Reinhard Heydrich

Sommaire

Introduction

Reinhard Heydrich(7 mars 1904 – 4 juin 1942) était l’un des chefs de la SS (Schutzstaffel) de Himmler sous le régime de l’Allemagne nazie. Il a accédé au poste d’Obergruppenführer de la redoutable SS. Reinhard Heydrich a également dirigé le RSHA (le bureau principal de la sécurité du Reich) et a été président d’Interpol pendant deux ans.

Il était connu sous le surnom de Protektor, principalement parce qu’il avait pris la tête du protectorat de Bohême et Moravie (nom donné à la Tchécoslovaquie après son annexion en 1939 par l’Allemagne hitlérienne), après que Konstantin von Neurath eut échoué à réprimer les manifestations des Tchèques patriotes qui tentaient de lutter contre le joug nazi.

Le boucher de Prague . Reinhard heydrich.

Les horreurs que Heydrich y a commises et la terreur qu’il a instaurée au sein de la population tchèque lui ont également valu un autre surnom : leBoucher de Prague. De nos jours, peu d’entre eux doutent de ses talents également à la tête du Sicherheitsdienst (SD ou Service de sécurité), lié à la SS, dans le but d’enquêter, d’arrêter et d’éliminer tout élément d’opposition au régime nazi, notamment dans les nations occupées par les nazis.

Le SD, sous la direction de Reinhard Heydrich, persécute sans relâche les marxistes, les Juifs et d’autres groupes religieux qui refusent de se rallier à la cause nazie, comme les Témoins de Jéhovah.

Outre toutes ces charges, Heydrich a également eu le temps de superviser la Solution finale, un euphémisme pour désigner le plan d’extermination des minorités ethniques vivant sous la domination nationale-socialiste. Dans sa jeunesse, Heydrich s’est fait une réputation dans le sport et la musique : il était bon en escrime et au violon (ses parents rêvaient d’un jeune Reinhard comme violoniste de renom).

Reinhard Heydrich commence sa carrière militaire dans la marine (la Kriegsmarine) et est proche de Wilhelm Canaris, le futur chef du service de renseignement militaire allemand (l’Abwehr). Canaris finit par devenir un ami proche de Heydrich et l’aide à obtenir plus d’une promotion et d’une augmentation de salaire.

Une vie dissolue

Mais à l’été 1931, la vie notoirement dissipée de Reinhard Heydrich lui apporte de sérieux maux de tête : après une courte relation, il met enceinte la fille d’un ingénieur naval de premier plan, alors qu’il devait déjà épouser une autre femme, Lina von Osten, la future mère de ses quatre enfants. Le père de la jeune fille enceinte, de toute évidence une personnalité assez importante dans les milieux militaires, exige des réparations et, n’ayant pas le choix, Heydrich est finalement exclu de la Kriegsmarine.

Allez plus loin  Junkers Ju 388

Si l’on considère que l’Allemagne de l’époque est une société profondément militarisée, dans laquelle les uniformes et les récompenses militaires sont l’expression ultime du statut social, il n’est pas difficile d’imaginer à quel point le départ de Reinhard Heydrich de la Kriegsmarine a dû être traumatisant pour lui. Sa vie est alors devenue un mystère, jusqu’à son association avec les SS.

Obsession du contrôle et de l’espionnage.

L’une des premières missions confiées à Reinhard Heydrich au sein de la SS est d’établir un modus operandi pour le SD (service de sécurité) nazi. Travaillant dans l’ombre de Heinrich Himmler, le Protektor s’est fait remarquer par son obsession de la recherche d’informations et de dénonciations, réelles ou fabriquées, car il savait qu’elles seraient une garantie pour sa promotion dans la hiérarchie du Troisième Reich. On disait que dans son coffre-fort il avait des documents qui compromettraient même Adolf Hitler lui-même.

L’une des actions les plus audacieuses et ingénieuses attribuées à Heydrich est l’Opération Skoblin : la falsification de documents alléguant l’implication de généraux russes (dont l’un a servi à donner son nom à l’opération) avec les services d’espionnage allemands.

À la suite de cette opération, Staline procède à la purge de la quasi-totalité du haut commandement de l’Armée rouge, ce qui affaiblira la résistance militaire de l’URSS au Troisième Reich.

Le service d’espionnage de Heydrich a également planifié le prétexte de l’attaque allemande contre la Pologne : il a demandé à l’Abwehr des uniformes de l’armée polonaise, qui ont été refusés par son directeur, l’amiral Canaris.

Cependant, il réussit à les obtenir par d’autres moyens et le SD simule une attaque contre une station de radio allemande dans la ville de Gleiwitz, près de la frontière polonaise, par de prétendus soldats polonais (en réalité, des soldats allemands déguisés en officiers polonais, dirigés par le major SS Alfred Naujocks.

Après s’être emparés de la radio, les « Polonais » ont fait des proclamations de guerre contre le Troisième Reich et ont exécuté quelques otages (en fait des prisonniers de camp de concentration). Cet incident devait être le casus belli du début de la Seconde Guerre mondiale et de la campagne Blitzkrieg contre la Pologne.

Période tchécoslovaque

De retour dans la Tchécoslovaquie occupée par le Troisième Reich, Reinhard Heydrich a continué à exercer son pouvoir tyrannique par l’emprisonnement, la torture, l’exécution et toute autre méthode nécessaire pour tenir en échec la résistance locale, dirigée depuis la City de Londres par l’ancien président tchèque, Eduard Benes.

Allez plus loin  Lidia Litviak

La politique d’Heydrich était basée sur une approche « soit avec moi, soit contre moi », ce qui a fait de lui l’une des personnalités nazies les plus détestées par les Tchèques, plus encore que le Führer lui-même.

Alors qu’il persécutait impitoyablement tous ceux qui osaient s’opposer au nazisme, il récompensait tous ceux qui collaboraient avec le Reich.

Il a l’habitude d’organiser de grandes fêtes au cours desquelles sa femme Lina Heydrich reçoit des invités, pour la plupart des Tchèques qui ont montré leur loyauté envers le Protektor. Reinhard Heydrich était également connu pour distribuer des prix tels que de l’argent, des voyages et des séjours dans des hôtels de luxe pour récompenser ses fidèles collaborateurs locaux.

Heydrich était conscient que l’industrie tchèque de l’armement était l’une des plus puissantes et que sa production était fortement nécessaire à l’effort de guerre allemand lors de la Seconde Guerre mondiale.

Les services de renseignement britanniques se sont mis en mode panique dès qu’ils ont réalisé que l’opposition tchèque avait presque entièrement cessé d’exister. A ce moment-là, ils ont décidé d’assassiner Reinhard Heydrichdans un épisode controversé, car tout le monde savait que les représailles d’Adolf Hitler allaient être terribles.

Le 27 mai 1942, deux soldats tchèques, JosefJosef Gabcik et Jan Kubis, ont exécuté la mission de l’Opération Anthropoïde :ils devaient réaliser la tentative d’assassinat du boucher de Prague détesté. Les deux hommes ont sauté en parachute des mois plus tôt, dans une région proche de Prague, et se sont ensuite mis à la recherche d’un lieu approprié pour la planification.

L’attaque meurtrière réussit en partie grâce à l’arrogance de Reinhard Heydrich, qui insiste pour traverser les rues de Prague dans une voiture à toit ouvert, ignorant les avertissements de ses proches qui lui conseillent d’utiliser une voiture blindée.

L’attaque

Le matin du 27 mai 1942, Reinhard Heydrich part dans sa voiture, accompagné de son chauffeur, pour prendre un avion à destination de Berlin. Mais il n’atteindra jamais la capitale du Troisième Reich, car Gabcik et Kubis l’attendent, accroupis dans un virage entre V Holesovickach et la rue Kirchmayer, où il est presque certain que la voiture d’Heydrich passera. Ils avaient raison.

Gabcick, avec sa mitraillette Sten de fabrication britannique, se prépare à tirer sur la Mercedes-Benz de Heydrich, mais l’arme s’enraye. Face à l’échec de l’arme de son partenaire, Kubis a lancé une bombe artisanale, percutant la voiture du Protektor et le blessant grièvement.

Allez plus loin  Paula Hitler

L’impact de la grenade a rompu la rate de Reinhard Heydrich et, en raison de l’infection qui a suivi, il est mort d’une septicémie incontrôlée. Bien que Heydrich ait reçu les premiers soins peu après l’attaque, il est mort une semaine plus tard à l’hôpital.

Ses funérailles, qui se déroulent à Berlin, réunissent l’ensemble des dirigeants du régime nazi. Adolf Hitler va jusqu’à dire de Heydrich qu’il était l’un des plus grands nazis, un homme au cœur de fer, l’un des ennemis les plus implacables de ceux qui s’opposaient au Reich.

Le successeur du Protektor au SD, Ernst Kaltenbrunner, ne ménage pas ses efforts pour poursuivre la politique de son prédécesseur : lors du procès de Nuremberg en 1946, il sera condamné à la pendaison. Reinhard Heydrich n’a en fait perdu que quelques années de sa vie : il n’aurait pas non plus échappé à la potence de Nuremberg.

En représailles au meurtre de Reinhard Heydrich, les villages de Lezháky et Lídice sont entièrement rasés et leurs habitants exécutés ou déportés.

C’est parce que la Gestapo prétendait avoir des indications que Gabcik et Kubis s’étaient cachés dans ces villages, alors qu’en fait les bourreaux de Heydrich se cachaient à Prague.

Les auteurs de l’attentat ont finalement tenu bon pendant plusieurs jours dans l’église Saint-Méthode de Prague après qu’un ancien membre de la résistance tchèque a révélé leur emplacement, tel un Judas attiré par la juteuse récompense de 10 millions de couronnes tchèques offerte à quiconque fournirait des indices sur la cachette des responsables de la mort de Reinhard Heydrich. Lorsqu’il leur est apparu clairement qu’ils allaient être irrémédiablement capturés, ils se sont suicidés.

Laisser un commentaire