Clare Hollingworth

Sommaire

Clare Hollingworth(Knighton, 10 octobre 1911 – Hong Kong, 10 janvier 2017) était un journaliste et écrivain anglais. Clare hollingworth. Elle a été la première correspondante de guerre à rapporter le renforcement des forces militaires allemandes à la frontière polonaise et le début de la Seconde Guerre mondiale, fournissant au Daily Telegraph ce qui a été décrit comme « le scoop du siècle ».

Vie privée

Biographie

Enfance et jeunesse

Clare Hollingworth est née en 1911 à Knighton, une banlieue sud de Leicester, fille de Daisy et Albert Hollingworth. Pendant la Première Guerre mondiale, son père a repris l’usine de chaussures de son grand-père paternel et la famille a déménagé dans une ferme près de Shepshed.

La petite Clare s’intéresse très tôt à l’écriture, malgré l’opposition de sa mère, ainsi qu’à la guerre, stimulée par les visites avec son père sur les champs de bataille historiques en Grande-Bretagne et en France. Après avoir quitté l’école, elle a fréquenté à contrecœur un internat d’économie familiale à Leicester.

Avant la Seconde Guerre mondiale

Clare Hollingworth s’est fiancée au fils d’une famille locale mais, au lieu de l’épouser, elle est allée travailler comme secrétaire personnelle de l’organisateur de la Ligue des Nations (LNU).

Elle a ensuite obtenu une bourse à l’école d’études slaves et est-européennes de l’UCL, puis s’est installée à l’université de Zagreb pour étudier la langue croate.

Elle commence à écrire des articles en tant que journaliste indépendante pour le New Statesman et, en juin 1939, elle est sélectionnée pour un siège dans la circonscription du parti travailliste de Melton ; l’élection devait avoir lieu fin 1940, mais le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale l’en empêche.

Après l’occupation allemande de la Tchécoslovaquie, entre septembre 1938 et mars 1939, il se rend à Varsovie et travaille pour les réfugiés tchèques : jusqu’en juillet, il aide à sauver des milliers de personnes fuyant l’Allemagne nazie et les premiers territoires occupés par la Wehrmacht, en demandant pour elles des visas britanniques. Grâce à son expertise, il parvient à être embauché par Arthur Wilson, rédacteur en chef du Daily Telegraph, au mois d’août suivant.

Pendant la Seconde Guerre mondiale

Clare Hollingworth travaillait pour le Daily Telegraph depuis moins d’une semaine lorsqu’elle a été envoyée en Pologne, alors l’épicentre de graves tensions politiques et diplomatiques en Europe : à peine arrivée sur place, elle a réussi à persuader le consul général britannique à Katowice, John Anthony Thwaites, de lui prêter la voiture de l’ambassade pour qu’elle se rende en Allemagne afin d’enquêter sur les rumeurs d’une attaque allemande imminente.

Allez plus loin  Fyodor Okhlopov

Le 28 août, alors qu’il roulait sur une route adjacente à la frontière, il a observé une énorme concentration de troupes allemandes, également flanquées de chars et de voitures blindées : Hollingworth a immédiatement envoyé un projet d’article au Daily Telegraph, qui a publié l’histoire en première page le jour suivant.

Le 1er septembre, peu après le début de l’invasion allemande de la Pologne, il a téléphoné à l’ambassade britannique à Varsovie et, afin de convaincre les fonctionnaires récalcitrants de l’ambassade, a poussé le combiné du téléphone par la fenêtre : dans les années 30, le témoignage d’une femme était encore considéré comme peu fiable.

Il reste en Pologne jusqu’à la fin des opérations militaires et en 1940, après avoir travaillé pour le Daily Express, il s’installe à Bucarest, en Roumanie : (Clare hollingworth biography). Cet été-là, il assiste à l’abdication forcée du roi Charles II et aux émeutes qui s’ensuivent.

Comme ses rapports par téléphone ignoraient les règles de la censure, il aurait dû échapper plus d’une fois à une tentative d’arrestation. En 1941, elle se rend au Caire, en Égypte, et poursuit ensuite ses activités en Turquie et en Grèce, rencontrant souvent des obstacles en raison de son statut de femme.

Après l’occupation de Tripoli en janvier 1943, elle reçoit l’ordre de retourner au Caire et, souhaitant rester au front, continue à suivre les forces anglo-américaines du général Dwight Eisenhower à Alger, écrivant pour le Chicago Daily News. Clare hollingworth go ahead. Une source rapporte qu’il a même été parachuté avec les troupes, peut-être pour le débarquement en Sicile.

Son travail de correspondante de guerre l’a conduite pendant les deux années suivantes en Palestine, en Irak et en Iran, où elle a été la première journaliste à interviewer le shah de Perse, Mohammad Reza Pahlavi à l’époque.

Après la Seconde Guerre mondiale

Pendant les décennies d’après-guerre, Hollingworth a fait des reportages sur les conflits en Palestine, en Algérie, en Chine, à Aden et au Vietnam (Clare hollingworth interview). La BBC a déclaré que, même si elle n’était pas la première femme correspondante de guerre, elle possédait « des connaissances techniques, tactiques et stratégiques approfondies qui la distinguaient ».

Allez plus loin  Wilm Hosenfeld

Le New York Times l’a décrite comme « la doyenne incontestée des correspondants de guerre ». Elle a accumulé une expertise considérable en matière de technologie militaire et, après avoir participé à un cours de formation de pilotes en 1940, elle est devenue une experte en matière d’avions.

Immédiatement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle a commencé à travailler pour les journaux The Economist et Observer. En 1946, elle se retrouve par hasard, avec son mari Geoffrey Hoare, sur les lieux de l’attentat à la bombe contre l’hôtel King David à Jérusalem, qui fait 91 morts.

Elle aurait ensuite refusé de serrer la main du chef de l’Irgoun, Zvai Leumi, et du futur Premier ministre israélien, Menachem Begin. Clare hollingworth journalist. En 1950, il a quitté le Caire pour Paris en tant qu’employé du Guardian.

Il commence bientôt à visiter l’Algérie et établit des contacts étroits avec le Front de libération nationale local : au début des années 1960, il écrit de nombreux articles sur la sanglante guerre d’Algérie.

Au début de l’année 1963, il se trouve à Beyrouth, où il commence à enquêter sur Kim Philby, un correspondant de l’Observer dont il découvre qu’il s’est enfui à Odessa sur un navire soviétique : le rédacteur en chef du Guardian, Alastair Hetherington, garde le scandale secret pendant trois mois et ne publie les détails que le 27 avril 1963, et la défection de Philby est confirmée par le gouvernement. Clare hollingworth nhs. Clare Hollingworth a été nommée « correspondante pour la défense » du Guardian en 1963, la première femme à occuper ce poste.

En 1967, elle quitte le Guardian et retourne travailler pour le Daily Telegraph, une décision attribuable à son ambition de travailler dans les zones de guerre. En effet, elle a été envoyée en Asie du Sud-Est pour faire un reportage sur la guerre du Viêt Nam : elle a été l’un des premiers journalistes à prédire que le conflit allait sombrer dans l’usure. Clare hollingworth nottingham. Le matériel qu’elle a envoyé à Londres se distingue par la place qu’elle accorde également aux civils vietnamiens dans ses entretiens.

En 1973, elle a été transférée à la section Chine du Télégraphe, qui avait été supprimée après la création de la République populaire de Chine en octobre 1949. Elle a rencontré Zhou Enlai et aussi Jiang Qing, la femme de Mao Zedong.

Allez plus loin  Odette Sansom

Toujours dans les années 1970, elle rencontre pour la deuxième fois l’ancien shah d’Iran, Mohammad Reza Pahlavi, devenant ainsi la dernière journaliste à lui parler (il meurt en 1980) : à cet égard, le journaliste John Simpson a déclaré qu' »[elle] était la seule personne à qui il voulait parler ».

En 1981, il se retire de l’entreprise et s’installe à Hong Kong, trouvant également le temps de retourner en Grande-Bretagne, en France et en Chine. Clare hollingworth quotes. En 1989, il a suivi les événements de la place Tiananmen depuis le balcon d’un hôtel.

En 1990, Clare Hollingworth espérait suivre de près la guerre du Golfe et a dormi pendant cinq jours sur le sol de sa maison pour s’y préparer. Mais finalement, elle n’y est pas allée.

Vie privée

Clare Hollingworth s’est mariée deux fois : en 1936, elle est devenue l’épouse de Vandeleur Robinson, organisateur régional dans le sud-est de la Ligue des Nations (LNU).

La relation s’est étiolée pendant le conflit et les deux hommes ont formellement divorcé en 1951 (Clare hollingworth wikipedia). La même année, Hollingworth rejoint Geoffrey Hoare, le correspondant du Times au Moyen-Orient, qui meurt en 1965.

Après s’être installée à Hong Kong, elle est devenue une habituée du Foreign Correspondents’ Club, un lieu de rencontre pour les journalistes étrangers, dont elle a ensuite été élue ambassadrice honoraire.

En 1990, elle a publié ses mémoires sous le titre Front Line : Clare hollingworth world on fire. En 2006, elle a dénoncé son directeur financier et membre du Club, Thomas Edward Juson (alias Ted Thomas), pour avoir retiré près de 300 000 euros de son compte bancaire. Juson s’est défendu en affirmant que le retrait faisait partie de manœuvres d’investissement, mais s’est tout de même engagé à restituer l’argent en 2007 : cependant, en 2016, le dépôt n’avait toujours pas été effectué.

Laisser un commentaire