Andrée Borrel

Andrée Borrel(née le 18 novembre 1919 à Louveciennes ; morte le 6 juillet 1944 au camp de concentration de Natzweiler-Struthof) était un agent de l’unité de renseignement britannique Special Operations Executive (SOE).

Andrée Borrel est issue d’une famille ouvrière ; ses parents Louis Jean Borrel et Eugénie Marie Françoise, née Fayollas, sont des socialistes convaincus.

Après avoir quitté l’école à l’âge de 14 ans, Borrel fait un apprentissage dans un magasin de mode féminine, puis travaille dans une boulangerie et un grand magasin. Andrée borrel. En 1939, elle s’installe avec sa mère à Toulon, où elle suit une formation d’infirmière après le début de la guerre.

En 1940, à Nîmes, elle a rencontré Maurice Dufour, un officier de la Résistance française, avec lequel elle a soutenu pendant un an la « Pat-Line », une organisation d’évasion britannique qui aidait les prisonniers de guerre britanniques en fuite, mais aussi les déserteurs français, à quitter la France.

Lorsque la « Pat-Line » est découverte à l’automne 1941, Dufour et Borrel s’enfuient en Angleterre via le Portugal. Le 20 mai 1942, Borrel est recrutée comme première femme agent du SOE pour la section « F » sous le nom de couverture « Denise » pour soutenir la Résistance en France.

Allez plus loin  Charles de Gaulle

Après un entraînement intensif, elle et l’agent du SOE Lise de Baissac décollent de la RAF Tempsford dans la nuit du 25 septembre 1942 et sont parachutées à l’est de Blois.

Borrel était porteur d’une fausse carte d’identité française au nom de « Denise Urbain » et était censé travailler comme coursier pour le réseau « Physician » d’agents britanniques sous la direction de leur chef Francis Suttill, nom de couverture « Prosper ».

Au printemps 1943, le cercle autour de « Prosper » comprend une trentaine d’agents britanniques et des milliers d’aides de la Résistance, mais il est complètement dissous quelques mois plus tard.

Les Allemands arrêtent des centaines de personnes, Borrel est capturé le 24 juin et emmené à Paris au siège du Service de sécurité (SD), avenue Foch. Après de nombreux interrogatoires et mauvais traitements, elle a été envoyée à la prison de Fresnes, à Paris.

Le 12 mai 1944, Borrel et sept autres agents du SOE détenus à Fresnes (Yolande Beekman, Madeleine Damerment, Vera Leigh, Sonia Olschanezky, Eliane Plewman, Diana Rowden et Odette Sansom) sont emmenés en camion à la prison de Karlsruhe, où ils sont placés à l’isolement en tant que « prisonniers de protection ».

Allez plus loin  Francesco Mimbelli

Le 6 juillet, Borrel, Vera Leigh, Sonia Olschanezky et Diana Rowden sont transportés au camp de concentration de Natzweiler-Struthof en Alsace. La même nuit, chacun a reçu une injection létale de phénol. Leurs corps ont été incinérés.

La France a décerné à Andrée Borrel la Croix de guerre à titre posthume. Parmi les 91 hommes et 13 femmes morts au service du SOE pour la liberté de la France, elle est commémorée sur le monument du SOE à Valençay dans l’Indre.

Au mémorial du camp de concentration de Natzweiler-Struthof en Alsace, une plaque commémore le meurtre d’Andrée Borrel et de ses trois compagnons.

Laisser un commentaire