Le massacre de Gardelegen

Le massacre de Gardelegen est un massacre de prisonniers de camps de concentration par des formations des SS et de la Luftwaffe à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le 13 avril 1945, sur le domaine d’Isenschnibbe, près de la ville de Gardelegen, dans le nord de l’Allemagne, des gardes allemands ont enfermé 1 016 prisonniers des camps évacués de Mittelbau-Dora et Hannover-Stöcken dans une grande grange en briques, qui a ensuite été incendiée.

La plupart des prisonniers ont été brûlés vifs ; ceux qui ont tenté de s’échapper ont été fusillés.

Le crime a été découvert deux jours plus tard lorsque des soldats de la 102e division de l’armée américaine ont occupé la zone.

Onze prisonniers ont été retrouvés vivants : 7 Polonais, 3 Russes et 1 Français. Les témoignages des survivants ont été recueillis et publiés par Melchior Wa?kowicz en 1969, dans son livre « De Stolpce au Caire ».

La découverte de ce crime est le fruit du hasard : le 14 avril 1945, un officier de liaison américain, le lieutenant Emerson Hunt, qui se rendait du commandement de la 102e division d’infanterie Ozark au 701e bataillon de chars, est capturé par les Allemands.

Cet officier a convaincu les défenseurs de Gardelegen que des chars américains approchaient de la ville, ce qui a contraint le commandant allemand à se rendre. Ainsi, les Américains sont arrivés sur les lieux avant que les Allemands ne puissent enterrer les corps de toutes les victimes.

Les 3 et 4 avril, apprenant que les troupes de l’armée américaine traversent le Rhin pour entrer en Allemagne, le commandant SS du camp de concentration de Mittelbau-Dora ordonne l’évacuation des détenus du camp principal et des nombreux sous-camps, par train ou à pied, vers les camps plus éloignés de Bergen-Belsen, Sachsenhausen et Neuengamme.

Allez plus loin  Le massacre de Malmedy

En quelques jours, quelque 3 000 prisonniers du camp de Mittelbau-Dora et du sous-camp de Neuengamme sont arrivés à Gardelegen, où ils ont dû abandonner leurs wagons car les voies avaient été détruites par les forces aériennes alliées et tout autre transport ferroviaire était impossible.

Les SS, qui étaient peu nombreux par rapport aux prisonniers, étaient soutenus par des pompiers locaux, des soldats de la Luftwaffe, des anciens du Volkssturm et des adolescents de la Hitlerjugend pour garder les prisonniers.

Le 13 avril, plus de 1 000 prisonniers, pour la plupart malades et incapables de marcher, sont chassés de Gardelegen et entassés dans une grande grange en briques appartenant au domaine d’Isenschnibbe.

Les gardes ont ensuite barricadé les portes et mis le feu à la paille imbibée d’essence. Les prisonniers qui tentaient d’éteindre le feu ou de s’échapper en creusant sous les murs étaient tués à coups de fusil et de panzerfausts ; des grenades étaient également lancées dans la grange.

Le jour suivant, les SS et leurs aides sont revenus avec l’intention de couvrir les traces du crime. Ils prévoyaient de tuer tout survivant et de brûler les restes des corps et de la grange. Les avancées rapides des soldats des 102 DP ont fait obstacle.

Le 14 avril, les Américains entrent dans Gardelegen et, le lendemain, découvrent les traces du massacre. Ils ont trouvé les corps de 1016 prisonniers dans la grange encore en feu et dans les fossés creusés à proximité.

Allez plus loin  Les prisonniers de guerre russes

Lors de l’exhumation, il s’est avéré que l’état des cadavres ne permettait pas d’identifier la plupart des personnes tuées. Les Alliés ont établi les noms de quatre personnes seulement et ont inscrit les numéros des camps sur 301 croix. Ils ont également réussi à identifier la nationalité de 186 victimes.

La plupart étaient des Polonais, mais il y avait aussi beaucoup de Russes, de Français et un Mexicain, et ils ont également réussi à interroger un certain nombre de prisonniers qui avaient survécu au feu et aux bombardements.

Les correspondants de guerre qui arrivent bientôt produisent des documents photographiques et, le 19 avril, des informations sur le massacre de Gardelegen commencent à apparaître dans les médias du monde libre.

Le même jour, le New York Times et le Washington Post ont publié des articles sur le massacre, citant la déclaration d’un soldat américain :

Je n’avais jamais été sûr auparavant de ce pour quoi je me battais vraiment. J’ai toujours pu dire que ces histoires étaient de la propagande, mais maintenant je sais que ce n’est pas vrai. Il y a des cadavres ici ; tous ces gens sont morts.

Le 21 avril, le commandant américain de la ville a ordonné à 200-300 hommes de Gardelegen de creuser des tombes et d’enterrer dignement les personnes assassinées.

Au cours des cinq jours suivants, les civils allemands ont retiré 586 cadavres des fossés et 430 de la grange, plaçant chaque corps dans une tombe séparée.

Le 25 avril, les soldats de la 102e DP ont rendu hommage aux victimes et ont érigé une plaque avec une inscription appropriée, et le colonel George Lynch a fait la déclaration suivante à la population de Gardelegen :

Allez plus loin  Auschwitz-Birkenau

On vous a dit que les crimes de guerre allemands étaient une invention de la propagande alliée. Vous pouvez maintenant le constater par vous-même. Certains diront que c’était les nazis, d’autres montreront du doigt la Gestapo. Ce n’est pas vrai. La responsabilité incombe à tous les Allemands… Votre prétendue race maîtresse a prouvé que seuls le crime, la cruauté et le sadisme peuvent régner. Vous vous êtes vous-mêmes privés du respect du monde civilisé.

L’enquête visant à retrouver les auteurs du massacre a été menée par le lieutenant-colonel Edward E. Cruise de la division des crimes de guerre du bureau du procureur de la neuvième armée. Son rapport, ainsi que d’autres documents relatifs à l’affaire, se trouvent dans les archives de l’armée américaine, sous le numéro de dossier 000-12-242.

Le SS-Untersturmfuhrer Erhard Brauny, commandant d’un transport de prisonniers évacués du camp de concentration de Mittelbau-Dora, qui était présent à Gardelegen, a été traduit devant un tribunal militaire américain en 1947 et condamné à la prison à vie. Il est mort en prison en 1950.

Laisser un commentaire