Fury

Avril 1945. Fury. Les chars allemands sont plus nombreux que les chars américains, tant en puissance de feu qu’en mobilité terrestre. Adolf Hitler, en guerre chez lui, décide de lancer une guerre totale en mobilisant toutes les forces disponibles, et c’est alors que le jeune Norman Ellison rejoint le peloton d’exécution dirigé par Don Collier, connu de tous sous le nom de Wardaddy. C’est le cadre de Fury.

Les compétences de Norman au combat, essentiellement dactylographe, sont à peu près nulles, mais Wardaddy l’accepte dans l’équipe, qui part pour une mission qui est tout sauf facile : conquérir une petite ville.

Alors que la bataille commence, Norman, qui n’a jamais tué personne, ne parvient pas à tirer sur les Allemands, mettant ainsi toute la mission en danger, et Wardaddy commence à le former à l’art de la guerre.

Fury est un drame de guerre spectaculaire qui se déroule à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Fury, dont le film tire son titre, est donc le nom du Sherman que nos héros conduisent pendant les combats.

La première chose à dire est que ce n’est pas un film pour tout le monde. La chair et le sang qui coulent comme une rivière, les morts, les relations humaines tendues, aussi provocantes qu’indigestes, n’en font qu’un plat de choix pour les estomacs solides et les palais raffinés.

Allez plus loin  Plan A

Et c’est dommage, car le film est magnifique, une fresque inédite de ce qui se passait réellement dans les batailles de blindés, y compris les rôles précis dans la gestion du véhicule de combat.

Mais pas seulement. Car l’analyse détaillée dans Fury est celle d’une colonne entière d’Américains armés arrivant dans une zone encore contrôlée par les Allemands, mais dotée, au moins en théorie, de moyens militaires plus puissants.

Un rôle spectaculaire est joué par le toujours beau (malgré un dos plein de blessures) Brad Pitt, un maître du genre après Inglourious Basterds et une personne dure et sans cœur dans le rôle qu’il joue, du moins en apparence : en réalité une personne juste et vraie dont le but est de défendre son groupe.

Mors tua, vita mea disait-on autrefois, et c’est la position du sergent Wardaddy, qui respecte tellement ses ennemis qu’il n’a pas peur de les tuer de sang-froid. Une leçon de vie complète, c’est ce que Wardaddy essaie de donner au jeune Norman : la scène dans laquelle il lui met un pistolet dans la main et lui ordonne de tuer un soldat allemand capturé avec, ou dans laquelle il définit la jeune femme qu’ils rencontrent dans une maison avec sa tante comme une fille propre avec laquelle, s’il ne couche pas, Norman le fera, est un manuel et paradoxale dans sa véracité.

Allez plus loin  Crimes de guerre japonais pendant la Seconde Guerre mondiale

Et tout ça pour faire de lui un homme. Logan Lerman est également très bon dans le rôle de Norman, où il parvient à montrer toute sa sensibilité quand, par exemple, il joue du piano aux deux Allemandes, une scène qui est contrebalancée par la grossièreté des manières de ses compagnons dans la même scène.

La dernière chose à dire est que l’ostentation de la mort dans le film n’est jamais excessive ou gratuite ; il s’agit simplement d’un instantané précis de la réalité. Quand on meurt, il n’y a jamais de gagnants ni de perdants, car tout le monde perd, et c’est exactement le grand message que le film transmet au monde extérieur.

Les soldats nazis étaient aussi humains que n’importe qui d’autre, et nous le voyons à la fin avec une scène qui devrait être montrée par chaque professeur d’histoire dans les écoles italiennes. Comme tout le monde, ces soldats ont obéi aux ordres. (Presque) toujours. Chef-d’œuvre ? Je ne sais pas, mais pour moi, Fury est tout simplement merveilleux.

Allez plus loin  Les héros animaux de la Seconde Guerre mondiale

Laisser un commentaire