Douglas Bader

Sir Douglas BaderCBE, (né le 21 février 1910 à St John’s Wood (Londres) ; mort le 5 septembre 1982 ibid) est un pilote de chasse britannique et une figure symbolique des valeurs et du succès de la Royal Air Force.

https://www.youtube.com/watch?v=mGxO31bw_SM

Douglas Bader entre à l’académie d’élite de l’armée de l’air à Cranwell en tant que cadet en 1928.

Après deux ans d’entraînement comme pilote de chasse, il obtient son diplôme sans distinction et entre dans le service aérien actif.

Ses impressionnantes manœuvres de voltige sont rapidement connues dans les cercles de la RAF et ses collègues pilotes le persuadent de faire une démonstration de ses compétences à l’aérodrome de Woodley en 1931.

En tentant un vol contrôlé à basse altitude au-dessus du terrain le 14 décembre 1931, son biplan Bristol Bulldog a touché le sol avec l’aile, Bader n’a pu être sauvé qu’avec de graves blessures, une jambe a dû être amputée immédiatement, l’autre quelques jours plus tard.

Le processus de récupération a été long, mais a été rendu possible par la fabrication de prothèses de jambes dans l’atelier des anciens concepteurs d’avions Marcel et Robert Dessoutter, avec lesquelles Bader a appris à marcher debout et sans canne de manière caractéristique.

Bader a obtenu un emploi à la Shell Oil Company, mais il n’a jamais été comblé : (Douglas bader). Il a épousé sa femme Thelma, qui travaillait comme serveuse lorsqu’il l’a rencontrée, en 1935.

Après le début de la Seconde Guerre mondiale, Bader s’adresse à la commission des postes de la RAF et, avec la bonne volonté de certains de ses anciens collègues de Cranwell, il est réintégré dans la RAF. Malgré son handicap, il a pu passer sans problème tous les tests de pilotage requis.

En février 1940, il est affecté au service actif du 19e escadron à Duxford, près de Londres, et peu après, il reçoit le commandement d’un groupe du 222e escadron équipé de Supermarine Spitfire. L’un des nouveaux Spitfire qu’il pilotait a été détruit par une erreur opérationnelle, mais Bader n’a pas été blessé.

Lors d’une mission dans le cadre de l’opération Dynamo visant à soulager le corps expéditionnaire britannique qui se retire du continent par le port de Dunkerque, il remporte sa première victoire aérienne contre un Messerschmitt Bf 109E de la Luftwaffe.

Allez plus loin  Marinus van der Lubbe

En juin 1940, Bader se voit confier le commandement du 242e escadron canadien. Les pilotes de cet escadron, marqués et démoralisés par les pertes subies au combat en France, n’ont initialement que peu de confiance dans les capacités de pilotage de Bader, qui est un peu plus âgé et a une jambe amputée.

Mais immédiatement après une brève interview, Bader a exécuté une demi-heure de voltige sans faille au-dessus de la tête des Canadiens ébahis.

Par la suite, il s’est engagé sans compromis à répondre aux besoins de l’escadron, a pris personnellement en charge la formation et a fait passer le groupe au rang d’escadron modèle en peu de temps.

Le 30 août, douze appareils de l’escadron sous sa direction attaquent une formation allemande de 30 bombardiers et chasseurs et parviennent à en abattre douze.

En rapportant ce succès, Bader a fait remarquer que le succès aurait été bien plus grand s’ils avaient pu attaquer avec trois fois plus d’avions.

Cependant, dans cette phase de la bataille d’Angleterre, une tactique a été suivie qui spécifiait que les escadrons étaient aussi grands qu’un squadron, c’est-à-dire douze avions, en tant que plus grande unité d’attaque dirigée conjointement parmi les chasseurs.

Cette décision s’explique par le fait qu’une unité plus grande serait trop rigide et risquerait de sacrifier trop de réserves à la fois. L’un des principaux partisans de ce point de vue est le commandant du 11e groupe de chasseurs, le vice-maréchal de l’air Keith Park, qui a assumé l’essentiel de la défense du sud de l’Angleterre pendant la phase critique.

Bader, cependant, est subordonné avec son escadron au 12e groupe de chasseurs, qui est commandé par le vice-maréchal de l’air Leigh-Mallory. Leigh-Mallory est immédiatement enthousiasmé par l’idée et rassemble d’abord trois, puis cinq escadrons pour former une « aile de chasse », qui, en termes de nombre, équivaut à peu près à un groupe d’escadrons de chasse de l’armée de l’air.

Allez plus loin  Ignacy Moscicki

L’unité est connue sous le nom de « Duxford Wing » et est commandée au combat par Douglas Bader. À la fin de l’année 1940, l’escadre de Duxford avait enregistré plus de 150 pertes, dont 30 pilotes. La controverse de la Grande Aile entre Park et Leigh-Mallory a été alimentée par cela et n’a jamais été complètement résolue.

En mars 1941, Bader prend le commandement de l’escadre Tangmere, basée sur la côte de la Manche, où il connaît l’apogée de sa carrière de pilote de chasse.

Le pilote de chasse le plus titré de Grande-Bretagne, James Edgar Johnson, remporte sa première victoire aérienne au cours de cette période en tant que pilote du Squadron n°616, l’une des unités de l’escadre Tangmere.

Au cours de cette période, de nombreux affrontements ont lieu entre les Spitfire dirigés par « Dogsbody », comme il est appelé sur les radars terrestres britanniques (son Spitfire porte les lettres « DB » à côté de l’indicatif de l’escadron) et les « Channel Fighters » du 26e Jagdgeschwader dirigé par Adolf Galland. Bader, comme Galland, était connu des amis comme des ennemis.

Le 9 août 1941, selon la description de Bader lui-même, il y a eu une collision entre des Spitfire « Dogsbodys » et un avion de la Luftwaffe au-dessus du territoire français au cours d’une bataille aérienne sauvage.

Plus tard, on a également émis l’hypothèse qu’il aurait pu être abattu par les canons embarqués d’un Bf 109. Bader a pu sauter en parachute, mais il a d’abord perdu sa prothèse de jambe droite dans le cockpit et sa prothèse gauche a été endommagée.

Lorsqu’il se fait prendre, Galland ne peut résister et emmène le charismatique Britannique à sa base de Saint Omer pour lui faire faire un « vol d’essai » sur un Bf 109. Des dispositions sont prises pour larguer une paire de prothèses de rechange fabriquées sur mesure par Bader, car le Haut Commandement allemand refuse d’accorder le libre passage à un avion de messagerie britannique sur le sol français.

Le lancement des prothèses a eu lieu de nuit par un bombardier britannique revenant d’un raid de bombardement sur les installations de la Wehrmacht. Le récit de Galland s’en écarte. Selon lui, les prothèses ont été larguées lors d’un bombardement d’installations militaires.

Allez plus loin  William Gott

Après une tentative infructueuse d’évasion du château de Saint Omer, Bader est transféré au camp de prisonniers Oflag IV-C à la forteresse de Colditz en Saxe, où il ne sera libéré qu’en 1945 par les troupes américaines.

Bien que Bader cherche immédiatement une unité de la RAF en France, on lui interdit d’effectuer un dernier vol ennemi dans un Spitfire. Bader a terminé la guerre en tant que pilote d’as avec 22,5 morts crédités, obtenus en l’espace de 18 mois. Lors du défilé de la victoire à Londres, il dirige le Flypast, une formation de 300 avions de la RAF, dans un Spitfire Mk. IX.

Il prend sa retraite de la RAF en 1946, à sa demande, et reprend un poste au sein de la Shell Oil Company, mais cette fois pour mettre en place et diriger un service de vol interne avec une zone opérationnelle mondiale. Il disposait de son propre avion pour son travail, et sa femme Thelma a été sa fidèle compagne de voyage jusqu’à sa mort.

En 1956, sa vie de pilote a fait l’objet d’un film de Lewis Gilbert, avec Kenneth More, sous le titre « Defying All Forces ».

En 1976, il a été fait chevalier par la reine Elizabeth II pour services rendus aux intérêts des invalides de guerre.

Le 5 septembre 1982, il a succombé à un problème cardiaque après avoir donné une conférence à Londres.

Laisser un commentaire