Le redressement économique de l’Allemagne nazie

Sommaire

Introduction

La Première Guerre mondiale s’est terminée par un traité, le traité de Versailles, qui a imposé à l’économie allemande d’énormes réparations de guerre et diverses limitations. En conséquence, une décennie turbulente marquée par l’hyperinflation du mark s’abat sur l’Allemagne.

Le crash de 1929 n’a pas non plus contribué à améliorer la situation et a entraîné une aggravation du taux de chômage allemand, déjà très élevé.

Adolf Hitlera su profiter de la situation économique pour accéder au pouvoir et, une fois au pouvoir, transformer le mécontentement d’un peuple angoissé en un fervent soutien populaire prêt à sacrifier ses libertés civiles au nom d’un décollage économique.

Nous allons maintenant voir comment Hitler a réussi à renverser la situation économique dans les premiers jours de l’Allemagne nazie.

Le problème du chômage.

Avec six millions de chômeurs, le chômage est un problème très grave pour une Allemagne au lendemain de la Grande Guerre. Lors des campagnes électorales de 1932-1933, Adolf Hitleravait promis au peuple allemand du pain et du travail (Arbeit und Brot). Hitler a mis en place les éléments suivants pour atteindre son objectif :

1. réduire le taux de chômage élevé

2. Créer des emplois grâce à un processus de réarmement (défiant ainsi les clauses du traité de Versailles et préparant l’expansion allemande qui aboutira à la Seconde Guerre mondiale).

3. Créer une Allemagne autosuffisante (autarcie ).

4. Arrêter de payer les réparations de guerre aux Alliés afin d’investir cet argent dans les entreprises allemandes.

Pour élaborer et mettre en œuvre ces mesures, l’expert financier et président de la Reichsbank, Hjalmar Schact, a été nommé responsable. Il est limogé en 1936 et remplacé par Hermann Goering, chargé de mettre en œuvre le Plan quadriennal(Vierjahresplan, 1936-1940).

Le service allemand du travail (Reichsarbeitsdienst – RAD)(Vierjahresplan, 1936-1940.

Le gouvernement pré-hitlérien avait lancé des programmes de travail pour réduire le chômage. L’un de ces programmes s’appelait le Service allemand du travail (Reichsarbeitsdienst). En juillet 1935, la loi a décrété que tout homme âgé de 18 à 25 ans devait :

1. suivre une formation de six mois dans le RAD.

Allez plus loin  Lebensraum

2. porter un uniforme militaire.

3. vivre dans des camps.

4. Pas de salaire (seulement de l’argent pour les petites dépenses personnelles).

5. Exercices physiques et militaires quotidiens.

Les travaux effectués dans le cadre du RAD comprenaient les activités suivantes :

(a) La plantation d’arbres et le défrichement de la végétation pour les opérations agricoles.

b) Creuser des fossés agricoles, améliorer les systèmes de drainage et assurer une production optimale pour atteindre une production autonome.

c) Effectuer des travaux manuels pour assurer le bon fonctionnement de la machine économique germanique.

Juin 1933 – Loi sur la réduction du chômage

1. la construction d’un réseau d’autoroutes (Autobahn).

2. Construction d’hôpitaux

Cette loi prévoyait que tous les travaux seraient effectués à la main, de sorte qu’il faudrait davantage de travailleurs et que le taux de chômage diminuerait. Cela a permis de créer 80 000 emplois au cours des cinq années suivantes.

Réarmement

Le processus de réarmement a permis de créer de nouveaux emplois dans l’industrie de l’armement, l’approvisionnement en matières premières et la fabrication d’équipements militaires (chars, sous-marins, etc.). La politique de réarmement visait les objectifs suivants :

1. augmenter le nombre de soldats de 100.000 à 300.000.

2. Augmenter les flottes navales et sous-marines

3. Construire deux cuirassés

4. Augmenter la force aérienne

Il convient de noter que le traité de Versailles interdisait tous ces objectifs, mais à partir de 1935, le réarmement de l’Allemagne nazie était ouvertementdécrété par la conscription obligatoire de tout homme âgé de 18 à 25 ans pour une période de deux ans. Ces mesures se traduisent très bien en chiffres : en 1933, l’armée allemande comptait 100 000 hommes, en 1939 1 4000 000.

La baisse logique du chômage allemand

En 1939, le nombre de chômeurs en Allemagne était inférieur à 350 000. Dès lors, la SS devait persécuter les chômeurs en tant que « fainéants ». Il n’en reste pas moins que les statistiques n’ont pas été maquillées, puisque les femmes, les Juifs et les hommes âgés de 18 à 25 ans (service militaire) n’y étaient pas inclus.

Allez plus loin  Dietrich Bonhoeffer

La question des femmes mérite d’être mentionnée, car dans la République de Weimar, elles étaient bien éduquées et avaient accès à des emplois bien rémunérés. Avec l’arrivée du Troisième Reich, les choses ont changé et la politique des trois K : Kinder, Kirche, Küche(Enfants, Église, Cuisine) a été mise en œuvre.

Un travail de propagande intensif a été mené pour promouvoir l’image de la femme comme noyau du foyer allemand. La fonction première des femmes était la maternité : mettre au monde le plus d’enfants possible pour le Reich et pour l’expansion de la race aryenne. En outre, elles contribueraient à libérer des emplois pour les hommes.

Syndicats et travailleurs dans l’Allemagne nazie

L’objectif des syndicats était principalement de veiller à ce que les travailleurs reçoivent un salaire et des conditions de travail équitables. Hitler n’aimait pas beaucoup les syndicats, estimant qu’ils favorisaient le socialisme et le communisme. En mai 1933, les syndicats sont interdits en Allemagne. L’État a saisi tous leurs biens et les dirigeants syndicaux ont été arrêtés.

Pour remplacer le syndicat, le Front du travail allemand (Deutsche Arbeitsfront – DAF) a été créé. Chaque travailleur allemand appartenait alors au même syndicat (vertical) contrôlé par les nazis.

Le DAF était chargé de la discipline, des salaires et des horaires de travail. Le changement de modèle syndical a entraîné une augmentation du nombre d’heures travaillées, un gel des salaires et l’impossibilité de faire état d’un désaccord au travail.

Pour prévenir l’émergence de troubles dans les classes populaires, une organisation connue sous le nom de Force through Joy(Kraft durch Freude – KdF) a été mise en place. L’objectif de cette organisation étatique était de mettre à la disposition des travailleurs diverses options de loisirs auparavant impensables (voyages bon marché, clubs de sport, excursions, activités culturelles dans les théâtres et les cinémas, séjours de ski/voile, sports, etc.)

Si cette politique a permis à l’État d’exercer son contrôle sur la population, d’étouffer le mécontentement des syndicats et de gérer les loisirs des Allemands, elle a également réussi à supprimer les barrières sociales strictes qui existaient jusqu’alors. Autrefois, seuls les riches pouvaient s’offrir des vacances bien méritées.

Allez plus loin  Les drogues dans la seconde guerre mondiale

En résumé, le but ultime du KdF était d’amener les ouvriers à soutenir le Führer et à lui être reconnaissants, et en même temps à se calmer après l’abolition des syndicats traditionnels.

Anecdotiquement, il est intéressant de noter que l’idée de la Volkswagen (littéralement « voiture du peuple ») est née de cette organisation, avec un système révolutionnaire de paiement à tempérament qui rendrait pour la première fois l’achat d’une voiture abordable pour les citoyens ordinaires.

La poursuite de l’autarcie

Afin d’atteindre l’autosuffisance (autarcie), l’Allemagne a essayé de développer des matériaux artificiels (substituts synthétiques) pour remplacer des produits tels que l’essence, le caoutchouc, les textiles ou le café. Les résultats n’étaient pas très satisfaisants, soit en raison de l’impossibilité technique, soit en raison de l’impossibilité économique.

Le secteur agricole, quant à lui, a connu des difficultés en raison d’une pénurie de machines et malgré d’importantes subventions publiques. L’Allemagne a dû continuer à importer de nombreux produits vitaux, tels que le beurre, l’huile et les légumes. En 1939, elle importait 33 % de ses matières premières.

Bien que le Troisième Reich soit parvenu à augmenter sa production nationale, à stimuler sa demande intérieure et à réduire sa dépendance à l’égard des importations, il n’a jamais pu atteindre l’utopique autosuffisance à 100 %.

Laisser un commentaire