Le massacre de Celle

Sommaire

Le Massacre de Celle a été un crime odieux dans la phase finale de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agissait du massacre de prisonniers qui étaient emmenés en train vers le camp de concentration de Bergen-Belsen. Le train a été bombardé par les Alliés, après quoi les prisonniers survivants ont d’abord été libérés, puis pourchassés et enfin tués en grand nombre.

Le prélude : le transport d’évacuation vers Bergen-Belsen

Alors que les Alliés approchent de leurs positions le 7 avril 1945, les SS mettent en place un transport d’évacuation dans le sous-camp de Salzgitter-Drütte vers le camp de concentration de Bergen-Belsen. Des travailleurs forcés d’un camp de Salzgitter-Bad s’y sont également rassemblés, rejoints par d’autres prisonniers du sous-camp de Holzen (près d’Eschershausen).

Dans la nuit du 8 avril 19045, entre 3 800 et 4 500 hommes, femmes et jeunes ont été mis dans un train. Le train est arrivé dans la soirée à la gare de marchandises de Celle, capitale du district du même nom dans l’État allemand de Basse-Saxe.

Avant que le voyage ne puisse se poursuivre comme prévu dans la soirée, un lourd bombardement aérien a frappé Celle, au cours duquel le train a également été touché. Selon certains témoignages, plus de la moitié des prisonniers ont été tués lors de ce raid aérien ; d’autres considèrent qu’un chiffre compris entre 400 et 1000 est plus probable.

L’horreur : la chasse aux prisonniers

Les prisonniers survivants se sont enfuis dans la zone forestière voisine de Neustädter Holz ou se sont installés à la périphérie de la ville. À la recherche d’un abri, de nourriture et de vêtements civils, certains des évadés sont entrés dans des tentes et des maisons privées dont les occupants se trouvaient dans l’abri anti-aérien. Si, dans un premier temps, certains n’ont pas été inquiétés ou ont été autorisés à entrer, d’autres ont été immédiatement expulsés par la population locale.

Les survivants du commando d’escorte SS ont gardé les prisonniers capturés et n’ont vraisemblablement pas participé à l’opération de ratissage suivante dans la région. Une compagnie de la Wehrmacht et une unité SS stationnées à proximité ont renforcé la police locale.

Allez plus loin  Le massacre de Gardelegen

Les groupes de travail rassemblés ont reçu l’ordre d’arrêter les prisonniers. Toute personne qui pillait, résistait ou s’échappait devait être abattue immédiatement. Le tir immédiat était justifié par l’ordre de service de la garde.

Des tirs et des cris ont été entendus jusque tard dans la nuit. À minuit, la plupart des prisonniers survivants avaient été rassemblés dans une installation sportive.

Des civils et des hommes du Volkssturm ont participé à la fouille des maisons et des jardins qui a suivi le 9 avril 1945. Ils ont tué ou blessé quelques prisonniers. Et ils ont exécuté 30 prisonniers comme pillards.

À Neustädter Holz, où de nombreux prisonniers s’étaient réfugiés, les recherches se sont poursuivies jusqu’au 10 avril. Des armes à feu ont été utilisées. Certains prisonniers ont réussi à rester cachés jusqu’à l’arrivée des libérateurs alliés. D’autres ont été détenus par la population et remis à des unités de la Wehrmacht allemande.

L’action a permis la capture de quelque 1100 prisonniers. Selon des rapports plus anciens, il est probable qu’entre 200 et 300 prisonniers ont été abattus ; un nombre minimum de 170 victimes du massacre est considéré comme certain.

Le déroulement des événements

Pour des raisons inexpliquées, la garde SS décimée laisse une partie des prisonniers aux mains de la Wehrmacht et en conduit environ 500 (plus de 2000 selon d’autres témoignages) à Bergen-Belsen. Lors de cette marche de la mort, les SS fusillaient les prisonniers épuisés qui ne pouvaient plus marcher, au bord de la route.

L’autre groupe a été laissé derrière dans une caserne désaffectée à Celle. La responsabilité de ce « camp de concentration improvisé » incombait à un capitaine responsable des prisonniers de guerre et à l’administration de la ville, qui devait fournir de la nourriture et des soins médicaux aux prisonniers. Mais cela n’a pas été fait, ou a été fait de manière inadéquate.

Allez plus loin  La bataille de Berlin

Lorsque les troupes de l’armée allemande ont rendu la ville sans combattre le 12 avril 1945, les troupes britanniques ont trouvé des centaines de personnes dans le dénuement, dont de nombreux mourants et morts. Ils ont immédiatement transféré 162 des libérés vers un hôpital auxiliaire.

Selon Daniel Blatman, seuls 1500 des prisonniers de transport ont vécu jusqu’au jour de la libération.

Réaction au massacre

À Celle, les soldats britanniques rencontrent pour la première fois un grand nombre de prisonniers de camps de concentration de diverses nationalités, mal nourris et détenus dans des conditions tout à fait sordides parmi les mourants et les morts. Cela a mis à rude épreuve les relations entre les occupants et la population civile.

Les enquêtes ont abouti au « procès du massacre de Celle » devant une « Haute Cour de Commission de contrôle » britannique au Kaiserin-Auguste-Viktoria-Gymnasium de Celle à partir du 2 décembre 1947, qui s’est poursuivi à Hanovre et à nouveau à Celle en avril et mai 1948.

Trois accusés ont été condamnés à mort, quatre ont reçu des peines de prison allant de quatre à dix ans. Sept ont été acquittés.

Les condamnations à mort ont ensuite été annulées ou commuées en peines de prison. Tous les condamnés sont libérés par anticipation à la fin de 1952. Le dernier cas a été clôturé en 2007.

Dissimulation et mémoire

Les victimes du raid aérien sur la gare de marchandises avaient été enterrées dans les cratères de la bombe. Seuls 33 d’entre eux avaient été identifiés auparavant par leur numéro de camp.

En 1946, la recherche de tombes a commencé à Neustädter Holz et le long de la route Bergen-Belsen. Sur les 324 victimes abattues ou assassinées retrouvées et enterrées dans le cimetière de la forêt, seules 65 ont pu être identifiées.

Allez plus loin  Sachsenhausen

En 1949, un « Lieu de repos pour les victimes de la Seconde Guerre mondiale » a été érigé dans le cimetière forestier, qui ne donne aucun détail supplémentaire sur le meurtre de centaines de prisonniers des camps de concentration.

Les publications d’histoire locale ont donné des comptes rendus jusqu’en 1978 qui mentionnaient « un grand nombre de civils et d’innombrables prisonniers de camp de concentration » comme victimes du bombardement, mais omettaient les autres incidents.

Au début des années 1980, l’intérêt s’est accru pour clarifier les faits entourant le massacre de Celle. Cela a conduit à l’érection d’un mémorial entre la gare et le centre-ville de Celle en 1992, avec une inscription qui va au-delà de la description du raid aérien.

Ce monument, créé par Johnny Lucius, un cadre en fer avec un panneau d’inscription entourant un lit de gravier avec un hêtre, est remarquable. En raison de sa construction, le site n’est reconnaissable comme un mémorial qu’après une inspection minutieuse, notamment le panneau d’inscription.

Le carré d’acier symbolise le chemin sans fin de la souffrance, le hêtre l’espoir d’un avenir plus humain. Cette œuvre est le résultat d’un concours organisé par la municipalité de Celle, la plaque commémorative initialement prévue pour la gare de Celle n’ayant pas été approuvée par la Deutsche Bundesbahn.

Laisser un commentaire