Shalva Maglakelidze

Sommaire

Chalva Maglakelidze (né le 2 mai 1893, Dikhashkho, aujourd’hui municipalité de Vani, mort le 7 novembre 1976, Tbilissi) – homme politique, avocat et militaire géorgien, commandant de la Légion géorgienne de la Wehrmacht.

Enfance et petite enfance

Shalva Maglakelidze est née dans le village de Dikhashkho(actuelle municipalité de Vani) d’un riche paysan, Nikos Maghlakelidze. Il n’était pas facile pour un fils de paysan de recevoir une éducation à cette époque, mais le père n’a pas regretté l’argent qu’il a payé pour que son fils étudie avec des nobles et des princes.

Serapion Adeishvili, diacre du village, lui apprend à lire et à écrire à l’âge de 6 ans, puis il est admis à l’école du village de Salkhino. De 1904 à 1905, il étudie au pensionnat russe, qui appartient à l’historien Tedo Jordan. Il se distingue par son talent et son assiduité.

Le père, encouragé par le succès de son fils, engage des étudiants locaux comme tuteurs : Shalva Saneblidze, fils de prêtre, de la faculté de médecine, et Kolkha Lortkipanidze, un noble de Salkhino, de la faculté de droit et du gymnase privé géorgien de Kutaisi.

Avec le Georgian Noble Gymnasium de Tbilissi, cette école était le centre le plus important de l’enseignement secondaire en Géorgie. C’est là que se réunissaient les enseignants, qui devinrent plus tard de célèbres érudits. Malgré l’intervention active des officiels russes, les lycéens continuaient à se révéler de fervents patriotes.

Shalva Maglakelidze a obtenu son diplôme du gymnase en 1914. Elle allait poursuivre ses études à la faculté de médecine de l’université de Kazan, mais la situation est complètement différente

Dans le train avec lui se trouvaient Titsian Tabidze, un étudiant de deuxième année de la faculté d’histoire et de philologie de Moscou, et Shalva Khundadze, une autre étudiante de Moscou. Pour aller à Kazan, j’ai dû changer pour un autre train à Rostov, mais des amis n’ont pas permis à Shalva de le faire et l’ont emmenée à Kazan avec un billet pour Moscou.

C’est ainsi que Shalva Maglakelidze est devenue étudiante à la faculté de droit de l’université de Moscou.

En mai 1915, un étudiant de deuxième année est appelé à l’intendance militaire et transféré à l’académie militaire de Tbilissi. Alors qu’il est encore étudiant, il décide de se battre sur le front du Caucase lors de la première guerre mondiale ;

Il se retrouve volontairement dans le régiment Akhaltsikhe. Il espère qu’en cas de défaite des Turcs, la Géorgie musulmane contribuera à l’annexion de la patrie.

Début de sa carrière et émigration.

Après la révolution de février 1917, Shalva Maglakelidze est nommé représentant spécial pour les affaires militaires et civiles en Géorgie musulmane (Artaani, Potskhovi, Akhaltsikhe, Akhalkalaki).

Au cours de l’existence de la République démocratique de Géorgie, elle a maintenu une position très indépendante du gouvernement et a essayé d’agir uniquement dans l’intérêt de l’État  ;

Pendant la guerre entre l’Arménie et la Géorgie, ses actions indépendantes et la proscription des non-Géorgiens à Tbilissi (Géorgie) et à Borchalo sans la permission du gouvernement ont conduit à la destitution de Noe Jordan et à l’arrestation de Maglakelidze, bien qu’il n’ait jamais été jugé.

Allez plus loin  Lise Meitner

Les partisans de Maglakelidze l’ont libéré de la salle d’audience. Plus tard, il a été servi. Comme commissaire de la région de Kutaisi, puis comme commissaire de la province de Tbilissi. En 1919, il est nommé gouverneur général de Tbilissi (Géorgie), et le 11 février, il est nommé gouverneur général du district de Borchalo.

Le 23 février 1921, après la marche de l’Armée rouge sur la Géorgie, Shalva Maglakelidze est nommé gouverneur général de l’Abkhazie pour résister à la 9e armée russe ;

Elle a quitté l’Abkhazie trois semaines plus tard, alors que le gouvernement menchevik se trouvait déjà à Batumi et se préparait à partir à l’étranger. Shalva Maglakelidze est restée pour négocier avec les bolcheviks, avec Grigol Lortkipanidze, le vice-premier ministre, et Parmen Chichinadze, le ministre militaire.

Après l’arrivée au pouvoir des bolcheviks, il s’est réfugié dans sa ville natale avec sa femme et ses enfants.Sa femme était allemande, originaire de Lettonie. Ils ne sont pas restés longtemps dans la maison de son père

Il est arrêté le 13 mai 1921 et emprisonné jusqu’à l’année suivante. Après sa libération, il réussit à s’enfuir en Lettonie avec des parents de sa femme. La famille s’installe à Riga, et sur la recommandation du gouvernement géorgien à Paris, il part pour Prague en 1923 pour poursuivre ses études.

Shalva lui-même n’était membre d’aucun parti, il était partisan de la monarchie constitutionnelle depuis ses années de lycée.

Le consulat de la Géorgie indépendante fonctionnait toujours à Prague, et le gouvernement tchécoslovaque payait des bourses ou des salaires aux Géorgiens qui y vivaient. Des candidatures ont été sollicitées à l’université de Moscou, Shalva a réussi plusieurs matières et est devenu candidat, ce qui était assez bon pour un procureur mais pas pour un avocat.

Après une année d’études intensives, Shalva Maglakelidze a soutenu sa thèse et obtenu un doctorat en droit à l’université de Prague, après quoi elle est devenue membre du jury.

Il revient de Tchécoslovaquie en Lettonie. En 1929, à Riga, avec Giorgi Shvangiridze, il fonde la société « Iveria », bientôt rejointe par la diaspora arménienne. L’organisation est baptisée « Société caucasienne ».

L’un des principaux objectifs de la société était de fournir une aide matérielle et autre à nos camarades qui quittaient le pays. En raison de désaccords internes, les Géorgiens ont quitté la société en 1933 et, en novembre de la même année, la Société géorgienne de Lettonie a été fondée.

En 1934, Shalva Maglakelidze s’installe en France avec sa famille et s’engage activement dans la politique. Il dirige les organisations patriotiques des émigrés géorgiens :  » Ornati « ,  » Tetri Giorgi « ,  » Kartlosi « .

A vécu en Allemagne en 1938-1945, a été membre de l’Union des traditionalistes géorgiens (1942), qui a été formée par des émigrants politiques géorgiens en Allemagne.

Allez plus loin  Marlene Dietrich

En 1942-1943, il est élu membre du comité national géorgien et du quartier général de liaison géorgien à Berlin. En tant que membre du comité national, il préside le comité du Caucase au début de la Seconde Guerre mondiale.

Action dans la Seconde Guerre mondiale.

À partir de 1941, le colonel Shalva Maglakelidze avec son fils Gaioz, qui avait le grade de lieutenant, ont combattu dans l’armée allemande, en première ligne. Avec le général Mikheil Tsulukidze et le colonel Solomon Zaldastan, il a dirigé la Légion géorgienne du Troisième Reich, qui a été formée par des patriotes géorgiens en 1941 pour lutter contre l’Union soviétique.

30 300 émigrés géorgiens ont combattu dans la Légion. Ils ont été redéployés : la Wehrmacht, Abver et JSCEdans des subdivisions. Leur objectif ultime était de libérer la Géorgie du bolchevisme.

En 1941, à l’initiative de Shalva Maglakelidze, l’Ordre de la Reine Tamar de la Légion géorgienne a été créé afin d’accroître la motivation au combat. En 1943, les unités de Maglakelidze étaient déjà dans le Caucase.&nbsp

Dès que la Légion entre en Géorgie, le patriarche catholique Kalistrate Tsintsadze et le président de l’Académie des sciences Niko Muskhelishvili déclarent la restauration de l’indépendance. Les Allemands ne peuvent vaincre l’armée soviétique et ce plan ne peut être mis à exécution.

Le 3 janvier 1943, l’armée géorgienne avait franchi la frontière de la Géorgie, abandonné ses positions au plus tard et s’était battue pour revenir. A la fin de l’année 1943, une légion géorgienne a été formée en Pologne avec 7 bataillons, qui se sont vus remettre cérémonieusement des drapeaux de combat et ont reçu les noms suivants : « Shalva Maglakelidze », « Giorgi Saakadze », « Roi Erekle II », « David le Bâtisseur », « Reine Tamar », « Shota Rustaveli », « Roi Erekle II », « David le Bâtisseur », « Reine Tamar ». Shota Rustaveli « , » Ilia Chavchavadze « .

Les légionnaires, sous la direction de Gaioz Maghlakelidze, publient le journal « Georgia » (1942-1945). En 1944, à l’occasion du 50e anniversaire de sa naissance, Shalva Maglakelidze est promu au rang de général de division de la Wehrmacht. « Avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, Shalva Maglakelidze est dirigé par l’armée du général Vlasov, appelée « Aigrette ».

Après la fin de la guerre, la Russie soviétique a exigé que les Américains lui remettent plusieurs généraux, dont Maglakelidze. Les Américains l’ont arrêté, mais avec l’aide de son fils et de ses amis, le général a réussi à s’installer d’abord en Suisse puis à Rome.

Il a travaillé en Italie de 1948 à 1950. Il y a épousé en secondes noces Mariam Tsotadze, une Géorgienne née et élevée en Pologne, qui étudiait à l’Académie de médecine de Rome. Avec l’aide de l’ancien ambassadeur d’Italie en Géorgie, Inaboto, Shalva Maglakelidze a rejoint la loge maçonnique.

Sur leur recommandation, il est engagé comme conseiller militaire par le général de l’armée du Pakistan, Ayub Khan, qui deviendra plus tard le président du Pakistan.

Allez plus loin  La bataille d'Ouman

M. Shalva, un général italien nommé Amadari, s’installe à Karachi avec sa femme. En 1950, ils ont une fille, Tamar. Ayub-Khan l’estime beaucoup et lorsque sa présence au Pakistan devient dangereuse, il sollicite personnellement le général Adenauer. Au début de 1953, Shalva Maglakelidze arrive en Allemagne de l’Ouest et devient conseiller militaire de Konrad Adenauer.

Retour au pays et dernières années bd’existence.

Le 26 janvier 1954, avec son fils, Gaioz Maghlakelidze, il fonde la « Cavalerie géorgienne à l’étranger » à Munich. La même année, la femme et le fils d’un général arrivé du Pakistan sont enlevés par des agents soviétiques dans un aéroport est-allemand en Allemagne de l’Est ;

Le 1er août 1954, Shalva Maglakelidze est transféré de force en Allemagne de l’Est. Il est d’abord emmené à Moscou avec sa famille, puis transféré secrètement à Tbilissi avec un faux passeport ;

Il a été interrogé à plusieurs reprises par le KGB, chargé de faire campagne pour les émigrés géorgiens travaillant à l’étranger et emmené en Géorgie ;

Puis, la « libéralisation » de Khrouchtchev l’a également touché et progressivement, il a été autorisé à commencer un travail dans la spécialité et à inscrire son identité dans son passeport, M. Shalva s’est présenté au barreau. Il a mené de nombreux procès avec brio et s’est fait un grand nom.

Mais une fois, alors qu’il défendait l’un des groupes de voyous, il a accidentellement trouvé dans une affaire une résolution signée par Leonid Brejnev, président du Présidium du Soviet suprême de l’URSS, avec sa propre signature, ordonnant effectivement à un tribunal de condamner l’un d’entre eux à mort.

Shalva Maglakelidze a tiré la sonnette d’alarme et l’affaire a échoué, mais cela a été suivi d’un télégramme du ministre géorgien de la Justice, Rostomov, à Moscou : « Nous ne pouvons pas faire confiance à l’avocat fasciste du général Maghlakelidze ! »

Après cette histoire, Shalva Maglakelidze a été licencié du barreau, ce qui ne lui a même pas valu une petite pension, si bien que, dans sa vieillesse, il a été contraint de travailler pendant huit mois comme « conseiller juridique » dans la maison d’édition de l’Union des écrivains.

En 1973, sa femme est décédée. Le général lui-même a vécu de 1960 jusqu’à la fin de sa vie à Tbilissi, dans le district de Didube, à l’adresse Batumi st. 29a, où il est décédé le 7 novembre 1976 à l’âge de 83 ans.

Laisser un commentaire