L’Organisation Todt

La Todt Organisation (allemand : Organisation Todt, Todt Organisation) était un groupe paramilitaire de construction et d’ingénierie créé en Allemagne pendant les années du Troisième Reich par Fritz Todt, ministre du Reich pour l’armement et les munitions (allemand : Reichminister für Bewaffnung und Munition, RMfBM).

Il était rattaché à l’armée et était actif pendant la Seconde Guerre mondiale. La principale activité de l’Organisation Todt était la construction de l’infrastructure de communication et de défense allemande.

La quasi-totalité de l’infrastructure militaire allemande pendant la Seconde Guerre mondiale a été construite par l’organisation, notamment des usines d’armement, des ponts, des routes, des tunnels, des bunkers, des abris anti-aériens civils, des tours de contrôle, des bases militaires et des camps de concentration.

L’Organisation Todt a également réalisé les travaux nécessaires à la réinstallation souterraine des installations industrielles. Il est également responsable de la construction du mur de l’Atlantique, des quais pour les sous-marins et des structures de défense allemandes en Italie, notamment la ligne Gustav.

L’Organisation Todt employait un petit nombre de conseillers techniques et d’ingénieurs, mais aussi un nombre énorme de travailleurs étrangers. Dès le début de la guerre, de nombreux travailleurs forcés, prisonniers de guerre et détenus des camps de concentration ont été employés dans les travaux de construction de l’Organisation Todt.

Allez plus loin  Fritz Todt

Entre 1943 et 1945, la dernière phase du Reich, l’organisation gère également la construction de camps de concentration, destinés à fournir les besoins en main-d’œuvre de l’industrie avec des travailleurs forcés (1,5 million de personnes en 1944).

L’histoire de l’Organisation Todt peut être divisée en trois phases. La première (1933 – 1938) est antérieure à la création de l’organisation elle-même. Fritz Todt était inspecteur général des routes allemandes (Generalinspektor für das deutsche Straßenwesen) et sa principale responsabilité était la construction du réseau autoroutier.

À cette fin, il peut faire appel à la main-d’œuvre allemande, « recrutée » (en réalité forcée) par le Reichsarbeitsdienst (Reich Employment Service, RAD). La deuxième phase commence en 1938, lorsque l’Organisation Todt est effectivement créée, et dure jusqu’en février 1942, date à laquelle Todt meurt dans un accident d’avion.

En 1940, peu après l’invasion de la Pologne (1939), Todt est nommé ministre de l’Armement et des Munitions, et les projets de l’Organisation Todt deviennent presque exclusivement militaires.

Allez plus loin  Eva Perón

L’énorme augmentation de la demande de main-d’œuvre causée par les différents projets militaires et paramilitaires est traitée par une série d’extensions de la loi sur le service obligatoire, qui oblige finalement tous les Allemands à travailler pour l’État.

De 1938 à 1940, plus de 1,75 million d’Allemands ont été enrôlés dans le service du travail. De 1940 à 1942, l’Organisation Todt commence à utiliser Gastarbeitnehmer (« travailleurs invités »), Militärinternierte (« stagiaires militaires »), Zivilarbeiter (« travailleurs civils »), Ostarbeiter (« travailleurs de l’Est ») et Hilfswillige (« travailleurs volontaires »).

La troisième phase s’étend de 1942 à la fin de la guerre en 1945, date à laquelle Albert Speer succède à Todt et où l’Organisation Todt est absorbée par le Reichsminister für Rüstung- und Kriegsproduktion (Reichsminister pour l’armement et la production de guerre), renommé et élargi.

Environ 1,4 million de travailleurs étaient au service de l’Organisation Todt, dont 1 % d’Allemands inaptes au service militaire et 1,5 % de prisonniers des camps de concentration ; tout le reste du contingent était constitué de prisonniers de guerre et de travailleurs forcés des pays occupés.

Allez plus loin  Opération Anthropoïd

Tous étaient effectivement traités comme des esclaves au service de l’État. Beaucoup n’ont pas survécu aux dures conditions de travail ou aux circonstances de la Seconde Guerre mondiale elle-même.

Laisser un commentaire