Le pont de la rivière Kwai

Le Pont de la rivière Kwaicommence dans un camp de prisonniers japonais en Birmanie en 1943, où les figures du commandant japonais irascible du camp, le colonel Saito (Sessue Hayakawa), et du colonel britannique Nicholson (Alec Guinness) nouvellement arrivé commencent à s’affronter.

https://www.youtube.com/watch?v=qR_AMkfs_zs

Le colonel Saito ordonne à Nicholson et à ses hommes de construire un pont sur la rivière Kwai pour permettre le transport de munitions et de fournitures japonaises.

Nicholson s’y oppose, malgré les divers outils « convaincants » de Saito. Le pont des espions. Finalement, Nicholson accepte, non pas tant pour coopérer avec son ravisseur que pour donner à ses ingénieurs militaires un projet destiné à améliorer leur moral.

Le colonel britannique veut prouver qu’en construisant un meilleur pont que les hommes de Saito, les soldats britanniques sont supérieurs même lorsqu’ils sont écrasés sous la botte de l’ennemi. Au fur et à mesure que le pont est érigé, Nicholson devient obsédé par le fait de le terminer à la perfection, oubliant qu’il profiterait grandement aux Japonais.

Allez plus loin  Un pont trop loin

Pendant ce temps, le prisonnier de guerre américain Shears (William Holden), après s’être échappé du camp, accepte d’échapper à la cour martiale en ramenant un groupe de soldats britanniques au camp avec l’intention de détruire le pont de Nicholson. À son retour, Shears note l’obsession de Nicholson de terminer son travail.

Tourné dans l’actuel Sri Lanka, Le Pont de la rivière Kwai a remporté six statuettes aux Oscars, dont l’Oscar du meilleur film, l’Oscar du meilleur réalisateur pour le légendaire cinéaste britannique David Lean et l’Oscar du meilleur acteur pour Guinness.

Il a également remporté l’Oscar du meilleur scénario pour Pierre Boulle, auteur du roman dont le film est tiré. C’est sans aucun doute un classique et un incontournable pour tout amateur de la Seconde Guerre mondiale.

Laisser un commentaire