La bataille de l’estuaire de l’Escaut

Sommaire

« La prise des approches d’Anvers a été une opération difficile », a rappelé Dwight Eisenhower dans ses mémoires : (La bataille des clans). Cependant, il était indispensable de disposer d’un autre port pour la guerre d’approvisionnement que les Alliés menaient à la fin de 1944.

Après le retard initial, les avancées des Alliés dépassent de loin les prévisions initiales, ce qui est doux-amer, car les approvisionnements ne peuvent tout simplement pas suivre le rythme de l’avancée rapide des troupes.

La situation s’est aggravée après que le mauvais temps du 19 juin 1944 ait endommagé les ports de la région de Normandie. La prise d’Anvers (Belgique) le 4 septembre 1944 n’apporte pas encore de soulagement à la situation du ravitaillement, car les approches d’Anvers, l’estuaire de l’Escaut, sont toujours sous contrôle allemand.

Les troupes du Commonwealth, commandées par le lieutenant général Guy Simonds, sont chargées de sécuriser l’estuaire de l’Escaut. Sous le commandement de Simonds se trouve la 1ère armée canadienne, composée du 1er corps britannique et du 2ème corps canadien (avec une division blindée polonaise et deux divisions britanniques).

Le terrain dans cette région des Pays-Bas et de la Belgique favorise les défenseurs. Les marais du sud empêchaient les déplacements, l’isthme du Beveland Sud était facilement défendable et l’île de Walcheren était une forteresse insulaire.

La 15e armée allemande du général Gustav-Adolf von Zangen défendait ce terrain. La 15e armée allemande a été vaincue et poursuivie par les Alliés pendant la campagne d’Anvers, mais un échec de stratégie a interrompu la poursuite, donnant aux troupes allemandes le temps de fortifier davantage la zone.

Cet échec stratégique est largement attribué à Bernard Montgomery, qui a retiré hommes et ressources de la région d’Anvers pour l’opération Market Garden, qui a échoué. « S’il n’avait pas tenté l’opération d’Arnhem, » a déclaré Eisenhower, « nous aurions peut-être pu commencer l’attaque de Walcheren deux ou trois semaines plus tôt. »

Allez plus loin  La bataille des îles Kouriles

En préparation de l’opération contre les forces allemandes dans la région, à la fin de septembre 1944, la 4e division blindée canadienne se dirige vers la ville néerlandaise de Breskens, tandis que la 1re division blindée polonaise se déplace vers la frontière entre les Pays-Bas et la Belgique, au nord et à l’est d’Anvers.

Sud de Beveland

Le 2 octobre, la 2e division d’infanterie canadienne marche au nord d’Anvers vers le Beveland Sud, et rencontre la résistance allemande quatre jours plus tard. Les troupes allemandes s’emparent des hauteurs au-dessus des digues entourant l’estuaire, et causent de lourdes pertes parmi les troupes alliées qui combattent depuis des terrains bas et ouverts inondés.

Le 13 octobre, « vendredi noir », le bataillon Black Watch de la 5e brigade d’infanterie canadienne a fait face à une contre-attaque allemande particulièrement lourde et a été presque entièrement anéanti. Après dix jours de combats, ils prennent Woensdrecht, ville clé dans la prise de l’isthme, le 16 octobre 1944.

Deux semaines plus tard, une combinaison de manœuvres terrestres et amphibies attaque les positions allemandes sur l’isthme. Après une autre semaine de combats intenses, les troupes canadiennes ont sécurisé la partie orientale de l’isthme le 24 octobre. Le Beveland Sud a été sécurisé à la fin du mois à la suite de l’offensive de l’opération Vitality.

Au cours de la campagne pour le Beveland Sud, Bernard Montgomery a déplacé sa deuxième armée britannique contre les positions allemandes ailleurs aux Pays-Bas, réussissant à isoler la région de l’estuaire de l’Escaut des renforts ou des contre-attaques allemandes extérieures.

Les marais du sud

Les marais au sud de l’estuaire de l’Escaut sont défendus par les troupes allemandes dans une zone que les Alliés appellent la poche de Breskens.

Ce terrain représentait la plus grande menace pour l’avancée des troupes alliées, car les champs inondés ont non seulement repoussé les attaquants, mais ont également permis aux troupes allemandes de se défendre contre la reconnaissance terrestre et aérienne.

Allez plus loin  La bataille de la Sarre

La 7e brigade de la 3e division d’infanterie canadienne traverse le canal Léopold, tandis que la 9e brigade monte un assaut amphibie sur la côte nord le 6 octobre ; les deux brigades canadiennes sécurisent la zone proche de la route d’Aardenburg le 12 octobre.

Pendant ce temps, les 8e et 9e brigades exercent une pression depuis différentes directions pour submerger les Allemands dans la poche. Cette opération, appelée Opération Switchback, se termine le 3 novembre après avoir sécurisé Knokke et Zeebrugge, éliminant ainsi la menace allemande sur la rive sud de l’estuaire de l’Escaut.

Walcheren

La forteresse insulaire de Walcheren est attaquée par les airs, les avions de la Royal Air Force britannique visant les digues, inondant l’île.

L’inondation a entravé les mouvements des Allemands et a également fait monter le niveau de l’eau, de sorte que les Alliés disposaient d’eaux plus profondes pour une opération amphibie.

Comme l’avait prédit Eisenhower, la capture de cette île « nécessitait une opération navale, aérienne et terrestre conjointe », et a été illustrée par cette coordination réussie entre les bombardiers et les troupes au sol. Le 31 octobre, les troupes canadiennes ont attaqué à travers la seule chaussée entre Walcheren et le Beveland Sud, soutenues par un assaut amphibie le 1er novembre depuis le sud à travers l’estuaire. La capitale de l’île, Middelburg, est tombée le 6 novembre, et l’île a été déclarée sûre deux jours plus tard.

Après un mois de combats, la victoire des Alliés s’est faite au prix fort de 12 873 pertes parmi les vétérans de Falaise et de Caen, dont la moitié de Canadiens. Entre-temps, les vainqueurs ont capturé 41 043 prisonniers.

Allez plus loin  La bataille des Ardennes

Les forces hostiles ayant été délogées de la zone, les opérations de déminage tant attendues ont enfin pu commencer. Anvers est ouvert comme port allié le 28 novembre : « La fin du nazisme était en vue lorsque le premier navire a remonté l’Escaut sans être inquiété », a déclaré Eisenhower.

Le premier navire à atteindre Anvers était, comme il se doit, le cargo Fort Cataraqui, construit au Canada. La bravoure dont les soldats canadiens ont fait preuve au milieu de combats acharnés a valu à Montgomery le plus grand respect.

« Les Canadiens se sont révélés être de magnifiques combattants. Le nettoyage de l’Escaut était une tâche qui ne pouvait être accomplie que par des troupes de premier ordre. Des troupes de second ordre auraient échoué. »

Avant la fin de l’opération de l’estuaire, les canons allemands V-1 et V-2 commencent à attaquer la ville portuaire d’Anvers. Les V-2 en particulier ont causé des dommages considérables à la ville, perturbant les communications.

Pourtant, les citoyens d’Anvers « ont supporté ces attaques sans se décourager », a rappelé Eisenhower. Malgré de lourdes pertes civiles, les citoyens belges ont contribué sans réserve à transformer Anvers en « le rempart nord de l’ensemble du système logistique [allié] ».

Laisser un commentaire