Company of Heroes 2

La faillite de THQ a créé beaucoup de remous dans le secteur : Company of heroes 2. Une équipe talentueuse comme Vigil Games a eu du mal à trouver un acheteur, tandis que d’autres comme Volition, Yukes et Relic, bien qu’ayant conclu un accord immédiat avec un autre éditeur, ne devraient pas avoir beaucoup profité du manque de fonds de l’éditeur américain pour développer leurs projets.

Et ce, malgré le fait que les ventes de leurs jeux ont toujours été conformes aux attentes et donc très élevées. Une situation qui n’a toutefois pas limité les ambitions de ces équipes qui, chapitre après chapitre, ont toujours essayé de s’améliorer et de proposer des produits capables de satisfaire un grand nombre de fans.

Alors que vous vous préparez à développer Company of Heroes 2, vous pouvez être sûr que les objectifs à atteindre sont assez élevés.

Le premier chapitre, en effet, est l’un des jeux de stratégie les plus appréciés et les plus vendus de tous les temps, et l’objectif de Relic est d’essayer de reproduire son succès malgré le fait que ces dernières années, le genre, grâce à des jeux comme Starcraft II, Total War, mais aussi XCOM : Enemy Unknown, a fait des pas de géant, notamment en termes de narration et de propreté de l’interface.

Tel que nous l’avons connu ces derniers mois, Company of Heroes 2 raconte l’histoire de la lutte sanglante entre Allemands et Russes pendant la Seconde Guerre mondiale, qui ensanglanta les plaines entre Berlin et Moscou.

Il le fait à travers les yeux de Lev Abramovich Isakovich, un officier soviétique plutôt compétent et désenchanté qui n’est pas dupe de la propagande de son gouvernement. Cela lui fait voir les ordres brutaux donnés par ses supérieurs comme des gestes de cruauté égaux à ceux des envahisseurs et non comme des actes de guerre héroïques.

Il est évident qu’une telle attitude lui vaudra d’être accusé de haute trahison et enfermé dans un pénitencier sibérien en attendant son exécution.

Racontée à travers des flashbacks, la campagne de Company of Heroes 2représente certaines des batailles et des scénarios les plus importants et, à sa manière, les plus fascinants de la Seconde Guerre mondiale, de la résistance épuisante de l’armée russe aux portes de Moscou et de l’infâme ordre 227, qui décrétait la mort de tous les soldats qui reculaient devant l’ennemi, à la contre-offensive finale, culminant avec l’attaque de Berlin.

Chaque mission se déroule de manière linéaire avec des mini-objectifs à réaliser avant de débloquer la partie suivante de la carte. Vous devrez infiltrer les lignes ennemies avec des tireurs d’élite, en veillant à ce que les autres unités ne meurent pas de froid, ou résister au siège ennemi jusqu’à la fin afin que vos alliés puissent déplacer des marchandises et des unités à l’écart de la bataille.

La variété et le rythme des missions sont très bons, et vous vous retrouverez même à passer d’un type d’objectif à un autre et d’une attitude à une autre au cours d’une même mission, à alterner entre les phases de défense et d’attaque, ainsi qu’à contrôler quelques unités ou une base entière.

Allez plus loin  La bataille du col de Kunlun

L’impression que l’on a est que toute la campagne est une sorte de tutoriel géant pour vous préparer au jeu en ligne, pour introduire progressivement tous les éléments de gameplay insérés par les développeurs.

Vous apprenez rapidement que Company of Heroes 2est plus une affaire de microgestion que d’attaque de groupe : contrôler une unité à la fois est, en fait, la seule façon de profiter d’une couverture ou d’utiliser l’une des nombreuses capacités actives disponibles.

L’exploitation de ces éléments sera essentielle à leur survie et à leur montée en niveau, car chaque compagnie, qu’elle soit mécanisée ou d’infanterie, aura certaines forces ou faiblesses qui devront être exploitées au maximum. Envoyer des soldats dans un champ ouvert contre un panzer sera tout simplement un gaspillage de ressources, tout comme laisser un char à la merci de l’artillerie.

Cela s’explique également par le fait que les troupes disponibles seront toujours assez limitées en nombre et que ce n’est que dans les missions les plus avancées qu’il sera possible d’enrôler de nouveaux soldats ou de construire de nouveaux véhicules à volonté.

Il y a trois paramètres à prendre en compte lors de la construction de nouvelles unités ou de nouveaux bâtiments (population, munitions et carburant) et vous ne pouvez améliorer leur régénération qu’en conquérant de nouveaux points de contrôle et en construisant certains chars en leur centre. Cette mécanique servira également de base aux scénarios multijoueurs et de guerre, bien que ceux-ci soient généralement basés sur des cartes plus grandes et un gameplay plus libre.

En fonction des besoins de l’intrigue, ou en accumulant certains points de commandement, il sera alors possible d’enrôler des troupes spéciales ou de demander des actions de soutien, comme des bombardements aériens ou d’artillerie.

Le type de soutien que vous pouvez obtenir dépend, en Escarmouche ou en Théâtre de guerre, des généraux que vous activez avant la partie. Ces figures remplacent les chargements typiques des tireurs à la première personne. En d’autres termes, dans Company of Heroes2, vous pourrez sélectionner certains bonus permanents qui peuvent affecter l’efficacité de vos troupes, ainsi que des « pouvoirs » spéciaux à utiliser pendant le jeu.

La première dépendra de la fréquence d’utilisation d’une certaine action, comme l’utilisation de grenades, et améliorera l’efficacité de cette opération particulière. Ces derniers vous permettent d’obtenir des bombardements ou de nouveaux véhicules blindés et troupes sans avoir à les construire. Cela vous permet de façonner les deux seules armées disponibles (russe et allemande, bien sûr) en fonction de vos propres caractéristiques de jeu, en vous spécialisant dans la posture défensive, l’utilisation de véhicules, etc.

Un autre élément à prendre en compte est la forme du terrain, que vous devez utiliser à votre avantage. En plus du froid, que vous devez affronter en construisant des maisons ou en abritant vos soldats à l’intérieur de bâtiments ou de véhicules, vous devez tenir compte des surfaces glacées, de la neige et de la boue, qui peuvent rendre difficile la progression de vos troupes.

Allez plus loin  Opération Overlord

En d’autres termes, bien que les cartes ne soient pas particulièrement grandes, il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte et l’intelligence artificielle de l’adversaire n’aura aucun mal à vous attaquer en masse, à punir votre moindre distraction ou simplement à attaquer fort.

Dans les situations les plus mouvementées, on remarque une certaine mécanicité de l’interface, pas toujours assez intelligente pour interpréter les ordres du joueur. Vous pouvez souvent perdre quelques secondes avant d’attraper le hitbox d’un power-up laissé sur le chemin par les ennemis ou avant de trouver la bonne disposition des troupes sur le champ de bataille.

En effet, il est rare que vos véhicules et vos soldats tentent de réagir de manière dynamique à la situation en cherchant la meilleure couverture – en fait, ils subiront parfois passivement une attaque si vous ne leur donnez pas de contre-ordre.

En outre, il aurait été assez pratique de pouvoir gérer la couverture des troupes par le biais de la sélection des groupes également. Bien sûr, cela vous pousse à contrôler toutes les unités de votre armée, mais cela n’aurait pas fait de mal d’avoir quelques options supplémentaires pour accélérer le mouvement de plusieurs unités à la fois.

Les soldats ne se déplacent pas toujours comme vous le souhaiteriez, se séparant de leur compagnie ou choisissant des routes peu judicieuses pour atteindre votre objectif. Sans compter que parfois les ennemis feront de même, se précipitant sur vos troupes et commençant à tirer en masse, avec le sentiment  » comique  » qu’ils tirent pour rien.

Cependant, le gameplay de Company of Heroes 2est, pour l’essentiel, dérivé de celui du premier chapitre et, hormis quelques innovations principalement liées aux nouvelles possibilités offertes par le moteur de jeu, il n’y a pas de changements majeurs dans l’interface du jeu, ni de nouvelles solutions pour rendre l’ensemble de l’expérience plus flexible et plus agréable.

Comme mentionné, la campagne, malgré sa qualité incontestable, servira à introduire le gameplay de Company of Heroes 2 aux batailles multijoueurs. En plus des escarmouches classiques pour un maximum de huit joueurs (avec des variantes basées sur la présence ou l’absence d’IA), Relic a préparé quelques batailles coopératives contre l’ordinateur et plusieurs scénarios qui peuvent être complétés en jouant soit les Allemands, soit les Russes.

L’offre initiale, telle qu’articulée, au lancement est plutôt maigre du point de vue des factions, mais aussi du nombre de cartes disponibles, puisque seuls deux scénarios en coopération, trois défis en solo et quatre batailles contre l’IA sont prévus.

Allez plus loin  Führerprinzip : obéissance absolue à Adolf Hitler

L’équilibre du gameplay est encore très bon, sans surprise, notamment en raison de la longue phase de bêta qui vient de se terminer, mais aussi de l’expérience acquise par Relic, qui continuera sûrement à affiner son gameplay même après la sortie du jeu. Il existe également une excellente intégration avec Twitch TV, qui vous permet de regarder et d’enregistrer vos matchs en déplacement et de les télécharger sur Internet en quelques clics.

D’un point de vue technique nous avons l’Essence Engine 3.0, un moteur graphique capable de nous surprendre par la destructibilité des environnements, le niveau de détail et la simulation physique de la neige et de la boue, avec un secteur d’animations pas particulièrement inspiré qui ruine en partie la représentation esthétique de la bataille. L’évolutivité du moteur de jeu est excellente et vous pouvez trouver la configuration qui convient le mieux à votre matériel.

Même l’interface du jeu n’est pas particulièrement jolie à regarder ou intuitive à utiliser, à notre avis, symptômes d’un budget pas particulièrement élevé, qui n’a pas permis aux développeurs d’investir dans l’amélioration de ces aspects du jeu.

Un autre indice à cet égard vient des séquences CGI, discrètes en termes de réalisation et de rendu, mais plutôt vieillottes en termes de rendu polygonal et sans commune mesure avec celles de certains concurrents, comme Starcraft II, par exemple.

Compagnie des Héros 2est un jeu de stratégie profond, amusant, développé par des experts, qui ravira les amateurs du genre et amusera les fans de la série Relic.

Cependant, il s’agit d’une évolution plutôt que d’une révolution d’un jeu qui a déjà 7 ans : les mécanismes de jeu et l’interface sont à peu près les mêmes que ceux vus en action en 2006 et les modes externes, outre la campagne, manquent pour l’instant de quantité, ne reposant que sur deux factions et un nombre réduit de cartes, surtout lorsqu’il s’agit de coopérer.

Le jeu de SEGA parviendra encore à vous divertir pendant longtemps, notamment grâce à son IA plutôt agressive et à une communauté très active, qui ne manquera pas de soutenir Company of Heroes 2comme elle l’a fait pour le premier chapitre.

Laisser un commentaire