Les canons de Navarone

Les canons de Navarone est un classique du cinéma. Les canons de navarone. C’est un film de guerre habilement réalisé et passionnant qui a mérité son statut de classique. Le film est basé sur le livre de l’auteur de thrillers Alistair MacLean et est de loin la meilleure adaptation cinématographique de l’une de ses œuvres.

Le film est intelligemment construit et offre tous les ingrédients d’un film d’aventure à l’ancienne, à juste dose. Une histoire bien ficelée, pleine d’action, d’humour et de suspense, offre plus de deux heures et demie de divertissement de premier ordre. Malgré l’introduction « historique », l’histoire est basée sur la fiction, ce qui est dommage car c’est une histoire fantastique.

Selon l’histoire, trois mille soldats britanniques (blessés) sont piégés sur l’île de Keros et doivent être évacués. Le seul moyen est de traverser un détroit étroit, à portée de tir des canons. La mission confiée à l’équipe de commandement est donc soumise à une forte pression temporelle.

Le leader incontesté est Mallory, joué par Peck dans l’un de ses meilleurs rôles. Il crée un personnage complexe avec peu de mots et est le roc de la bataille. Il est très bien soutenu par quelques bons acteurs.

Allez plus loin  Le dernier baiser du Kaiser

Quinn, par exemple, joue avec beaucoup de verve le colonel grec Stavros, qui veut se venger de Mallory après la guerre, mais qui tue désormais fraternellement les Allemands à ses côtés.

Niven, lui-même officier pendant la Seconde Guerre mondiale, incarne le sarcastique caporal Miller, qui refuse ou perd toutes ses promotions parce qu’il ne veut qu’exécuter les ordres et ne donne plus d’ordres. L’interaction entre ces trois-là est vraiment de première classe.

La superbe distribution est complétée par Quayle dans le rôle de l’infortuné Major Franklin et par Baker, décédé prématurément, dans le rôle du « boucher » Brown, qui en a assez de ses talents mortels au couteau. Le chanteur et acteur James Darren (qui peut également utiliser ses talents vocaux) incarne le fougueux Spyros Pappadimos, qui veut venger la mort de son père.

Sa sœur Maria, interprétée par Irene Papas, est tout aussi fougueuse, mais c’est parce qu’elle est profondément amoureuse du veuf taciturne Stavros. Gia Scala est également très forte dans le rôle de la mystérieuse Anna, qui a été torturée par les Allemands et n’a plus dit un mot depuis.

Allez plus loin  Une ombre dans mon œil

Contre son instinct, Mallory développe des sentiments pour elle, ce qui ne fait que compliquer davantage les choses. Pour ne rien arranger, l’équipe est constamment poursuivie par les Allemands, au point que des soupçons de trahison naissent au sein du groupe.

Dans un petit rôle au début du film, Richard Harris, avec les cheveux roux ardents de l’époque, passe pour un officier de l’armée de l’air australienne aguerri, qui crache sa bave devant le sacrifice de ses hommes dans un bombardement aérien insensé des canons.

Le réalisateur Thompson ne laisse le rythme ralentir qu’aux moments où il doit se calmer un peu et se montre un réalisateur d’action compétent dans les scènes les plus excitantes.

Il y en a en abondance : de l’inspection du navire en route vers l’île à l’escalade des falaises abruptes de Navarone, en passant par les manœuvres vertigineuses pour ne pas tomber entre les mains des occupants, la méchante scène d’interrogatoire par un officier SS (Mikell) et la pénétration de la forteresse pour atteindre les canons, tous sont montés avec autant de talent et de style.

Allez plus loin  Le grand raid

Certains des effets spéciaux ne sont pas tout à fait à jour, mais il est facile de comprendre pourquoi. Les canons de Navarone est un film de guerre presque parfait. Dommage que les événements qu’il dépeint ne se soient pas réellement produits.

https://www.youtube.com/watch?v=m54c3rE55aE

Laisser un commentaire