Marinus van der Lubbe

Sommaire

Marinus van der Lubbe(Leyde, 13 janvier 1909 – Leipzig, 10 janvier 1934) est un ouvrier et militant de gauche néerlandais, condamné à mort pour avoir incendié le bâtiment du Reichstag (Parlement allemand) à Berlin le 27 février 1933. Marinus van der lubbe. Il a été la première victime néerlandaise des nazis.

Son acte et sa mort ont eu d’énormes conséquences en Allemagne, aux Pays-Bas et au niveau international : les nazis ont remporté les élections allemandes une semaine plus tard, et le prix Nobel Albert Einstein, entre autres, a pris position contre les nazis à cause de l’incendie et du procès de Van der Lubbe.

Les nazis en profitent pour éliminer complètement les communistes allemands et les enfermer dans des camps de concentration.

La vie

Van der Lubbe a passé sa petite enfance à Den Bosch. Son père était un marchand. Quand Marinus avait douze ans, sa mère est morte : Marinus van der lubbe brand. Il est ensuite allé vivre dans la famille de sa sœur à Oegstgeest.

Il travaillait comme maçon : (Marinus van der lubbe executie). Lors d’un accident sur le chantier, il a reçu de la craie dans les yeux ; les opérations visant à rétablir sa vue gravement altérée ont échoué. Il recevait une allocation de 7,44 fl : Marinus van der lubbe kommunist. par mois. Il a ensuite déménagé à Leiden, où il a vécu dans des logements délabrés.

Les gens qui le connaissaient le décrivaient comme un type un peu timide et sympathique. C’est un type sympa et un bon gars, mais impulsif. Il a été emprisonné deux fois : la première fois pour avoir manifesté dans les rues et résisté à la police. La deuxième fois pour avoir brisé les fenêtres du Maatschappelijk Hulpbetoon. Il voulait plus d’argent pour vivre.

Il avait des idées communistes et anarchistes, et était membre de la Ligue de la jeunesse communiste du CJB. En 1931, il voulait se rendre en Union soviétique pour voir comment les ouvriers y vivaient.

Allez plus loin  La Maison de l'espoir

Il n’est pas allé plus loin que la Pologne. Soudainement, en février 1933, il part pour l’Allemagne, alors qu’il est aveugle à 75%. Quelques jours plus tard, le journal a rapporté qu’il avait mis le feu au Reichstag.

Incendie criminel

Van der Lubbe s’est fait connaître comme l’incendiaire du bâtiment du Reichstag allemand à Berlin le 27 février 1933. Cela s’est produit environ un mois après qu’Adolf Hitler soit devenu chancelier du Reich allemand, le 30 janvier 1933.

Certains historiens se demandent s’il a vraiment agi seul ou s’il a été aidé. Les nazis ont entretenu la théorie selon laquelle Marinus van der Lubbe avait reçu l’aide des communistes, tandis que les communistes ont tenté de prouver que les nazis l’avaient fait eux-mêmes.

Au cours du procès de Nuremberg, le général Franz Halder a déclaré sous serment que Göring s’était vanté le 20 avril 1942 d’avoir mis le feu (ne manquez pas notre article sur l’incendie du Reichstag).

Bruno Loerzer a déclaré le 28 février 1933 lors d’une conversation avec Albrecht Freiherr von Freyberg-Eisenberg-Allmendingen : « Je ne comprends pas toutes les bêtises que les gens répandent à propos de l’incendie du Reichstag. Mon ami Göring m’a ordonné, ainsi qu’à un groupe de SA, de mettre le feu au Reichstag.

Van der Lubbe a été jugé avec quatre communistes : le chef de la faction communiste allemande (le KPD) Ernst Torgler et trois Bulgares, dont Georgi Dimitrov.

Hermann Göring voulait en faire un spectacle de propagande, mais ces quatre communistes, et surtout Dimitrov, ont réussi à se défendre si vigoureusement qu’ils ont été acquittés.

Van der Lubbe a été le seul à être reconnu coupable et condamné à mort. Le 10 janvier 1934, il est décapité à Leipzig. Pour ses funérailles, sa tête a été cousue à son torse. Contre la volonté de sa famille, il a été enterré anonymement dans le Südfriedhof. Un mémorial est en place depuis le 13 janvier 1999.

Allez plus loin  Leni Riefenstahl

Conséquences politiques de l’incendie criminel

Le feu a servi les nazis nouvellement établis. Ils en profitent pour traiter durement divers opposants politiques, notamment de nombreux communistes. La nuit même de l’incendie, le siège du KPD est perquisitionné et des milliers de membres du parti sont arrêtés.

Les nazis ont été choqués par le procès des Bulgares et ont décidé de ne pas laisser un tel fiasco se reproduire (bien que les acquittements aient été rapidement oubliés). En conséquence, le système judiciaire a été profondément purgé.

Le parti communiste a pris ses distances avec Van der Lubbe. En juillet 1933, ils publient le Braunbuch über Reichstagsbrand und Hitlerterror, dans lequel Van der Lubbe est accusé d’avoir été un sex boy du chef des SA Ernst Röhm, qui avait été utilisé par les nazis pour mettre le feu.

Selon Sebastian Haffner, cet incendie a été le signal du début de la terreur d’État d’Hitler. Cela a conduit à l’ordonnance du Reichstag, qui a mis de côté la constitution et aboli les droits fondamentaux, permettant l’arrestation arbitraire des opposants politiques. En mars 1933, le Reichsführer-SS Heinrich Himmler ouvre les portes du camp de concentration de Dachau.

Epilogue

La procédure dans l’affaire Van der Lubbe s’est poursuivie longtemps après sa mort.

En 1955, son frère Johannes (Jan), avec l’aide d’un commanditaire inconnu, fait une première demande à la justice de Berlin-Ouest pour rouvrir le dossier. En 1967, la peine de mort a été commuée en huit ans d’emprisonnement.

En 1980, il a même été acquitté après une demande de révision déposée par son frère Jan. Elle a ensuite été annulée en raison de l’absence de base juridique permettant de rouvrir le dossier.

Grâce à l’avocat berlinois Reinhard Hillebrand, le 6 décembre 2007, la Cour fédérale allemande de Karlsruhe a levé la condamnation à mort de Marinus van der Lubbe, mettant ainsi formellement fin à la procédure pénale et réhabilitant le condamné.

Ceci a été fait sur la base d’une loi votée en 1998 permettant l’annulation de certaines condamnations nationales-socialistes de la période entre 1933 et 1945, appelée « Gesetz zur Aufhebung nationalsozialistischer Unrechtsurteilen der Strafrechtspflege ». Le verdict concernant l’acquittement des quatre coaccusés de l’époque n’a pas été modifié.

Allez plus loin  Camp confidentiel : les nazis secrets de l'Amérique.

Un article publié par le journal allemand Die Welt le 26 juillet 2019 révèle qu’au début du même mois, une déclaration notariée d’un employé des SA, Hans-Martin Lennings, datant de 1955, a été retrouvée dans les archives du tribunal de district de Hanovre, dans laquelle il confirme que le feu avait déjà été allumé avant que lui et Van der Lubbe n’arrivent au Reichstag, et dans laquelle il déclare en outre avoir protesté en vain contre l’arrestation de Van der Lubbe à cette époque. Le même article rapporte qu’il existe de sérieux doutes sur la véracité de la déclaration de Lennings.

Commémoration

Dans le Morspoort de Leiden, il y a une pierre commémorative en l’honneur de Marinus van der Lubbe. Entre le Middelstegracht et l’Uiterstegracht, un nouveau complexe immobilier porte son nom : le Van der Lubbehof. Elle se trouve à un jet de pierre de l’adresse où il a vécu un certain temps.

Le 27 février 2008, exactement 75 ans après l’incendie, une photographie grandeur nature de l’artiste originaire de Leyde a été dévoilée dans le Van der Lubbehof. La photo a été imprimée sur une plaque d’émail. La plaque a été réalisée par un comité d’initiative en collaboration avec la ville de Leiden.

Laisser un commentaire