l’envoyer dans une école de rattrapage. Trautmann est encouragé à dépenser son énergie dans le sport et rejoint l’équipe de football de Tura.

Dans l’Allemagne nazie

Carl Trautmann était un syndicaliste actif et s’est inquiété lorsque le parti nazi a pris le pouvoir. Adolf Hitler a proclamé le 1er mai 1933 jour férié et a fait en sorte qu’il soit célébré comme jamais auparavant. Les dirigeants syndicaux sont amenés à Berlin de toutes les régions d’Allemagne.

Joseph Goebbels organise la plus grande manifestation de masse que l’Allemagne ait jamais connue. Hitler a déclaré aux délégués des travailleurs :  » Vous verrez combien est fausse et injuste l’affirmation selon laquelle la révolution est dirigée contre les travailleurs allemands. « 

Plus tard ce jour-là, Hitler a déclaré à une réunion de plus de 100 000 travailleurs que la « restauration de la paix sociale dans le monde du travail » allait bientôt commencer.

Le jour suivant, Hitler ordonne à la Sturm Abteilung (SA ) de détruire le mouvement syndical. Ses sièges dans tout le pays ont été occupés, les fonds syndicaux confisqués, les syndicats dissous et les dirigeants arrêtés. Beaucoup ont été envoyés dans des camps de concentration. En quelques jours, 169 syndicats différents sont sous le contrôle des nazis.

Les camarades de Carl Trautmann au sein du parti communiste allemand (KPD) et du parti social-démocrate (SDP) sont rapidement arrêtés et envoyés dans des camps de concentration.

Bert se souvient qu’à l’école, il était de coutume de traiter les garçons impopulaires de « communistes ». Les grèves sont désormais illégales et Carl est contraint de faire des dons au parti nazi et au Front des travailleurs allemands.

Sur les quais de Brême, des drapeaux à croix gammée flottent sur tous les bâtiments officiels. Chaque fois que quelqu’un entrait dans un bureau ou un entrepôt, il devait faire le salut nazi. Si cela n’était pas fait avec assez de zèle, on faisait appel au quartier général de la Gestapo locale.

Relation avec les Jeunesses hitlériennes

Avant la formation du gouvernement nazi, les Jeunesses hitlériennes ne comptaient que 20 000 membres : Bert trautmann. Les organisations de jeunesse non nazies étaient beaucoup plus populaires. Hitler résout ce problème en dissolvant presque toutes les organisations rivales (seules les organisations de jeunesse catholiques ont survécu à cette mesure).

Tous les garçons et les filles de l’Allemagne nazie étaient soumis à une forte pression pour rejoindre les Jeunesses hitlériennes : Bert trautman kinder. À la fin de l’année 1933, l’organisation des Jeunesses hitlériennes comptait 2,3 millions de garçons et de filles âgés de dix à dix-huit ans.

Bert Trautmann a rejoint la branche jeunesse de l’organisation le jour de son dixième anniversaire. Bert Trautmann était impatient de rejoindre les Jeunesses Hitlériennes. Sa mère, plus instruite que son père, avait des doutes. Son garçon brillant, son préféré, ne se souciait guère des manuels scolaires.

Mais, suppliés par Bert et bombardés de propagande nazie, ses parents rassemblent l’argent nécessaire pour acheter l’uniforme : short noir, chemise kaki, cravate noire et bracelet en cuir, plus un badge avec l’insigne des Jeunesses hitlériennes, un éclair sur fond noir.

Bert le portait avec une fierté intense alors qu’il se tenait droit dans le salut nazi devant la bannière à croix gammée, les cheveux rasés en arrière et sur le côté.

C’est par le biais des organisations de jeunesse qu’Hitler a essayé de construire les nouveaux Allemands pour l’avenir.

« Regardez ces jeunes et ces enfants ! Quel matériel ! Avec eux, je peux créer un nouveau monde. …. Mon enseignement est difficile. Nous devons éliminer leurs faiblesses. Dans mon Ordensburgen va grandir une jeunesse devant laquelle le monde va se rétrécir. Bert trautmann broken neck. Une jeunesse violemment active, dominante, sans peur et brutale : voilà ce que je recherche ».

En juillet 1936, les Jeunesses hitlériennes ont le contrôle total de la fourniture d’installations sportives pour tous les enfants de moins de quatorze ans. Peu après, les sports pour les 14-18 ans ont été soumis au même monopole.

En effet, les installations sportives n’étaient plus accessibles aux non-membres. Le 1er décembre 1936, les Jeunesses hitlériennes deviennent une agence d’État. Tous les jeunes sont désormais tenus d’appartenir aux Jeunesses hitlériennes : Bert trautmann film netflix. Les Jeunesses hitlériennes comptent désormais 5 millions de membres et constituent, en 1937, la plus grande organisation de jeunesse au monde.

Trautmann assistait aux réunions deux fois par semaine dans une cabane en rondins située sur un grand terrain près de son école : Bert trautmann kinder. On lui a enseigné les exercices de marche de base en utilisant des balais comme fusils.

Il se rappelle avoir prêté serment d’allégeance à Adolf Hitler devant un drapeau à croix gammée : « En présence de l’étendard de sang, qui représente notre Führer, je jure de consacrer toutes mes énergies et mes forces au sauveur de notre patrie, Adolf Hitler. Je suis prêt à donner ma vie pour lui, que Dieu me vienne en aide ».

Trautmann croyait vraiment ce qu’il disait à l’époque. Il se souviendra plus tard que « grandir dans l’Allemagne d’Hitler, c’était ne pas avoir d’esprit propre ».

Bert Trautmann était très apprécié par les Jeunesses hitlériennes, car il combinait un grand talent sportif et une apparence aryenne : « Les journaux et les cinémas ne tardèrent pas à parler de lui (les jeunesses hitlériennes) …… des images idéalisées de jeunes athlètes blonds en gilets et flanelles blancs, lançant des poids, des haies, courant, lançant le javelot, se balançant sur les barres parallèles ; des champs entiers d’entre eux faisant une démonstration de gymnastique lors d’un rassemblement nazi, rangée après rangée de parfaits spécimens aryens, muscles tendus, yeux révulsés, tous regardant le Führer debout sur un lointain podium orné de feuilles de laurier et de croix gammées, flanqué de Himmler, Göring, Goebbels et les autres ».

En juin 1934, Trautmann est l’un des deux enfants de Brême à recevoir un certificat de réussite, signé par le président Paul von Hindenberg, pour leur « niveau inégalé de capacités athlétiques ».

Éducation

Trautmann a fréquenté l’école locale de Brême. Son maître de classe, Herr Koenig, portait des pantalons bouffants et des vestes en tweed et incarnait toutes les valeurs traditionnelles de l’éducation germanique. Koenig n’approuvait pas le parti nazi et, avant 1933, faisait souvent des remarques négatives sur Hitler.

Trois mois après son arrivée au pouvoir, la loi sur la reconstruction du service civil est introduite. Désormais, tous les enseignants doivent apporter leur soutien total à Hitler, sous peine d’être emmenés pour être interrogés par la Gestapo locale et de perdre leur emploi.

Adolf Hitler a immédiatement introduit des changements dans les programmes scolaires. L’éducation à la « conscience raciale » commence à l’école et on rappelle constamment aux enfants leurs devoirs raciaux envers la « communauté nationale ».

La biologie, ainsi que l’éducation politique, sont devenues obligatoires. Les enfants ont appris à connaître les races « dignes » et « indignes », la reproduction et les maladies héréditaires.

Ils mesuraient leur tête à l’aide de rubans à mesurer, vérifiaient la couleur de leurs yeux et la texture de leurs cheveux par rapport à des tableaux de types aryens ou nordiques, et construisaient leurs propres arbres généalogiques pour établir leur ascendance biologique, et non historique. » …. Ils se sont également étendus sur l’infériorité raciale des Juifs. »

Comme l’a souligné Louis Snyder, « dans son état idéal, il devait y avoir deux idées éducatives fondamentales. Premièrement, le sens de la race devait être gravé dans le cœur et le cerveau des jeunes. Deuxièmement, la jeunesse allemande devait être préparée à la guerre, éduquée pour la victoire ou la mort. Bert trautmann kinder alter. Le but ultime de l’éducation était de former des citoyens conscients de la gloire de la patrie et remplis d’un dévouement fanatique à la cause nationale. »

Trautmann a admis par la suite qu’il était complètement influencé par l’idéologie nazie et qu’il était un partisan convaincu d’Adolf Hitler.

Il a raconté à Catrine Clay, l’auteur de Trautmann’s Journey : From Hitler Youth to FA Cup Legend (2010), qu’il sortait souvent de son appartement pour trouver la rue couverte de sang, suite aux passages à tabac de socialistes et de syndicalistes par la Sturmabteilung (SA) :

 » Que pouvait-il faire, que pouvait-il faire avec les enfants juifs, qui ont disparu de leur école après les lois de Nuremberg de 1935, qui interdisaient à tous les juifs de fréquenter les écoles publiques ? « .

La réponse dans le cas de Bert, comme dans celui de la plupart des gens dans le Reich, était « Rien ; continuez votre vie, ce qui pour Bert signifiait faire du sport ».

Trautmann passe tellement de temps avec les Jeunesses hitlériennes que son travail scolaire en pâtit et qu’il n’obtient pas de place au Gymnasium. Au lieu de cela, il a été envoyé en 1938 à Görlitz pour le service du travail.

« Le régime auquel les garçons étaient soumis est devenu plus strict et plus militariste. Un réveil a lieu tous les matins et les uniformes kaki de la 1ère Jeunesse de la Litter sont remplacés par de solides uniformes de travail gris avec des pantalons courts. Après avoir hissé le drapeau, ils prenaient un petit-déjeuner, généralement composé de saucisses, de fromage et de pain, avant d’être affectés aux tâches de la journée. Leurs noms étaient inscrits à la craie sur un grand tableau noir, chacun sous une rubrique spécifique. La plupart étaient affectés aux travaux agricoles, tandis que d’autres étaient affectés à la cuisine, au nettoyage ou à la garde. »

Allez plus loin  Léon Degrelle

Pour Trautmann, le travail était très dur : « C’était une petite ferme, d’environ 200 hectares, et entourée de bois et de ruisseaux. La ferme est dépourvue de toute forme de mécanisation, Bernhard doit marcher ou prendre une charrette pour aller travailler. Les principales cultures étaient les pommes de terre, l’avoine et le blé, et les semailles et la récolte se faisaient avec des charrues en bois tirées par des chevaux ou des charrues à main. Bernhard s’épanouit dans les fermes, ses années passées à terroriser les fermiers de Brême lui ont permis de s’accorder naturellement avec la terre. Cependant, les garçons du Land Jahr étaient protégés par des règles. Ils n’étaient pas autorisés à travailler plus de sept heures par jour et ne pouvaient rien soulever de plus de 20 kilos. Le travail à la ferme couvrait tout, de la peinture et de la réparation des clôtures ou des poulaillers à l’alimentation des cochons et à la traite des vaches. »

Témoin de la nuit du verre brisé

C’est pendant son séjour à Görlitz qu’il a appris l’existence de la Nuit de cristal. Le 11 novembre 1938, Reinhard Heydrich rapporte à Hermann Göring les détails de la nuit de terreur : « 74 Juifs tués ou gravement blessés, 20 000 personnes arrêtées, 815 magasins et 171 maisons détruits, 191 synagogues incendiées ; le coût total des dégâts s’élève à 25 millions de marks, dont plus de 5 millions pour le verre brisé.

Il a été décidé que les « Juifs devraient payer pour les dommages qu’ils ont causés ». Une amende d’un milliard de marks a été infligée pour le meurtre de Vom Rath, et 6 millions de marks versés par les compagnies d’assurance pour le verre brisé devaient être remis dans les caisses de l’État. »

Trautmann et les autres garçons ont entendu parler de la Nuit de Cristal à la radio. On leur avait appris à haïr les Juifs et ils se souviennent qu’ils ont tous crié « pour ce que ça vaut ».

De retour à Brême en décembre 1938, Trautmann a pu constater ce qui était arrivé aux Juifs de la ville : « La communauté juive de Brême a été soumise à un traitement atroce, tout comme le reste de leur race dans le pays… Les Juifs étaient les marchands et les prêteurs du port et avaient une grande influence sur la construction de la prospérité, mais leurs maisons avaient été détruites par le feu et leurs entreprises vandalisées et fermées.

Trautmann se souvient avoir vu Le Juif éternel à Brême. « Je pensais que ce serait l’un de ces courts métrages de propagande qu’il faut regarder un moment avant le film principal, mais il se répétait sans cesse. Les Juifs, semble-t-il, se sont répandus comme des rats à travers l’Europe, puis à travers le monde ; ils sont désormais responsables de la plupart des crimes internationaux et de 98 % de la prostitution. En même temps, ils prenaient tous les meilleurs emplois et gagnaient tout l’argent ». Vraiment, pensait Bernhard, ils méritaient ce qui leur arrivait.

Il savait qu’un des compagnons de boisson de son père s’était endetté à cause d’un Juif. Le pauvre homme avait perdu son emploi à l’usine de munitions pour une raison quelconque, et il avait quatre enfants à nourrir. Herr Trautmann lui payait toujours des bières.

D’autre part, Bernhard avait également été témoin de quelques incidents dans les files d’attente des magasins, où des Juifs étaient traînés et battus, ce qui n’était pas agréable. Mais si vous profitez de la malchance des autres, il est tout à fait normal que vous vous en offusquiez, n’est-ce pas ? ».

Pendant la Seconde Guerre mondiale

En janvier 1939, Trautmann commence un apprentissage de quatre ans chez Hanomag, un grand fabricant de camions diesel, « un métier pour lequel il a montré une aptitude naturelle ».

À l’âge de quinze ans, il joue dans une équipe de football locale le dimanche matin : « Bernhard jouait en tant qu’avant-centre, écrasant agressivement quiconque se trouvait sur son chemin ; il ne savait guère d’où lui venait cette volonté de gagner. Le talent pour le jeu venait de son père, il le savait, mais l’agressivité, l’attaque, le tempérament quand un de ses équipiers faisait une mauvaise passe, tout cela lui appartenait. »

Trautmann souhaitait s’engager dans les forces armées pour pouvoir participer à la Seconde Guerre mondiale.

Dès qu’il a eu dix-sept ans, en octobre 1940, il s’est engagé dans les forces armées : « Je me suis engagé quand j’avais dix-sept ans. Les gens disent pourquoi, mais quand on est un jeune garçon, la guerre semble être une aventure.

A essayé de s’engager dans la Luftwaffe comme spécialiste des communications, mais a échoué à ses examens de code.

Il est maintenant assigné comme parachutiste et termine sa formation en mai 1941. Le mois suivant, il rejoint les soldats qui vont participer à l’opération Barbarossa. Cependant, au lieu d’être un soldat de première ligne, il a été chargé de réparer des véhicules militaires.

Peu après son arrivée en Union soviétique, il a eu de sérieux problèmes. « Il a désactivé une voiture de l’état-major général pour plaisanter, afin que lui et quelques amis puissent aller chercher de la nourriture une fois que les officiers auraient trouvé un autre véhicule. Lorsque du sable a été trouvé dans le moteur, Trautmann a été reconnu coupable de sabotage et condamné à neuf mois dans une sordide prison ex-soviétique à Zhitomir. »

Pendant son séjour en prison, on lui a diagnostiqué une appendicite. Seule une opération d’urgence lui a sauvé la vie. Après s’être rétabli, il a été renvoyé au front à temps pour servir 18 ans.

Trautmann est entré en action contre la Cinquième Armée russe. Selon Alan Rowlands, auteur de Trautmann : The Biography (2011), Trautmann n’a pas eu beaucoup de mal à tuer des Russes : « Il a riposté sur une silhouette grise anonyme qui est tombée comme une pierre. C’était tout : aucun sentiment de dégoût ou de culpabilité, juste rien. Le mélange de peur, d’instinct de conservation et de fatigue a réduit la sensibilité normale à un pragmatisme indifférent. »

Alors qu’il combattait en Ukraine, lui et un ami ont assisté par inadvertance à un massacre de Juifs par des officiers SS dans une forêt. « Après avoir été regroupés dans des tranchées, ils ont été systématiquement abattus. Terrifiés, les deux hommes se sont échappés sans être détectés et n’ont jamais parlé de l’incident. »

En novembre 1941, le régiment de Trautmann est envoyé à Smolensk. Le temps et les actions des partisans ont rendu l’avancée difficile. Cet hiver-là, l’armée allemande a perdu 100 000 soldats à cause des gelures.

« Ils n’en sont pas forcément morts, mais ils ont perdu des membres ou ont eu les oreilles, les orteils et les doigts noircis, gonflés comme des choux-fleurs, et ils ont dû être hospitalisés, et ils ont été écartés de la bataille ».

Le général Heinz Guderian, commandant de la 2e armée panzer, a enregistré une température de moins 36 degrés Celsius : « Nos hommes restent misérablement debout à brûler la précieuse essence pour se réchauffer… Plusieurs fois, nous avons trouvé des sentinelles endormies, littéralement gelées à mort… De nombreux hommes sont morts dans l’exercice de leurs fonctions naturelles, à la suite d’engelures de l’anus ».

Adolf Hitler a suggéré à ses généraux que le seul moyen de vaincre l’Union soviétique était de terroriser la population des zones occupées.

« Compte tenu de la grande étendue des zones occupées à l’Est, les forces disponibles pour établir la sécurité ne seront suffisantes que si toute résistance est punie non seulement par des poursuites judiciaires à l’encontre des coupables, mais par la diffusion d’une terreur par les forces d’occupation qui seule est à même d’éradiquer toute velléité de résistance au sein de la population. »

Bert Trautmann a participé à ces atrocités commises contre les Russes : « Au début, on ne considérait pas l’ennemi comme un peuple. Puis, quand vous avez commencé à prendre des prisonniers, vous les avez entendus pleurer leur mère et leur père…… Quand on apprend à connaître l’ennemi, il devient une vraie personne. Plus la guerre durait, plus vous commenciez à avoir des doutes : Bert trautmann kinder john. Mais Hitler était un régime dictatorial et vous ne pouviez pas dire ce que vous vouliez. Dans l’armée allemande, on recevait des ordres et on les exécutait. Si vous ne le faisiez pas, vous étiez abattu.

Connexion Stalingrad

Durant l’été 1942, le général Friedrich Paulus avance vers Stalingrad avec 250 000 hommes, 500 chars, 7 000 canons et mortiers et 25 000 chevaux. A la fin du mois de juillet 1942, le manque de carburant oblige Paulus à s’arrêter à Kalach.

Ce n’est que le 7 août qu’il reçoit le ravitaillement dont il a besoin pour poursuivre son avancée. Au cours des semaines suivantes, ses troupes tuent ou capturent 50 000 soldats soviétiques, mais le 18 août, Paulus, qui n’est plus qu’à trente-cinq miles de Stalingrad, tombe à nouveau en panne de carburant.

Iosif Staline a insisté sur le fait que la ville devait être tenue à tout prix. Un historien a affirmé qu’il considérait Stalingrad « comme le symbole de sa propre autorité ». Staline savait également que si Stalingrad était prise, cela ouvrirait la voie à une attaque de Moscou par l’est.

Si Moscou était ainsi isolée, la défaite de l’Union soviétique était pratiquement inévitable (Bert trautmann kinder tot). Un million de soldats soviétiques ont été enrôlés dans la région de Stalingrad.

Ils étaient soutenus par un flux croissant de chars, d’avions et de batteries de fusées provenant des usines construites à l’est de l’Oural pendant les plans quinquennaux. L’affirmation de Staline selon laquelle une industrialisation rapide sauverait l’Union soviétique de la défaite face aux envahisseurs occidentaux commence à se concrétiser.

Les fortes pluies d’octobre transforment les routes en mers de boue et les transports de ravitaillement de la 6e Armée commencent à s’enliser. Le 19 octobre, la pluie s’est transformée en neige. Paulus continue d’avancer et, début novembre, il contrôle 90 % de la ville.

Cependant, ses hommes sont maintenant à court de munitions et de nourriture. Malgré ces problèmes, Paulus décide d’ordonner une autre offensive majeure le 10 novembre. L’armée allemande a subi de lourdes pertes au cours des deux jours suivants, puis l’Armée rouge a lancé une contre-attaque.

Paulus est contraint de battre en retraite vers le sud, mais lorsqu’il atteint l’aérodrome de Gumrak, Adolf Hitler lui ordonne de s’arrêter et de tenir bon malgré le danger d’être encerclé. Hitler lui dit que Hermann Goering lui avait promis que la Luftwaffe lui fournirait le matériel nécessaire par voie aérienne.

Conscient que la 6e armée risque de se rendre par manque de nourriture, Adolf Hitler ordonne au maréchal Erich von Manstein et à la 4e armée de Panzer de lancer une tentative de sauvetage. Manstein parvient à s’approcher à moins de cinquante kilomètres de Stalingrad, mais il est alors arrêté par l’Armée rouge : Bert trautmann margaret friar. Le 27 décembre 1942, Manstein décide de se retirer car il risque également d’être encerclé par les troupes soviétiques.

Allez plus loin  Alfred Rosenberg

À Stalingrad, plus de 28 000 soldats allemands avaient été tués en un peu plus d’un mois. Comme il ne reste que peu de nourriture, le général Friedrich Paulus donne l’ordre de ne plus nourrir les 12 000 hommes blessés. Seuls ceux qui pouvaient se battre recevaient leurs rations.

Erich von Manstein donne maintenant l’ordre à Paulus de faire une évasion massive. Paulus a refusé l’ordre en arguant que ses hommes étaient trop faibles pour effectuer un tel mouvement.

Le 30 janvier 1943, Hitler promeut Paulus au rang de maréchal et lui envoie un message lui rappelant qu’aucun maréchal allemand n’a jamais été capturé. Hitler suggérait clairement à Paulus de se suicider, mais ce dernier a refusé et s’est rendu à l’Armée rouge le lendemain.

Scène de prisonnier de guerre

En mai 1944, Trautmann est envoyé en France pour rejoindre les forces impliquées dans la formation du Mur de l’Atlantique, un vaste système de défenses côtières et de fortifications construit le long de la côte de l’Europe continentale et de la Scandinavie pour se défendre contre une invasion alliée anticipée de l’Europe occupée par les nazis.

Le mois suivant, son unité a capturé plusieurs parachutistes qui avaient débarqué derrière les lignes allemandes lors de l’invasion du Jour J.

Pour Trautmann et ses camarades soldats allemands, il est désormais clair que la défaite est inévitable. Les soldats ont reçu des tracts disant : « Certains éléments peu fiables semblent croire que la guerre sera terminée pour eux dès qu’ils se rendront à l’ennemi. Chaque déserteur trouvera sa juste punition. En outre, leur comportement ignominieux entraînera les plus graves conséquences pour leur famille : ils seront sommairement fusillés. »

Trautmann, promu au rang de caporal, et le reste de son régiment se retirent. Alors qu’il se regroupait dans la ville allemande de Kleve, il a été enterré vivant pendant trois jours lorsque les Alliés ont bombardé une école où son unité était cantonnée ; la plupart de ses camarades ont été tués.

Peu après, il est capturé par les troupes alliées. Trautmann était l’un des 90 membres de son régiment initial de 1 000 hommes encore en vie à la fin de la guerre.

Trautmann, le « vétéran » de 22 ans, a été envoyé en Angleterre comme prisonnier de guerre. Les membres des forces armées allemandes sont interrogés avant d’être triés en trois catégories : Blanc pour les anti-nazis, Gris pour les insécurisés et Noir pour les nazis convaincus. Environ 10 %, dont Trautmann, ont été jugés comme étant des nazis convaincus.

Trautmann et ses camarades ont visionné un film sur le camp de concentration de Bergen-Belsen : « Il y avait de grandes piles de cadavres nus, pas plus que des squelettes, mais avec des cheveux, des jambes et des bras indécemment étendus, tandis que des bulldozers conduits par des soldats britanniques les jetaient dans d’immenses fosses…. ». Il était assez facile de repérer les nazis purs et durs, qui protestaient de leur indignation et objectaient que le film était un faux, mais peut-être remarquaient-ils aussi ceux qui passaient en silence, les yeux au sol, comme Trautmann. »

Plus tard, Bert Trautmann a été envoyé dans un camp à Ashton-in-Makerfield « pour se prélasser dans la camaraderie et savourer des conditions qui équivalaient à du luxe en comparaison avec ses récentes privations ».

La Convention de Genève stipule que les prisonniers de guerre doivent être rapatriés après la cessation des hostilités. Clement Attlee, Premier ministre du gouvernement travailliste d’après-guerre, a rejeté cette idée. Il insiste pour que les prisonniers de guerre allemands restent et réparent les dégâts causés par la Luftwaffe.

Attlee pensait également que, comme ces soldats avaient subi un lavage de cerveau dans l’Allemagne nazie, ils auraient besoin d’une période de rééducation. Trautmann se plaint qu’il s’agit souvent de sujets longs et ennuyeux, tels que la « Constitution de l’Empire britannique ».

Au début de 1946, il y avait plus de 400 000 prisonniers de guerre allemands en Grande-Bretagne. « Il n’y avait guère de ville ou de village sans camp de prisonniers de guerre à proximité, et les civils britanniques s’habituèrent à les voir sortir du camp, deux par deux, dans leurs uniformes bruns avec les patchs jaunes en forme de losange, pour travailler sur des chantiers de construction, nettoyer les dégâts causés par les bombes ou réparer les routes et les voies ferrées, ou, plus souvent, assis à l’arrière d’un camion, en route vers l’une des fermes locales. »

Trautmann travaillait comme chauffeur pour les responsables des camps juifs. « Ils voulaient savoir ce que vous pensiez des nazis et de la communauté juive », dit Trautmann, qui admet qu’au « fond de lui », il voyait encore les Juifs comme « des prêteurs et des profiteurs ».

En mars 1946, Trautmann a dû emmener l’un de ces officiers juifs dans un camp de prisonniers de guerre. Cet homme avait été professeur d’université et, selon Trautmann, ses manières supérieures provoquaient chez lui un sentiment d’infériorité en raison de sa propre formation insuffisante.

Ils se sont disputés et l’officier l’a traité de « porc allemand ». Trautmann a donné un coup de poing à l’agent et a pris la fuite, le laissant étendu sur la bande d’arrêt d’urgence. Il a été reconnu coupable d’agression et condamné à 14 jours de détention.

Arrivée à Manchester City

En 1946, Trautmann rencontre Marion Greenall, une femme vivant à Ashton-in-Makerfield. Peu après, Marion, 19 ans, tombe enceinte. Ses parents se plaignent auprès du commandant du camp, mais malgré la pression considérable exercée par toutes les parties concernées, Trautmann refuse d’épouser Marion.

Trautmann, comme tous les prisonniers de guerre allemands, a été libéré en 1948. Cependant, Trautmann souhaite rester en Angleterre et aime jouer au football pour les équipes locales.

Il a trouvé du travail dans une ferme à Milnthorpe. Après la naissance de sa fille, Freda, il a dû payer à Marion Greenall 10 shillings par semaine. Il a également joué pour St Helens Town, où il a rapidement acquis la réputation d’être un excellent gardien de but. Pour réduire le temps de déplacement, il a trouvé un emploi dans une unité de déminage à Huyton.

Frank Swift, qui a joué dans les buts de l’Angleterre et de Manchester City, a pris sa retraite du football à la fin de la saison 1948-49 : (Bert trautmann margaret friar kinder). Le manager du club, Jock Thomson, a décidé de faire signer Trautmann pour remplacer Swift.

Manchester compte une importante communauté juive et celle-ci a lancé une campagne pour l’empêcher de jouer pour le club. En octobre 1949, 25 000 supporters ont manifesté devant le stade de Maine Road, criant et brandissant des banderoles avec des croix gammées, « nazi » et « criminel de guerre », menaçant de boycotter le club s’il ne se débarrassait pas de l’Allemand.

Ivan Ponting a noté : « Le grand Allemand musclé était mêlé à une controverse angoissante. Une faction importante et véhémente de l’importante communauté juive de Manchester s’oppose vigoureusement à l’embauche d’un ancien parachutiste si tôt après la guerre : (Bert trautmann margaret friar todesursache). D’autres se sont joints à ce qui est devenu une campagne hystérique, Trautmann faisant l’objet d’un barrage de lettres haineuses et de lettres plus raisonnées mais tout aussi enflammées parues dans la presse. Certains ex-militaires ont menacé de boycotter City si le nouveau gardien restait. »

Un fan a écrit au journal local : « Quand je pense à tous ces millions de Juifs qui ont été torturés et assassinés, je ne peux que m’émerveiller devant la stupidité crasse de Manchester City.

Un autre a écrit : « Je suis un supporter de la ville depuis quarante-cinq ans, mais si cet Allemand joue, j’appellerai les membres de la British Legion et du Jewish Ex-Servicemen’s Club à boycotter le club de la ville ». Les journaux ont également publié plusieurs lettres de supporters qui avaient combattu l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale et se sont plaints que la signature était une insulte à leurs camarades tués pendant le conflit.

Le Manchester Evening News a publié une série de lettres sur la signature de Trautmann. L’un d’eux a écrit : « En tant que militaire handicapé de la dernière guerre, j’écris avec de l’amertume dans mon cœur. Penser qu’après tout ce que nous avons traversé et traversons encore dans ce pays à cause de la guerre, Manchester City signe un Allemand. J’ai suivi City dans tout le pays et j’arrêterai de suivre mon club s’ils signent cet homme. »

Cependant, d’autres ont soutenu la décision : « L’antagonisme racial ne devrait pas être perpétué de cette manière. Le sport devrait être un des moyens de réconciliation, et non de division plus large ; les protestations de certains ignorent la réalité de ce que l’expérience du service actif dans les deux guerres mondiales a proclamé : qu’entre soldats au front, il n’y a pas de véritable haine personnelle. Le soldat allemand et le soldat britannique n’ont fait qu’obéir aux ordres. D’ailleurs, qu’est-ce que le racisme et les antagonismes nationaux du passé ont à voir avec ce jeu de football ? On pourrait croire que le joueur est le commandant du camp de Belsen : étant né allemand, il doit faire son devoir en tant que tel ».

Trautmann a également été aidé par le fait que le capitaine de Manchester City, Eric Westwood, avait participé au débarquement du jour J et avait été mentionné dans des dépêches. Il était considéré comme un héros de guerre et lorsqu’il a été présenté à Trautmann, on lui a dit : « Il n’y a pas de guerre dans ce vestiaire, nous vous accueillons comme n’importe quel autre membre du personnel : (Bert trautmann movie). Faites comme chez vous et bonne chance ».

Bert Trautmann a fait ses débuts en première division contre les Bolton Wanderers le 19 novembre 1949. Les cris ont commencé dès que Bert Trautmann est sorti du tunnel. Les chants des supporters de Bolton, tels que « Nazi » et « Heil Hitler », ont continué tout au long du match. Bolton a remporté le match 3-0 et Trautmann a été tenu pour responsable du premier but.

Avant son premier match à domicile, Alexander Altmann, le rabbin de Manchester, a exhorté les supporters à traiter Trautmann avec respect : « Chaque membre de la communauté juive a le droit d’avoir sa propre opinion, mais il n’y a pas d’action concertée au sein de la communauté en faveur de cette proposition (pour le forcer à quitter le club). Malgré les terribles cruautés que nous avons subies aux mains des Allemands, nous ne chercherions pas à punir un Allemand individuel, qui n’a aucun lien avec ces crimes, pour sa haine. Si ce footballeur est un type bien, je dirais qu’il n’y a rien de mal à cela : Bert trautmann son. Chaque cas doit être jugé sur ses propres mérites. »

Selon Bert Trautmann, il s’agissait d’une intervention importante : « Grâce à Altmann, au bout d’un mois, tout était oublié… Plus tard, je suis allé voir la communauté juive et j’ai essayé d’expliquer les choses. J’ai essayé de leur faire comprendre la situation des gens en Allemagne dans les années 30 et leurs mauvaises circonstances. Bert trautmann tochter. Je leur ai demandé s’ils avaient été dans la même situation, sous une dictature, comment ils auraient réagi ? En parlant ainsi, les gens ont commencé à comprendre.

Allez plus loin  Raymond Spruance

Le boycott à grande échelle attendu pour le premier match à domicile contre Birmingham City n’a pas eu lieu. « En réalité, la menace d’action des supporters était limitée, mais quelques fans sont restés à l’écart, un petit groupe a organisé une manifestation devant le stade, tandis que certains abonnements ont été rendus. Les fans de City, dans l’ensemble, se préoccupaient de leur équipe et, maintenant que ce nouveau joueur était un élément crucial de cette équipe, leur loyauté et leur allégeance fanatiques transcendaient tout préjugé. »

Trautmann visitait pour la première fois Londres, ravagée par les bombes. Pendant la majeure partie de la première mi-temps contre Fulham, il a dû endurer les chants les plus malveillants qu’il ait jamais reçus. Bert trautmann wie viele kinder. Pourtant, il a si bien joué que lorsque Trautmann « est sorti du terrain à la fin du match, tout le stade s’est levé pour l’acclamer, et les deux équipes se sont alignées de part et d’autre de l’entrée des joueurs pour l’applaudir ».

Dans les années qui suivirent, Bert Trautmann devint l’une des stars du football britannique : « Une figure énorme et imposante qui rayonnait d’autorité entre les bâtons, il combinait agilité et réflexes aiguisés avec un courage sans limite et un sens du placement très développé. Parfois, il était un showman, jouant sans honte face à la galerie ; à d’autres moments, il frustrait ses adversaires par l’apparente facilité de ses arrêts, récupérant calmement des tirs puissants dans ses mains apparemment préhensiles. »

Bert Trautmann a épousé sa fiancée, Margaret Friar, le 30 mars 1950. Ses parents n’ont pas pu y assister en raison d’une mauvaise santé et d’un manque d’argent. Leur fils, John, est né sept mois plus tard. Le mariage est un échec : « Margaret aimait le glamour du football et la célébrité locale, mais n’était pas satisfaite de la quantité de temps et d’énergie que le jeu consommait pour Bert, et de la façon dont les femmes ne cessaient de se jeter sur lui. »

Footballeur de l’année

En 1955, Manchester City atteint la finale de la FA Cup et affronte Newcastle United, qui tente de la remporter pour la troisième fois en cinq ans. Jackie Milburn a marqué après soixante secondes, mais à la 18e minute, Jimmy Meadows s’est blessé.

City égalise lorsque Bobby Johnstone reprend de la tête un centre de Joe Hayes. Newcastle a profité de sa supériorité numérique, qui s’est manifestée en seconde période, et a marqué par Bobby Mitchell et George Hannah.

Trautmann a admis plus tard qu’il avait été très nerveux avant le match. « Nous ne nous sommes pas beaucoup vus pendant ces dernières minutes avant de quitter le vestiaire. Nous étions trop occupés à aller et venir aux toilettes. »

Trautmann s’est rendu responsable de deux des buts. Don Revie a déclaré plus tard qu’ils n’avaient pas perdu le match à cause du gardien de but. « La simple vérité est que je pense qu’il est impossible de gagner une finale de coupe à Wembley à dix… Wembley a une belle pelouse, mais c’est très exigeant pour les muscles des jambes, c’est extrêmement fatigant quand vous devez faire toutes les courses. »

L’année suivante, Manchester City atteint la demi-finale de la FA Cup. Le match était contre Tottenham Hotspur, une équipe qui comptait beaucoup de supporters juifs, et la semaine précédant le match, ils ont reçu de nombreux courriers haineux.

City remporte le match 3-1, mais Trautmann fait l’objet de nombreuses critiques lorsqu’il commet une faute sur George Robb en lui tenant la jambe, ce qui empêche un but certain de Tottenham. « Les journaux en ont parlé tout le week-end. Les photos étaient accablantes et Bert avait l’impression de s’être laissé tomber. »

Bert Trautmann a été élu footballeur de l’année par la Football Writers’ Association. Il est le premier gardien de but et le premier étranger à recevoir cette récompense. Cependant, plusieurs écrivains ont désapprouvé cette décision, principalement en raison de l’incident de George Robb.

« Malgré un débat plutôt animé, les détracteurs de Trautmann ont perdu la partie, et il a finalement reçu trois fois plus de voix que tout autre candidat. A l’âge de 32 ans, il avait reçu la plus haute récompense d’Angleterre. »

Le 3 mai 1956, Bert Trautmann a reçu le prix au restaurant Criterion.

La finale de la Coupe de 1956 a eu lieu deux jours plus tard. Manchester City a pris l’avantage. Comme Frank Swift l’a rapporté dans le News of the World. « Trois minutes seulement s’étaient écoulées lorsque Revie, dans son ancien rôle d’avant-centre profond… Il posa les bases… lorsqu’il fit une belle passe à l’ailier gauche Roy Clarke, courut pour récupérer le retour et fit une belle talonnade à Joe Hayes. Et Joey a mis la balle au bon endroit – le filet de Birmingham ! ».

Noel Kinsey marque pour Birmingham City, mais en seconde période, Jack Dyson et Bobby Johnstone donnent une avance de 3-1 à Manchester City. Comme l’a souligné Brian Glanville

« City était confortablement en tête lorsque, à un quart d’heure de la fin, Peter Murphy a récupéré une passe de Birmingham dans la surface de réparation : Bert trautmann wife. Trautmann s’est précipité en avant, téméraire comme toujours, et a plongé tête baissée pour récupérer le ballon. Murphy a trouvé son genou en contact avec le cou de Trautmann. Après avoir été soigné sur le terrain, Trautmann n’a pas été escorté hors du terrain : aucun remplacement n’étant autorisé, City aurait dû continuer avec 10 hommes. Étonnamment, Trautmann a réussi à jouer en souffrant beaucoup ; ce n’est que plus tard, lorsqu’il a été radiographié, qu’on a découvert qu’il s’était cassé le cou. »

L’entraîneur, Laurie Barnett, se précipite sur le terrain et demande à Trautmann s’il peut continuer. Il a ajouté qu' »il ne restait que quatorze minutes ». Trautmann a déclaré plus tard : « C’est la dernière chose dont je me souvienne.

Le journaliste Eric Thornton a écrit dans le Manchester Evening News : « Je n’oublierai jamais avoir aidé l’entraîneur Barnett à effectuer un massage dans le vestiaire pour soulager la douleur du cou de Trautmann à la fin de la victoire à Wembley. Il a posé ses deux grandes mains sur mes épaules et m’a dit : « La douleur passe par moi. Il y a eu une seconde pause. Puis il a ajouté : « Mais ça en vaut la peine. Je me fiche que la douleur soit comme un tisonnier chauffé à blanc. Je sais que j’ai la médaille de la Coupe dans mon portefeuille ».

Trautmann a été emmené à l’hôpital où l’on a constaté qu’il avait le cou brisé. Sa deuxième vertèbre était cassée en deux et s’est logée contre une troisième, qui a maintenu les fragments en place et lui a ainsi sauvé la vie.

Le médecin qui l’a examiné a dit à Trautmann qu’une seule secousse du bus sur le chemin du retour de Wembley aurait pu le tuer.

« Ils ont percé des trous dans ma tête et m’ont mis des étriers, comme des crochets en forme de U : Bert trautmann wife margaret friar. J’ai dû m’allonger sur un lit en planches, sans matelas, rien, juste un drap et une couverture… Ils m’ont plâtré de la tête à la taille, en ne gardant que mes bras libres, et les étriers étaient encore dedans, alors ça ressemblait à quelque chose venu de l’espace… J’étais complètement immobilisé… Les médecins m’ont prévenu que je ne rejouerais jamais au football de haut niveau. »

Le 25 mai 1956, Margaret Trautmann s’est disputée avec un ami, Stan Wilson. John, son fils de cinq ans, lui a demandé de l’argent pour acheter des bonbons dans une confiserie de l’autre côté de la rue.

Bert Trautmann se souviendra plus tard des détails de ce qui s’est passé : « Il y avait une camionnette de pain et de bonbons Tip Top de l’autre côté de la route, et John a demandé de l’argent pour acheter des bonbons. Il a traversé la route pour les prendre, mais il n’avait pas l’argent supplémentaire pour les bonbons qu’il voulait, alors il a traversé la route à nouveau, sans regarder, pour en demander plus. Il n’a pas vu la voiture arriver… Le conducteur de la voiture était un garçon de 17 ans. Il venait de passer son examen, et était en fait à moitié allemand, tout comme John. La femme a tout vu. Elle était sur le trottoir, et quand il est revenu en courant, la voiture l’a percuté et il a été projeté en l’air à seulement trois mètres d’elle. »

Bien que sa femme lui ait donné deux autres fils, Mark et Stephen, il ne s’est jamais remis de la mort de son premier fils. « Margaret ne s’est pas remise de John, elle n’avait plus aucun intérêt dans la vie. »

On a dit à Trautmann qu’il ne jouerait plus jamais au football, mais il a regagné sa place la saison suivante et, selon Ivan Ponting, « bien qu’il n’ait jamais été aussi acrobatique qu’avant, Trautmann a retrouvé sa place parmi les meilleurs gardiens de but du monde. »

Retraite et dernières années

Lorsqu’il prend sa retraite en 1964, Trautmann a joué 508 matchs pour Manchester City. En 1966, il devient manager de Stockport County. Bert trautmann wiki. « L’équipe a été promue en troisième division et les recettes des entrées ont augmenté, mais il s’est ensuite brouillé avec le président et est parti. »

Il a également dirigé Preußen Münster (1967-68) et Opel Rüsselsheim (1968-69). Il a également été engagé par le gouvernement allemand pour être entraîneur en Birmanie, en Tanzanie, au Liberia et au Pakistan. « C’était une excellente époque : (Hatte bert trautmann kinder). J’apprenais aux gens à devenir des entraîneurs de football, mais ils m’ont tous appris tellement de choses sur la vie, sur la tolérance et sur le fait de penser différemment. »

Le mariage de Trautmann avec Margaret se termine par un divorce en 1971. Son second mariage, avec Ursula von der Heyde, a duré huit ans. Il a épousé sa troisième femme, Marlis, en 1986, et possède un vignoble près de Valence.

Il suit le Premiership sur la télévision par satellite et se rend régulièrement en Grande-Bretagne : « Mon éducation a commencé le jour où je suis arrivé en Angleterre… Les Britanniques ont fait de moi ce que je suis… Quand je visite l’Allemagne, on me dit : « Sois honnête, tu es anglais jusqu’au bout des ongles ». Et je suis très fière de m’appeler comme ça. Je reviens quatre ou cinq fois par an et je me dis toujours : « Super, je suis à la maison ».

Laisser un commentaire