Sonia Olschanezky

Sonia Olschanezky (née le 25 décembre 1923 à Chemnitz ; morte le 6 juillet 1944 au camp de concentration de Natzweiler-Struthof) était un agent des services secrets britanniques du Special Operations Executive (SOE).

Le père de Sonia Olschanezky, Eli Olschanezky, originaire d’Odessa, avait rencontré sa femme allemande Helen alors qu’il étudiait l’ingénierie chimique à Leipzig et l’avait épousée en 1916.

À Chemnitz, où sont nés ses deux fils et sa fille Sonia, il a travaillé comme vendeur dans une usine de bonneterie.

Au milieu des années 1920, il est chargé de l’usine de Bucarest. Après des conflits financiers avec des partenaires roumains, la famille s’installe à Paris en 1930, où Sonia Olschanezky fréquente un lycée et reçoit une formation de danseuse classique afin de poursuivre une carrière sur scène.

Après l’occupation allemande de la France à l’été 1940, elle n’a plus reçu d’engagement en tant que juive, et a donc dû travailler comme femme de chambre. Par l’intermédiaire de son employeur, elle rencontre l’homme d’affaires suisse Jacques Weil, qui travaille pour la Résistance, et le rejoint.

Allez plus loin  Andrew Cunningham

En juin 1942, Sonia Olschanezky est arrêtée pour la première fois lorsque, sur ordre des Allemands et en collaboration avec le gouvernement de Pétain à Vichy, les arrestations et les déportations de Juifs français commencent.

Elle a été emprisonnée dans le camp de collecte de Drancy jusqu’à ce que sa mère réussisse à la faire libérer. Avec l’aide d’amis juifs qui fabriquaient des manteaux pour la Wehrmacht allemande dans leur usine de fourrure, elle a obtenu de faux papiers identifiant sa fille comme un travailleur ayant une « valeur économique de guerre » dans l’usine de fourrure.

En 1943, Sonia Olschanezky, sous le nom de couverture « Tanja », rejoint le réseau d’agents du SOE « Juglar » (en France également « Robin ») avec Weil, qui mène des opérations de sabotage dans la région de Chalons-sur-Marne.  »

Juglar » était une branche du réseau d’agents « Medico » du SOE, dirigé par Francis Suttill, nom de code « Prosper ».

Grâce à de faux papiers au nom de « Suzanne Ouvrard », Olschanezky fournit des services de courrier aux agents du SOE et à la Résistance.

Allez plus loin  Ferdinand Porsche

Bien qu’à l’été 1943, à la suite de cette trahison, la plupart des membres du cercle « médical » soient tombés aux mains des Allemands, Olschanezky est resté introuvable pendant six mois.

Le 21 janvier 1944, elle est arrêtée lors d’une réunion à Paris avec un prétendu agent du SOE, qui est en fait un membre du service de sécurité allemand (SD).

Après de nombreux interrogatoires et mauvais traitements au siège du SD, avenue Foch, elle a été emprisonnée à la prison de Fresnes, à Paris. Le 12 mai 1944, Sonia Olschanezky et sept autres agents du SOE détenus à Fresnes, Yolande Beekman, Andrée Borrel, Madeleine Damerment, Vera Leigh, Eliane Plewman, Diana Rowden et Odette Sansom, ont été emmenés en camion à la prison de Karlsruhe, où ils ont été placés à l’isolement en tant que « prisonniers de protection ».

Le 6 juillet, Sonia Olschanezky, Andrée Borrel, Vera Leigh et Diana Rowden sont déportées au camp de concentration de Natzweiler-Struthof en Alsace. La même nuit, chacun a reçu une injection létale de phénol. Leurs corps ont été incinérés.

Allez plus loin  Oskar Dirlewanger

Une plaque au mémorial du camp de concentration de Natzweiler-Struthof commémore le meurtre de Sonia Olschanezky et de ses trois compagnons.

Laisser un commentaire