Les douze sur la potence

Le réalisateur Robert Aldrich s’est emparé de ce qu’il considérait comme un scénario dépassé et sans grand avenir, écrit par Lukas Heller et Nunnally Johnson, pour en faire le blockbuster que le film a été. The Dirty Dozen a été un succès retentissant qui a rempli les coffres de la Metro-Goldwyn-Mayer dans les années 1960. Il convient de noter que The Dirty Dozen a été la plus grosse rentrée d’argent pour les studios américains qui nous ont donné tant de classiques.

Lee Marvin, dans le rôle du Major Reisman, est chargé de coordonner une mission suicide dans un château français occupé par des hiérarques nazis de haut rang. Comme on ne peut s’attendre à ce qu’une section d’agents des opérations spéciales se porte volontaire pour une telle mission suicidaire, on demande à Reisman de former son propre groupe en recrutant 12 soldats qui purgent une peine de prison à vie.

Les « 12 sur l’échafaud » comprenaient un pervers sexuel (Telly Savalas), un psychopathe (John Cassavetes), un tueur attardé (Donald Suthrland) et d’autres « anges » comme Jim Brown, Charles Clint Walker et Trini Lopez.

Allez plus loin  Le jour le plus long

Avec la promesse irréaliste d’une grâce s’ils survivent à leur périlleuse mission, ces prisonniers subissent un programme d’entraînement brutal, sont contraints de s’infiltrer derrière les lignes ennemies déguisés en uniformes nazis, et sont chargés de prendre le contrôle du château et de liquider tout le monde : y compris les femmes et les maîtresses des officiers allemands. Un classique parmi les classiques en ce qui concerne les films de la Seconde Guerre mondiale. Hautement recommandé.

Laisser un commentaire